Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a annulé à la dernière minute une rencontre prévue à Washington avec Moussa Faki Mahamat, suscitant l’ire de l’UA.

L’entrevue prévue dans la semaine du 17 au 23 avril entre le secrétaire d’État américain Rex Tillerson et le président de la commission de l’Union africaine (UA), le Tchadien Moussa Faki Mahamat, n’a finalement pas eu lieu. D'après le site d’information américain Foreign Policy, elle a été annulée à la dernière minute par le chef de la diplomatie américaine.

Invité par Rex Tillerson, Moussa Faki Mahamat comptait se rendre à Washington, les 19 et 20 avril, après avoir participé à des entrevues à New York. Le responsable de l’UA avait notamment rencontré le secrétaire général de l’ONU avec lequel il avait signé un accord-cadre renforçant la coopération ONU-UA. Mais alors que le responsable de l’UA attendait que les détails de la rencontre soient finalisés, le cabinet de Tillerson est resté muet.

Le diplomate tchadien a attendu longtemps avant que le département d’État américain ne lui propose de rencontrer des responsables de second rang. Une proposition qui a rendu Faki Mahamat "furieux" révèle Foreign Policy qui cite l’entourage du président de la Commission de l'UA. Ancien ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat comptait profiter de sa rencontre avec le chef de la diplomatie américaine pour évoquer les menaces auxquelles fait face son pays, notamment les attaques répétées de la Boko Haram, affiliée à Daech.

Ce n’est pas la première fois que l’administration américaine froisse une personnalité africaine de haut rang. Lors d’une visite aux États-Unis, le président rwandais Paul Kagame n’avait été reçu ni par la "Maison-Blanche ni par le département d’État" selon un ancien diplomate américain cité par Foreign Policy.