Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Nomination à la tête de la Banque de l'Habitat du Tchad- Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh est désormais le Directeur Général de la Banque de l'Habitat du pays // Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté internationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

Dakar: Amnesty International demande aux autorités tchadiennes de mettre un terme aux manœuvres d’intimidation et de harcèlement

AMNESTY INTERNATIONAL

COMMUNIQUE DE PRESSE 

 

10 avril 2017

 

Tchad. Le leader d’un mouvement citoyen détenu au secret, une douzaine de membres arrêtés

 

Les autorités tchadiennes doivent libérer immédiatement et sans condition l’activiste Nadjo Kaina Palmer détenu au secret, et au moins une douzaine de membres d’un mouvement citoyen arrêtés au cours d’une réunion pacifique ce matin dans la capitale N’Djamena, a déclaré Amnesty International aujourd’hui. 

 

Les activistes arrêtés par des policiers et gendarmes ce matin vers 9 h à la Bourse du travail de la capitale répondaient à un appel à manifester de manière pacifique sur la situation politique, économique et sociale  lancé  le 3 avril dernier par Nadjo Kaina Palmer, porte-parole du mouvement citoyen IYINA (on est fatigué en arabe). Ce dernier a lui-même été arrêté et est détenu au secret depuis le 6 avril. Aucune charge connue n’est pour le moment retenue contre eux.

 

« Exprimer pacifiquement un point de vue, fut-il critique, sur la situation politique, économique et sociale du pays n’est pas une infraction et ne devrait en aucun cas être considéré comme tel,» a déclaré Balkissa Idé Siddo, chercheur sur l’Afrique centrale à Amnesty International.

 

« Cette manœuvre des autorités tchadiennes qui consiste à arrêter systématiquement des membres des mouvements citoyens qui veulent jouir de leur droit de manifester pacifiquement prouve une fois de plus que la liberté d’expression est toujours mise à rude épreuve dans le pays. » 

 

Le lieu de détention de Nadjo Kaina Palmer demeure inconnu. Ni les membres de sa famille ni son avocat n’ont eu accès à lui depuis son arrestation. Son avocat a saisi le parquet aujourd’hui et il lui a été notifié qu’aucune information n’était disponible à son sujet et qu’aucune plainte n’avait été reçue le concernant.

 

« Nadjo Kaina Palmer et les membres du mouvement IYINA arrêtés sont des prisonniers d’opinion qui doivent être libérés immédiatement et sans condition, » a déclaré Balkissa Idé Siddo.

 

Nadjo Kaina Palmer répondait à une convocation de l’Agence Nationale de Sécurité du Tchad (ANS) le 6 avril vers 18 h, lorsque celle-ci a procédé à son arrestation. 

 

Au cours d’une conférence de presse le 3 avril dernier, il avait  appelé la population tchadienne en général et la jeunesse en particulier à observer «une journée Iyina» ce lundi 10 avril 2017, marquant la date anniversaire de l’élection présidentielle de 2016, en s’habillant en rouge ou en portant un foulard rouge sur la tête afin d’exprimer leur « ras-le-bol au régime en place et dire non à la mauvaise gouvernance, à l’impunité et à l’humiliation ».

 

Amnesty International demande aux autorités tchadiennes de mettre un terme aux manœuvres d’intimidation et de harcèlement, sous toutes leurs formes, dont sont victimes les activistes et défenseurs des droits humains au Tchad. 

 

Elles doivent veiller, en attendant leur libération, à ce que Nadjo Kaina Palmer et toutes les personnes arrêtées aujourd’hui, ne subissent aucun acte de torture et de mauvais traitements et qu’elles puissent s’entretenir régulièrement avec leurs avocats, recevoir la visite de leurs proches et bénéficier de tous les soins médicaux dont elles pourraient avoir besoin.  De plus, les autorités ont l’obligation de communiquer à la famille de Nadjo Kaina Palmer et à son avocat, son lieu de détention.

 

« Les autorités tchadiennes doivent cesser d’invoquer la sécurité nationale et la stabilité du pays  pour justifier des arrestations et détentions arbitraires, mettre fin à l’instrumentalisation de l’ANS et arrêter de bafouer la liberté d’expression et de manifestation garantie par la Constitution tchadienne et le droit international relatif aux droits humains,» a déclaré  Balkissa Idé Siddo.

 

Document public

 

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec le Service de presse d’Amnesty International à Dakar, au Sénégal, au +221 77 658 62 27 ou +221 33 869 82 31 ; courriel : sadibou.marong@amnesty.org

Twitter : @AmnestyWaro.

 

 

 

Sadibou MARONG

-------------------------------------------

Regional Media Manager

Amnesty International West and Central Africa Office

Immeuble Seydi Djamil, 3e étage

Avenue Cheikh Anta Diop x 3 rue Leo Frobenus

P.O. Box 47582

Dakar, Senegal

Tel direct: +221 33 869 82 31

Fax: 221 33 864 26 64

Mob: 221 77 658 62 27

Email:  sadibou.marong@amnesty.org

Skype: sadiboumarone

Twitter : @Cheikhsadbu

https://www.amnesty.org