Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’an 1 de « Tchad Révolution » : Un sacrifice qui en valait la peine

Devenir activiste, web activiste ou blogueur, je n’y avais jamais pensé par le passé et ce jusqu’en 2012. Suivant les évènements loin de mon pays, j’avais mal au cœur. Nombreuses étaient mes nuits blanches. La douleur était à l’image de la distance qui me sépare de mon pays natal. J’ai commencé à écrire pour guérir ma douleur.

L’écriture devient un véritable remède pour moi. Pour mieux me faire entendre, un premier blog (Agora Révolutionnaire) a vu le jour. Il n’a pas connu une longue vie. Paix à son âme. En 2014, j’ai intégré la rédaction de la webtélé Droit Libre TV (www.droitlibre.tv). Une webtélé engagée sur la défense des droits humains et la liberté d’expression. Une prise de conscience définitive a été forgée. Je me rends compte finalement du rôle que je dois jouer. Ainsi, le blog « Tchad Révolution » renaît sur les cendres de son prédécesseur. C’était le 12 janvier 2016. Il a donc un an d’existence. C’est le moment de dresser le bilan et annoncer de nouvelles perspectives pour l’année en cours. 


Déjà 1 an ! C’est très vite arrivé. Ce canard dont vous avez contribué d’une manière ou d’une autre à sa grandeur vous remercie sincèrement de tout cœur. 


La jeunesse tchadienne fait face à de grands enjeux et défis. Beaucoup de défis à relever. Pour ce faire la prise de conscience collective est un impératif. Cela passe nécessairement par les instruments de sensibilisation de masse. Il y a donc une raison de se réjouir de la naissance de plusieurs médias en ligne car ceux classiques sont inaccessibles à la jeunesse. Malgré leur nombre important, aucun autre ne sera de trop. Le travail est énorme. C’est donc Pour un ancrage démocratique que le Blog « Tchad Révolution » a vu le jour le 12 janvier 2016, sous une journée ensoleillée, comme pour dire que la mission sera chaleureusement douloureuse. Contribuer au bien public en informant est non seulement un devoir mais une mission. « Tchad Révolution » est dénudé de toute prétention de donner de leçon. Non, loin de là cette funeste idée. Il se veut de faire de la lumière, et les citoyens trouveront eux-mêmes leur chemin. 
Le Tchad est un pays de censure. Toute voix discordante ou qui ne chante pas les louanges du pouvoir est de facto étouffée. Il y a non seulement cette censure directe mais celle liée à la libéralisation de l’univers médiatique. Il est misérable de compter que 3 chaines de télévision dans un pays aussi grand comme le Tchad. C’est à noter également que cette libéralisation des médias audiovisuels est tardive par rapport aux autres pays francophones. La télévision nationale tchadienne a vu le jour qu’en 1987 soit 30 ans jour pour jour contre celle du Burkina Faso par exemple qui a été créée depuis 1963. En somme, l’univers médiatique (audiovisuel) est très pauvre. Ainsi donc, « Tchad Révolution » a sa raison d’être et n’est jamais de trop. Dans un pays où la population n’a pas le « droit » de s’exprimer, la mission de ce blog est de donner la parole à ceux qui en sont privés, à ceux qui sont totalement désarmés. L’information est un besoin instinctif de savoir. 

Les citoyens doivent avoir un regard particulier sur la gestion de leurs biens publics. En d’autres termes, tout ce qui revêt une certaine importance dans les affaires publiques doit ouvertement débattu. Nous avons conscience que plus nombreux et variés sont les canaux d’information et plus grandes sont pour le peuple les chances de connaitre la vérité et donc sa capacité de se déterminer en toute connaissance de cause. 
Ce canard qui a trouvé son inspiration sur les traces de Makaila NGuebla, du nom du 1er et téméraire blogueur tchadien. C’est l’occasion de lui rendre un hommage mérité. Ce Blog a donc contribué, modeste soit-il à faire la lumière sur l’affaire Zouhoura. Il a été la voix des étudiants de 2ie abandonnés sur le chemin de l’exil par le gouvernement irresponsable de leur pays. Il a réitéré sa présence lors des élections passées. Quotidiennement il met au courant les concitoyens sur les dérives du régime. Il a appelé à une prise de conscience. Il a été adopté par beaucoup d’entre nous au regard des statistiques. Plus de 305 articles publiés, soit 26 articles par mois et environ 305 753 visites, soit 25 480 visites par mois. Pour un début cela constitue un motif de satisfaction. Mais vu le chemin qui reste à parcourir ce résultat est insignifiant. 
Pour l’année en court vous aurez droit chaque vendredi à un « Editorial ». Vous constaterez également au cours de l’année une rubrique qui abordera 2 fois par mois le sujet sur les conditions des femmes. Cette rubrique « Femme de chez nous » sera traitée par une talentueuse rédactrice que vous découvrirez. 
Comme le petit colibri, notre équipe de rédaction « fait sa part » en invitant chacun à un engagement individuel et collectif. Bonne année à tous. 
Masbé NDENGAR

 
 
 -- envoyé par NDENGAR Masbé (ndengarmasbe@gmail.com)