Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:Urgent- Le blogueur Mahaydine Babouri libéré grâce à une médiation familiale //Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Grève des enseignants et chercheurs au Tchad (SYNECS): chronique d'un échec inévitable
 Depuis l’échec de la grève des enseignants et chercheurs du Tchad, sous le fallacieux argument d’appartenance au mss, des arguments sont distillés çà et là pour justifier la reprise. Les raison avancées, par les responsables du syndicat, sont entre autres la sauvegarde du Synecs qui risquait une dissolution pure et simple. Que des balivernes ! Le mensonge a beau courir mais la vérité finit par le rattraper.
Les raison de la reprise forcée est ailleurs. Aucun enseignant chercheur n’était pour la reprise. Les deux dernières Assemblées générales, dédiées à la question de la reprise sont édifiantes. 
En effet, les responsables du bureau exécutif du Synecs avaient déjà essayé la reprise au cours de l’Assemblées générale qui a eu lieu à la faculté de médecine mais cette tentative a été tuée sans vergogne par les militants.
Devant l’échec à faire avaler les maneouvres, les syndicalistes ont tout simplement choisi de céder et de trahir. Mais au forceps. La déclaration sur les antennes de la télé-Tchad de Dingaounarbé Faustin est révélatrice de la pression.
Mais comment la grève a-t-elle été cassée ? 
Ils étaient 4 principaux meneurs de jeux et un 5ème larron a participé à huiler la roue de l’opération.
Qui sont ces 4 syndicalistes ou plutôt faux responsables de syndicat ?
Mahamat Nour Roufaye alias rou-faut appelé aussi « quand même » : détenteur de faux diplôme, il lui a été clairement signifié d’œuvrer pour que la reprise ait lieu faute de quoi il sera renvoyé de l’université et poursuivi pour détention de faux et usage de faux. Tous ceux avec qui nous avons fréquenté le Lycée Ibn Sina savent cette triste vérité. Les enquêtes menées aux archives de l’office du bac confirment que le fameux rou-faux détient un faux bac. Aux dires de certains de ses collègues de l’université Roi Fayçal, son DEA également serait douteux. Cela est connu de l’administration qui à défaut de le renvoyer, l’utilise maintenant comme délateur. A l’aide de ses téléphones il enregistre ses collègues qui sont critiques vis-à-vis de l’administration. Véritable chef de gang, c’est lui qui a le plus souffert pour sortir de l’affaire. 
Dingaonarbé Faustin : titulaire d’un doctorat négocié, il semblait hausser le ton, à un moment donné, mais il s’est définitivement tu depuis que son passé de trafiquant de copies, lors du déroulement de l’examen du baccalauréat, est connu. Impliqué dans la corruption jusqu’au cou, il est désormais réduit comme une peau de chagrin. Pour rappel en 2012 à Ardepdjoumal, sous la menace de l’élève Ahmat chiguera Abdou de qui il a reçu 300 000 pour l’obtention du bac, il a escaladé le mur pour se retrouver au lycée ébouée. Ce passé lui a été rappelé et donc ordre lui a été intimé de faire capoter la grève ou de se faire expulser de l’université. C’est un corrompu et en même temps un grand voleur de l’argent du syndicat.
Enfin Nadjitonon, détenteur d’un doctorat plagié des résultats des travaux de Dr Tikri, est le dindon de la farce. Comme rou-faux, Nadjitonon risquait l’invalidation de son diplôme et son renvoi de l’université. En outre, ce spécialiste de « doncologie » » court depuis 3 ans derrière une promesse de nomination au décanat de Farcha qui ne vient pas jusqu’aujourd’hui. C’est un incompétent qui veut utiliser le Syndicat à des fins sociales au détriment des intérêts de ses collègues. Depuis 4 ans qu’il est à la tête de la section synecs de l’université de N’Djamena, il n’a jamais fait le bilan de sa gestion.
Obendjé, piètre juriste a accompagné ces 3 personnes pour masquer la fausse entreprise. Il doit tout à rou-faux pour l’avoir recruté au bureau exécutif.
Le 5me larron est Adoum Youssouf qui agit pour le compte des Renseignements généraux et l’ANS. Il est en réalité à la recherche d’un positionnement dans l’appareil administratif. Chassé de Moundou pour faux et usage de faux, il a dû son salut à un certain Kalli Moussa qui l’a exfiltré de la ville.
C’est ce groupe de 5 personnes qui a vendu l’honneur des enseignants-chercheurs pour sauver leur peau.
 
 
 -- envoyé par Ouroum (ouroumaugustin@hotmail.com)