Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Nomination à la tête de la Banque de l'Habitat du Tchad- Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh est désormais le Directeur Général de la Banque de l'Habitat du pays // Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté internationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

Crise gambienne: le syndicat des étudiants d'Afrique demande à la CEDEAO d'utiliser l'option militaire en dernier recours

POUR ÉTAPE Sortie: 16 janvier 2017 


Le Syndicat des étudiants de l'Afrique (AASU) suit avec intérêt la situation politique en Gambie.


En fait, depuis la tenue de l'élection présidentielle en Gambie le 1er décembre 2016, le pays a été plongé dans une impasse en raison du refus du président Yahya Jammeh d'accepter le résultat des élections générales.

Le président Jammeh est au pouvoir depuis vingt-deux (22) ans et a remporté toutes les élections, sauf la dernière considérée comme la plus démocratique, la plus libre et la plus équitable. À la surprise et au plaisir de la communauté internationale, le président Jammeh a accepté le résultat d'abord, avant de le rejeter par la suite. Depuis lors, des appels sont venus de toutes sortes demandant au président Jammeh d'accepter le résultat et de remettre le règne du pouvoir au président élu, M. Adama Barrow.
 

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), avec le soutien de l'Union africaine (UA) et des Nations unies, a mandaté une équipe de négociation dirigée par SE Muhammad Buhari, Président de la République fédérale du Nigéria, Solution à cette crise mais en vain jusqu'à présent. Comme le stipule la Constitution gambienne, la CEDEAO a décidé que le Président M. Barrow sera assermenté le 19 janvier 2017 lorsque le mandat du Président Jammeh prendra fin. Mais la persistance de Jammeh à s'accrocher au pouvoir par tous les moyens et le désir de la CEDEAO de ne pas laisser l'impunité prévaloir sur la volonté du peuple de la Gambie ont créé la crainte d'une confrontation militaire.
 

Les conséquences de cette éventualité sur la population en général, en particulier sur la communauté étudiante, sont dangereuses et incalculables. Par conséquent, l'AASU appelle le président Jammeh à accepter la volonté des Gambiens qui ont voté pour M. Adama Barrow et de remettre pacifiquement le règne du pouvoir.

L'AASU salue les efforts de la CEDEAO en créant une équipe de négociation dirigée par le président Buhari dans sa quête d'une solution pacifique au problème. Entre-temps aussi, l'AASU met en place une campagne d'évacuation de la communauté étudiante en Gambie si elle devient évidente que la nation sera plongée dans la guerre.

L'intention est de régler les étudiants dans les universités dans les pays voisins jusqu'à ce que la Gambie est stable politiquement. L'équipe de l'AASU travaille avec assiduité à mobiliser les ressources nécessaires et à unir ses forces avec les principales parties prenantes pour pouvoir remplir son mandat envers les étudiants en Gambie.

L'AASU exhorte la CEDEAO à CONSIDÉRER LA SOLUTION MILITAIRE, SEULEMENT EN DERNIER ÉTAT. * Vive le régime démocratique! La volonté du peuple doit prévaloir en tout temps!
Signé

* H. PETER KWASI KODJIE *
* Secrétaire général *
* (Chef de mission) *
* Union de tous les étudiants de l'Afrique (AASU) *
* Courriel: secgen@aasuonline.org*
* Alt Courriel: freekodjie@yahoo.com*

 
 
 

-- envoyé par Saddam Annour Trébo (saddamannour@yahoo.fr)