Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: la CTDDH préoccupée par l'affaire Djonga ARRAFI
COMMUNIQUE DE PRESSE N° 36/2016
 
La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) est profondément préoccupée par les intimidations et pressions de toutes sortes subies ces derniers temps par Monsieur DJONGA  ARRAFI, Secrétaire Général du Syndicat des magistrats du Tchad (SMT).
 
En effet, suite à la diffusion d’une interview accordée à la Radio FM Liberté et au cours de laquelle le Secrétaire Général du SMT avait déclaré « que l’appareil Judiciaire ayant cessé de fonctionner, les Commissariats et Brigades se sont érigés en de vraie juridictions ; il en avait  conclu qu’il existe une vacance de l’Etat de Droit au Tchad ».
 
Ces déclarations qui ne reflètent que la réalité avaient été faites par Monsieur Djonga en sa qualité de secrétaire Général du Syndicat des Magistrats du Tchad  (SMT) et donc au nom de tout le corps; ces propos ne devraient donc en aucune façon être considérés comme ayant été tenus par l’intéressé dans l’exercice de ses fonctions de magistrat et ne sauraient par conséquent engager sa responsabilité devant le Conseil  Supérieur de la Magistrature.
La C.T.D.D.H estime que la procédure de radiation engagée injustement contre Mr DJONGA entre une fois de plus dans le programme des hautes autorités visant à faire taire la lutte syndicale dans tous les corps de métier.
Cette procédure du reste entachée d’irrégularité au regard des textes régissant le corps des magistrats est d’autant plus grave qu’elle viole des droits syndicaux garantis par la Constitution.
 
La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) met en garde les plus hautes autorités du pays contre des actes qui s’apparentent à ceux pratiqués par des régimes politiques de dictature monopartite.
 
La C.T.D.D.H exige donc l’abandon  immédiat de cette procédure irrégulière, arbitraire et illégale  et demande à ce que des pratiques semblables ne se répètent plus à l’avenir.
Fait à Ndjamena le 20/12/2016
Le Secrétaire Général
 
 
 
MAHAMAT- NOUR IBEDOU