Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Suspension des vols du PAM à Amdjarass- Agacée par de nombreux vols à destination d'Amdjarass, ville natale d'Idriss Deby, la représentante au Tchad du Programme Alimentaire Mondiale (PAM), a ordonné la suspension des vols humanitaires en direction de cette contrée, devenue, la Gbatolite tchadienne // l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Guerre et Terrorisme : La baraka du pouvoir au Tchad !

Depuis le terrible attentat de 2001, la guerre au terrorisme est devenue, sans conteste, le véhicule privilégié pour maintenir certains dictateurs africains au pouvoir, lesquels maintiennent leur population en état de soumission totale.

Ainsi, pour le Tchad un blanc-seing est donné à un homme et son groupe.

La guerre hier, le terrorisme aujourd’hui sont devenus des sources inépuisables d’arguments qui permettent au président tchadien, son clan et son mouvement politique de monnayer ses soldats et de se maintenir au pouvoir ad vitam æternam.

En effet, les multiples conséquences des attentats ont créé, depuis lors, un fort sentiment d’insécurité dans la communauté tchadienne elle-même et dans la fameuse Communauté Internationale.

La plupart des responsables occidentaux, surtout en France, ancienne puissance coloniale, sont convaincus que Idriss Deby et sa horde armée sont les seuls en mesure de maintenir la stabilité et protéger le Tchad, l’Afrique centrale voire toute l’Afrique, et accessoirement l’Europe. Non seulement, il serait capable de prévenir le terrorisme mais surtout d’éviter une guerre généralisée au Tchad comme en 1979. Tous ceux qui font cette analyse se trompent. En 2008, si la France n’était pas intervenue, son armée soi-disant forte était apparue aux yeux de tous comme un géant en cocotte de papier.

Le pouvoir actuel du Tchad, progressivement, méthodiquement, maintient la population et le pays dans un état d’appréhension permanent. Un pouvoir clanique absolu qui gruge toutes les libertés, et foule aux pieds les principes de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Un pouvoir qui ignore les simples règles de gestion et du bien commun. Détruit méthodiquement et graduellement le pays pour en faire aujourd’hui un « État néant » constaté et décrié par tous.

A force, épuisés, les Tchadiens sont contraints d’accepter tout ce qui leur ai imposés, car ils ne voient pas de recours, n’entendent pas des belles voix s’élever pour leur venir au secours.

Il est plus qu’urgent de dénoncer, encore dénoncer, toujours dénoncer qu’on ne peut troquer sa liberté contre sa sécurité. Aujourd’hui les Tchadiens n’ont ni liberté ni sécurité. Ils ont tout juste rien. Pas d’école, d’hôpital, de nourriture.

Oui, une forme de génocide subtile, discrète et efficace est en train de se passer au Tchad aux vues et au su de la communauté internationale.  

Il y a quelques années tout le monde a feint de fermer les yeux sur le Rwanda et le réveil en fut brutal. Sauvons les Tchadiens et le Tchad avant qu’il ne soit trop tard. En ces jours de demandes au père Noël, moi je lui demande de sauver le Tchad.

 

Marguerite-Odile Kabatchang

Demande au Père Noël; décembre 2016

Sauver les Tchadiens et le Tchad»