Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Brice MBAIMON GUEDMBAYE,Président du MPTR

Brice MBAIMON GUEDMBAYE,Président du MPTR

Droit de Réponse au journal le Visionnaire 
 
   
 
 

Droit de réponse
A
Monsieur le Directeur de publication du Journal « Le VISIONNAIRE »


Monsieur le Directeur,


Dans votre parution numéro 032 du 07 décembre 2016, vous vous êtes interrogés au sujet de la prétendue disparition des biens du CNDP en ces termes: « qui a volé quoi ? » Sous ce titre déshonorant, un album de quatre photos dont la mienne a été placé.


Dans votre éditorial à la page 2, vous rassurez votre lectorat en des termes aussi catégoriques que dogmatiques : « Point question de vous interroger sur les raisons de la volte-face de Brice Mbaimon des actions du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (Fonac), à un moment crucial de la lutte. » Vous prétendez ainsi mieux connaître les circonstances de la création et la philosophie du FONAC plus que moi-même, sans vous gêner de vous ériger en directeur de l’orientation politique du MPTR, au mépris de tous ses valeureux militantes et militants qui l’animent. La décision du MPTR de mettre en veilleuse sa participation aux activités du FONAC est prise en réunion plénière de ses membres dirigeants. En êtes-vous un ? Votre parti est-il du FONAC ? Qu’entendez-vous par « moment crucial » ? Permettez-moi d’éclairer votre lanterne que, jusqu’à preuve du contraire, M. Brice Mbaimon Guedmbaye demeure Rapporteur général du FONAC. 

Sachez aussi une fois pour toute, que j’étais candidat à la Présidence de la République au nom de mon parti pour présider moi-même à la destinée des Tchadiens ; mais pas en accompagnement de ceux dont vous défendez la politique en sourdine. Du reste, mettez fin immédiatement à ce mercenariat diligenté contre ma personnalité. 
A la même page, et dans un pastiche inconnu de tout genre journalistique, vous glissez dans des élucubrations dignes d’un illuminé, discréditant les personnalités de l’opposition pour dédouaner le régime de Déby. C’est peut-être votre mission. Bravo ! Mais vous devez savoir que ce genre de journalisme auquel vous vous livrés n’a aucun lendemain. Le journalisme professionnel est celui qui apporte aux citoyens l’information dont ils ont besoin pour vivre en hommes libres et autonomes. Par conséquent, pour l’exercer, vous êtes tenus au respect de la vérité, et rien que la vérité.

Les mensonges distillés dans vos colonnes tels que : « Kram Abel, Brice Mbaimon Guedmbaye se seraient partagé les écrans, tables et chaises de bureau » discréditent votre parution et déshonorent le métier auquel vous prétendez appartenir. 

Je tiens à vous rappeler que c’est à l’occasion de la remise du rapport final de la CENI sur le processus électoral que le Président de la République a instruit le CNDP d’occuper le local de la CENI et libérer le bâtiment de location où il est logé. N’étant pas membre du bureau de la Coordination, je n’ai été ni associé à la décision de déménager ni au déménagement. Quelques jours avant le déplacement, étant donné que seuls les Rapporteurs géraient ce dossier, j’ai été contacté au téléphone par Alladoum Djarma Baltazar, Rapporteur 2ème Adjoint au sujet de l’achat des meubles. Je lui ai répondu par le silence avant d’exiger le lendemain, n’accepter quoi que ce soit sans la tenue de la plénière habilitée à prendre une pareille décision. Position entièrement partagée par le Rapporteur général, M. Abdoulaye Mbodou Mbami. Voilà toute mon implication dans cette affaire.

Après le déménagement en question, des querelles intempestives surgissent sporadiquement entre Alladoum Djarma et le personnel d’appui. C’est en demandant à savoir le mobile de ces accès d’humeur que j’ai appris des informations faisant état de la disparition des meubles, télévisions et générateur. En même temps, j’apprends que le générateur électrique est soustrait de l’ancien siège par Alladoum. En réaction, j’ai passé un appel téléphonique au Rapporteur Général pour lui rappeler la procédure convenue et lui suggérer de faire réintégrer les objets supposés enlevés ; fautes de quoi, je commettrais un huissier de justice pour faire établir l’inventaire des biens et m’en dresser procès-verbal. Constatant un atermoiement, j’ai agi immédiatement le lendemain. Mon devoir de fonctionnaire de l’Etat et du citoyen m’en donne droit. Comme tel, j’attends le procès-verbal de l’huissier pour me situer.

Votre reporter en la personne d’Armel Allarambaye, dépêché pour échanger avec moi sur le sujet m’a lu un SMS par lui reçu, sur la base duquel il mène des investigations. Est-il un espion ou un journaliste ? Il a aussi rencontré l’huissier dont il s’agit dans l’enceinte du CNDP. Aussi curieux que cela puisse paraître, votre prétendu article d’investigation a été signé par un pseudonyme ! Soit ! Ce qui m’ouvre désormais les yeux sur votre réelle nature.

En tout état de cause, votre article me concernant n’a obéît ni à l’exigence de la vérification, ni au devoir de l’objectivité. Il relève d’un pur charlatanisme, un mercenariat contre mon honneur et ma réputation. Je vous enjoins de publier la même photo et en intégralité ce droit de réponse en lieu et place respectif, accompagnés des excuses présentées à ma personne. Faute de ce minimum, je me verrai dans l’obligation d’explorer la voie judiciaire pour défendre mon honneur.

 


N’Djaména, le 09 décembre 2016


Brice MBAIMON GUEDMBAYE
Membre de la Coordination du CNDP
Président du MPTR

 
 
 -- envoyé par Brice MBAIMON GUEDMBAYE (bricembaimong@yahoo.fr)