Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Le président tchadien dans la tourmente, acculé de partout// Suspension des vols du PAM à Amdjarass- Agacée par de nombreux vols à destination d'Amdjarass, ville natale d'Idriss Deby, la représentante au Tchad du Programme Alimentaire Mondiale (PAM), a ordonné la suspension des vols humanitaires en direction de cette contrée, devenue, la Gbatolite tchadienne // l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Affaire Me Abdoulaye Harissou : plusieurs entorses et des irrégularités relevées par le juge

Inéluctablement, on va vers des véritables débats dans l’affaire du notaire camerounais, Me Abdoulaye Harissou,  détenu arbitrairement depuis 2014 pour des faits irrationnels qui lui ont été reprochés du fait de son amitié avec son ami, Marfa Hamidou, ex-secrétaire général de la présidence et proche du président Paul Biya.

 

Selon nos sources, lors de l’audience du 09 décembre 2016, le juge a rejeté la demande du « sauccissonnement » des éléments des prétendues preuves présentées par le commissaire mandaté par le Gouvernement lors de l’avant dernière audience. Il a exigé du commissaire de dérouler son accusation infraction par infraction et de justifier les preuves qu’il détient. Chose faite !

Au regard des éléments présentés et examinés par les accusés et leurs avocats, les juges ont relevé de nombreuses entorses qui annulent la plupart desdits éléments conformément à la loi. Ils ont constaté entre autres ; l’absence de réquisition pour la perquisition chez Aboubaka Siddiki, coaccusé de Me Harissou, absence des procès-verbaux de saisie des objets supposés trouvés chez lui, ainsi que l’absence des témoins, étant donné que tous s’était passé à son insu et son absence.

Me Mbuny, avocat du notaire a attiré l’attention du juge de constater qu’aucun élément de ces objets scellés n’appartient à son client et d’en notifier par un acte. Il a aussi noté sur la forme « que les transcriptions téléphoniques présentées par le CG indiquant "communications de Me A.H avec un tiers" sont irrecevables parce que il n'y a ni le numéro de téléphone de l'appelant ni de celui de l'appelé » a-t-il relevé.

De plus, Me Mbuny a déclaré qu’il ne sait rien des DVD, puisqu’il les avait pas visionnés. Il a souhaité que ces éléments vidéo fassent l’objet d’un visionnement ou qu’ils soient simplement rejettes.

Prenant acte de toutes les suggestions de l’avocat de Me Harissou, le président a renvoyé le procès au 13 janvier 2017.

Ce qui est sûr, la justice camerounaise doit enfin saisir l'opportunité pour prouver qu'elle n'est pas instrumentalisée à des fins politiques.

Makaila.fr