Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: Complot ou Conspiration contre Haroun Kabadi, président de l'Assemblée nationale?

Complot ? Conspiration ? Selon des bruits qui courent ces derniers temps dans certains milieux bien informés le grand et vieux baobab du Moyen Chari, Dr Haroun Kabadi, Président de l’Assemblée Nationale ferait l’objet d’une manœuvre visant à le nuire .


Le complot ou la conspiration viserait-elle Dr Haroun Kabadi ? Ou à travers lui le régime ? En cas toutes les rumeurs laissent entendre que profitant de la motion de censure des députés de l’opposition contre le gouvernement de Pahimi II, le président du Conseil Constitutionnel, Nagoum Yamassoum, avec complicité du ministre Secrétaire Général du Gouvernement, chargé des Réformes et des Relations avec les Institutions de la République, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, ont décidé de déstabiliser les institutions de la République sachant que la motion de censure du gouvernement a pour objectif de faire le procès du régime. Il serait inconcevable que les premiers responsables du régime MPS puisent s’adonner à ce complot ou conspiration que certaines rumeurs qualifieraient de haute trahison.
Avant d’y arriver à leur fin, plusieurs baoubab issus du Batha, de Biltine, du Mandoul, du Guerra, du Mayo Kebbi Ouest, de la Grande Sido se seraient concertés pour couper en premier lieu la tête du grand et vieux baoubab du Moyen Chari, Dr Haroun Kabadi.
Le Président du Conseil Constitutionnel, Nagoum Yamassoum, et le Ministre SSG, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul se seraient entendus pour que la motion de censure puisse permettre de renverser le gouvernement pour désigner un nouveau PM en l’occurrence l’actuel directeur de Cabinet du PR Mahamat Hissène. 


Avant le dépôt de la motion de censure contre le gouvernement, le président du Conseil Constitutionnel, Nagoum Yamassoum, et le ministre SSG, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul auraient consulté leurs complices : Saleh Kebzabo, Mme Elise Loum, Moussa Kadam, Abakar Adoum Haggar et Mahamat Hissène.


Tous ces responsables seraient très remontés contre le Président de l’Assemblée Nationale, Dr Haroun Kabadi, pour avoir pris une décision mettant fin au mandat de Saleh Kebzabo au Parlement Panafricain. Ils en voudraient également à Kabadi au sujet de la motion de censure contre le gouvernement qu’il aurait donné une interprétation selon laquelle celle-ci n’aurait pas respecté la procédure parlementaire. Cela aurait suscité une colère de la part des responsables cités ci-haut qui auraient décidé de couper la tête de Kabadi pour haute trahison. Ils auraient projeté de déposer une plainte à la Haute Cour de Justice contre Kabadi pour haute trahison et ainsi le faire remplacer à la présidence de l’Assemblée Nationale par leur complice Moussa Kadam.
Les observateurs de la vie politique tchadienne s’interrogeraient qui du groupe de complices de Nagoum et de Sabre et le président de l’Assemblée Nationale aurait trahi ? Kabadi paierait-il pour son engagement à défendre le régime MPS ?
Certains observateurs estiment que l’on ne peut pas être membre du système et s’aligner à un opposant contre ce système. Ce seraient ceux qui se seraient alignés à Saleh Kebzabo qui auraient trahi. Ils estiment que Saleh Kebzabo serait devenu un fonds de commerce pour ceux qui, bien hissés dans le système, prétendent le défendre.
Le ministre SGG, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, serait le pivot de ces comploteurs contre régime MPS. C’est inadmissible que des militants du MPS haut placés complotent avec l’opposition contre leur propre système. Certains rumeurs annoncent que l’initiative de la motion de censure viendrait de Nagoum et Sabre et que le député Madtoingué Benelngar n’aurait fait que exécuter.
Ces comploteurs se seraient-ils distribuer des rôles précis ? Nagoum aurait fait son boulot en donnant raison aux signataires de la motion de censure contre le gouvernement et Mme Elise Loum s’apprêterait à son cour à faire le sien en organisant un procès contre Kabadi pour haute trahison. Ceci justifierait l’intervention musclée de Mme Loum contre le système MPS lors du débat sur la loi rectificative des finances 2016 en Octobre dernier.
Le grand et vieux baobab du Moyen Chari, Dr Haroun Kabadi, résisterait-il face à tous ces baobab réunis contre lui ?

Affaire à suivre

Correspondant de makaila.fr