Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

PDEV bientôt en fuite au Tchad
 

 

 
 
 

Le Projet Paix à travers le Développement II, financé par l’Agence Américaine USAID/PDEVII, tire bientôt sa révérence suite aux multiples angoisses judiciaires, des ex employés et autres partenaires du projet. La fuite du Directeur sortant Rodney Stubina, n’a rien changé dans les procédures judiciaires sur les dossiers, malgré les coups de mains de Me Josué à accomplir l’évangile.


La parodie du film fictif « Béro TSK », tourné par les comédiens de mauvais gouts et sans intelligences, contre l’ex Directeur des Ressources Humaines & l’Administration du projet a tourné à un court métrage. Le réalisateur principal, l’américain arabo-juif de nature, Rodney Stubina , regardant plus loin que le bout de son nez, a vu les ennuis judiciaires venir, pour avoir passé une nuit à la maison d’arrêt de N’djaména en début du procès et libéré sous caution des millions versés par l’organisation, a préféré prendre la poudre aux escampettes, sans au revoir à ses coéquipiers et acteurs, qui se retrouvent face à la justice avec un pincement de cœur. C’est
vraiment dupe de comprendre Ali Yacoub, un géant aux pieds d’argile, soit disant représentant d’une communauté quelconque à N’djaména, peut vendre sa personnalité et conscience à un Diable sans intelligence comme lui, trainant derrière lui, l’homme des expériences sans
diplôme, réparateur traditionnel des engins à deux roues, déguisé en logisticien, à tarauder pour sacrifier les tchadiens comme eux…L’avenir a fini par nous donner raison.

Le verdict est rendu, Rodney, ses tamtams pions, et le projet USAID/PDEVII condamnés solidairement à une peine de prison avec des dommages de 50.000.000 FCFA à verser à l’ex DRH de l’organisation pour le côté pénal, le social reste encore... Le projet ferme ses portes en fin Septembre 2016 selon la Direction des ONGs et que l’ONG IRD/PDEVII changera de nom pour échapper à ses nombreux déboires - Désormais IRD s’appelé “Blumont, Inc.”

Malgré l’appel de l’avocat du projet, pour une messe de plaisanterie, afin de retarder au maximum les poursuites en cours, sachant que la justice tchadienne est forte en renvoi, le destin a décidé autrement, mardi 16 août 2016, un Huissier de justice saisie le compte de l’organisation avant sa fuite. Finis les recours de justice, le pauvre arriviste Mbété Felix Directeur adjoint, quitte les notions du droit commun pour la philosophie, afin d’aider le projet à se dissimuler sans au revoir au Gouvernement tchadien et les créanciers divers, avec l’appui de la Directrice régionale, dont un plan B est dressé, désormais, pas de compte au nom du projet au Tchad, l’argent transitera par les partenaires Equall Access ou Search for Common Grown pour les dépenses liées à la clôture du projet au Tchad, les fournisseurs du projet seront payés via un virement international depuis le Sénégal ou le Niger, les salaires des employés aussi emboiterons la même procédure à l’exemple du salaire du mois d’aout 2016 payé par transfert international sur les comptes individuels des employés. La justice aussitôt alertée, sachant que le procureur a encore deux demandes de saisies conservatoires sur son bureau, des ex employés licenciés abusivement.

Nous appelons au sens de responsabilité du Ministère de Plan à travers la Direction des ONG, aucune organisation ne peut s’installer au Tchad avec un compte bancaire à l’étranger. On doit assumer les ennuis judiciaires qu’on a créés et non fuir. Même si le PDEVII a adopté une stratégie de payer les fournisseurs aussi depuis son compte logé à la Direction régionale du Projet à Niamey, le Ministère public a déjà la puce à l’oreille.

Nous signalons aussi que le parquet est saisi d’une plainte d’une ONG COFID/Tchad, contre USAID/PDEVII, pour le fait d’avoir gagné un marché de formation, dont le centre aurai produit des modules de formation à l’organisation qui est passé outre, usant des modules pour exécuter la formation sans avis du prestataire. Quand on sème le vent, on récolte
la tempête. 
Wait and see

 
 
 

-- envoyé par Alexendre Allao (reseau.droits@gmail.com)