Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Gabon : mission difficile pour l’Union africaine à sa tête Idriss Deby, partie prenante de la crise

Idriss Deby est attendu ce jeudi 08 septembre à Libreville dans le cadre de la mission de l’Union africaine qu’il préside, en vue d’une résolution pacifique de la crise postélectorale que connaît le Gabon.

Problème : souvenez-vous qu’en 2012, le Tchad avait soutenu la candidature de Mme Dlamini-Zuma contre celle de Jean-Ping à la commission de l’Union africaine. Depuis, rien ne va entre  le chef de l’Etat tchadien et l’ancien président de la commission continentale.

Quatre(4) ans, après, Idriss Deby est à la tête de l’Union africaine alors qu’il vient de s’auto-élire après un hold-up électoral au Tchad. Situation donc similaire à celle que nous connaissons actuellement au Gabon où Ali Bongo a fait un forcing électoral après avoir réprimé violemment les manifestants hostiles à sa réélection. Cette délégation de l’Union africaine aura une mission délicate pour résoudre la la crise gabonaise comme le souhaitent la France, l’Union européenne et les Nations-Unies. Pourquoi ?

Comment Idriss Deby qui ne porte pas trop Jean-Ping dans son cœur, peut-il être médiateur d’une crise dont lui-même est partie prenante en soufflant sur la braise ? Des rumeurs folles font état de la présence à Libreville et dans certaines régions du pays des gens ne parlant pas français. D’autres sources nous informent avoir vu des avions quittés la base militaire tchadienne en direction du Gabon.

Autre chose, le Président sénégalais Macky Sall avait déjà été soutenu en 2012 par Ali Bongo lors qu’il était opposant au régime du Président Abdoulaye Wade. L’actuel président sénégalais s’était rendu régulièrement rendu à Libreville où il avait obtenu des soutiens financiers.

Aussi, faut-il rappeler que Macky Sall avait échoué dans sa médiation au Burkina-Faso lors du Coup d’Etat de 2015 alors qu’il était le président en exercice de la CEDEAO.

Quelle est la solution ?

Il faut une délégation totalement neutre pour mener une médiation de cette envergure en vue d’aboutir à une issue heureuse du contentieux postélectoral au Gabon.

Makaila.fr