Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Droit de réponse de l'Ambassade du Tchad aux Etats-Unis
Droit de reponse: Détournement à l’Ambassade du Tchad aux Etats Unis  
 
     
 
  Droit de réponse adressé au gestionnaire du blog de Makaila pour publication immédiate.
L’Ambassade a lu avec beaucoup de surprise et d’intérêt l’article posté sur votre Blog et intitulé : Détournement à l’Ambassade du Tchad à Washington, D.C.
Les règles administratives exigent à ce que les informations internes à l’administration ne soient pas mises dans le domaine public sauf, s’il y a une autorisation expresse de la hiérarchie et ce, pour l’intérêt supérieur de la nation. Mais, puisqu’il y a une volonté manifeste de ternir l’image de l’Ambassade du Tchad à Washington juste par souci de vengeance, et d’abuser la confiance de vos lecteurs en mettant des fausses informations à leur disposition, l’Ambassade a jugé utile d’apporter les informations précises qui ont fait l’objet de compte-rendu interne à la hiérarchie dans les éléments de réponse ci- après : 
La décision mettant en place la Commission des Jugements des Offres (COJO) depuis 2013 prise par l’ancien Ambassadeur Maitine Djoumbé dont les membres sont désignés ex-qualité n’a pas été révisée car, il n’y avait pas une nécessité de procéder au changement de ladite Commission. C’est la même Commission qui a fait le travail
Après autorisation de la hiérarchie pour la mise en vente de l’ancienne Chancellerie située à R Street NW, Washington, D.C en Septembre 2015, une Agence immobilière a été recrutée pour lancer un Appel d’Offres relatif à la mise en vente sur le marché et ce, conformément aux lois du pays hôte. Jusqu’à la date du 23 juin 2016, date à laquelle la COJO a procédé, avec l’aide de l’Agence immobilière recrutée, à l’ouverture et à l’analyse des offres reçues avant d’attribuer la vente au plus offrant, douze (12) offres ont été en effet reçues avec des dates et des montants précis dans chaque offre. L’Ambassade voudrait signaler que l’auteur de l’article a bel et bien siégé à la Commission lors de l’ouverture et de l’analyse des offres en tant que membre et dispose le montant exact de chaque offre. Mais, il a préféré donner un montant imaginaire. Pour quel intérêt ? lui seul sait. La COJO a donc choisi le montant le plus offrant. De même, l’Ambassade voudrait affirmer aussi que la mise en vente a été réalisée par la procédure d’Appel d’Offres et non par un marché de gré- à- gré et, le produit de la vente est versé au compte de l’Ambassade par virement bancaire, par le biais d’un Cabinet d’Avocats et non par la remise d’un chèque en main propre.
L’auteur de l’article qui a été suspendu de ses fonctions à l’Ambassade depuis le 6 septembre 2016 pour fautes graves n’a-t-il pas promis en quittant l’Ambassade : « Maintenant que l’Ambassadeur m’a suspendu, on va bien danser avec lui » fin de citation. En effet, l’auteur de l’article s’est trompé d’utiliser dans ses propos le verbe danser comme synonyme de : mentir, désinformer ou calomnier car, il n’est pas du tout évident que les artistes qui ont une mission très noble soient d’accord avec lui pour que l’on puisse transformer ou qualifier leur métier de celui de mensonge, de désinformation ou de calomnie.

L’Ambassade.
 
 
  -- envoyé par Hassan ahmat (rongho2000@yahoo.fr)