Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Afrique centrale : processus démocratique inachevé et bloqué, une introspection s’impose !

Depuis le Sommet de La Baule du 20 juin 1990, au cours, duquel, le Président François Mitterand avait imposé le multipartisme pour redéfinir le contour des relations franco-africaines en exigeant à des régimes africains à se conformer aux règles du jeu démocratique, on constate avec amertume que le processus peine à se répandre convenablement sur le continent.

 

Vingt-six (26) ans après la conférence franco-africaine de La Baule, sur la démocratisation du continent, tout porte à croire qu’au regard des dernières élections présidentielles qui ont lieu au Congo-Brazzaville, au Tchad, en Centrafrique, en Guinée-Equatoriale et au Gabon, en attendant le Cameroun, pays d’Afrique centrale, on peut affirmer sans risque de se tromper que le processus est inachevé et bloqué dans cette zone à la différence de l’Afrique de l’Ouest.

En effet, plusieurs observateurs s’accordent à dire qu’en terme d’alternance démocratique, les pays ouest-africains sont en avance que ceux d’Afrique centrale.

En Afrique de l’Ouest, les exemples d’alternance démocratique sont légions : Le Sénégal a connu deux alternances démocratiques, le Mali deux alternances, le Niger deux, la Côte d’Ivoire et la Guinée-Conakry ont bon gré malgré connu des changements des régimes. Toutefois, la Gambie et la Guinée Bissau restent les seuls mauvais élèves dans la sous-région.

Ces observations nous emmènent à dire que non seulement les pays d’Afrique centrale s’illustrent par leur déficit démocratique et la confiscation des libertés fondamentales de leurs peuples, mais ils se caractérisent particulièrement par la mal gouvernance, les violations des droits humains et l’absence réelle de volonté politique en faveur de la construction d’un Etat de droit.

Cette mauvaise volonté politique des dirigeants africains véreux, est malheureusement accompagnée et encouragée par des puissances étrangères qui continuent à les soutenir au grand dam des préjudices qu’ils causent à leurs concitoyens et des vertus démocratiques qu’ils transgressent sans gênes.

Ironie de l’histoire ! C’était sous François Mitterrand, Président français d’obédience socialiste que le multipartisme a été exigé au continent et curieusement sous François Hollande, que ces mascarades électorales massives s’opèrent sans que les auteurs n’en courent des risquent qui inquiètent leurs pouvoirs illégitimes.

Les autorités françaises interpellées devant ce constat, doivent faire une introspection profonde de leur politique africaine pour proposer d’autres alternances crédibles à leurs partenaires qui échappent de plus en plus à leurs contrôles.

Au regard de ces élections mal organisées par des régimes impopulaires et remportées contre les volontés populaires, l’espoir de démocratiser l’Afrique centrale relève de la chimère et appelle à une mobilisation générale des forces vives des pays concernés.

Makaila.fr