Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Mondialisation ou ‘’Samisme’’ et souveraineté

 

La mondialisation est-elle incompatible avec la souveraineté ?

Le « Samisme » : est un Système Aménagé Mondial(S.A.M)

Mondialisation

La mondialisation est une copie conforme de notre monde réel qui évolue dans un processus d’intégration des marchés.

Un système de vase communiquant dans lequel fluctuent nos économies. C’est une pieuvre insaisissable de la finance plutôt, un requin de la finance pour dire vrai.

Elle veut mettre nos économies, nos cultures et nos politiques (c’est-à-dire, aimer ce qu’ils aiment et détester ce qu’ils haïssent.) en osmose avec leurs systèmes occidentaux évolués.

Nous serons domptés à leur doctrine, nous les prendrons pour modèle, les ressembler sans pouvoir devenir comme eux.

En voulant trop les ressembler, nous deviendrons, des serfs à moindre frais.

Nos monnaies auront une parité fixe en bourse, de leurs valeurs fiduciaires électroniques, elles seront abritées dans leurs établissements financiers. (Absence de souveraineté monétaire)

En sémantique la mondialisation, il faut la mettre en quarantaine quand il s’agit de parler des relations inter nationales sur toutes les politiques (économiques, sociales ou d’émergence) possibles.

La première appellation monde (tiré du latin mundus : univers) ou globalisation, du globe (tiré du latin globus).

J’aime lire globalisation, comme étant un support des technologies d’échanges ou monde de finances interconnectées et des sécurités (nucléaire, antiterroristes, ou de guerre) qui est tissé à l’échelle du globe terrestre bref, tout ce qui est lié au relationnel.

Ainsi, mondialisation me révèle le sens de relations établies entre les producteurs des biens et des services et les consommateurs de ces mêmes produits, qui sont de facto, agents économiques et leurs relations avec les pouvoirs.

Quand la mondialisation met l’accent sur le monde des finances et les centres des décisions, ceux-là s’appellent les élites constitués en groupe Gx, Gy ou G8 etc.

Comme par affinités, l’internationalisation, met en exergue les relations entre les supports des différents marchés ou monde de la finance (globalisation) et les agents économiques (mondialisation).

Quand nous feignons raisonner politique de droit international au fils très mêlés, régulée par les Nations Unies, telle une télécommande entre les mains des puissances victorieuses des deux guerres mondiales. Il faut tourner votre langue en longueur de la journée.

Le jeu en vaut la chandelle. Néanmoins l’international, c’est le miroir des amitiés ou des situations conflictuelles. En baromètre politique nous devons en principes connaitre nos interlocuteurs directs. C’est-à-dire les relations consenties entre les Nations elles-mêmes sans contraintes ni faussetés.

Dommage que la guerre est le fruit des concertations à but lucratif décidée et exécutée au grand dam de la charte des Nations Unies, sous prétexte des résolutions onusiennes taillées sur mesures. Hélas l’on dit bien vrai : Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage.

Mais la mondialisation est une valse qui va vous faire le tournis. Comme la globalisation est un concept économique autant que social, qu’il faut aborder avec prudence. Des Nations sont défaites au prix du culte de la déité nouvelle.

Cette trilogie, est un phénomène de relations internationales complexes. Par acception du mot, elle reste mondialisation, comme terme de référence assimilable.

Ce sont les prémices séduisantes de la mondialisation qui voient le jour. Les riches ont les moyens et le droit de venir chez nous, par contre, nous sommes soumis au calvaire. Comme des damnés, nous restons cloués au sol et attendons la Baraka ou charité.

MONDIALISATION

La mondialisation sous-entend un nouvel ordre mondial (N.O.M), un ordre est souvent la perception de l’alignement, une conception orthonormée, surtout être conforme à une pensée en un mot, remplir les critères de choix du socle éthique modélisé.

Le seigneur qui cherche à établir un nouvel ordre mondial, conteste Clairement l’ordre dans lequel chemine notre monde actuel.

La confusion réside sur l’étalon qui sera installé, avec ou sans antivirus. Une mise à jour quotidienne est effectuée, qui fluctue au gré des courbes des bourses et aux sondages médiatiques.

En toile de fond, qui est mieux placé pour incarner ce label mondain ?

Portrait-robot du grand frère

Le grand frère a besoin d’être applaudi sur toutes, ses démarches pour le changement progressif qu’il souhaite.

Ce changement consiste à lui obéir sur toutes ses décisions. Il ne suffit pas de l’aimer, mais d’être terrifié constamment au point de friser l’adoration. Vous devriez croire en lui, et lui seul, qui est capable de vous mettre à l’abri.

Quand on aime, on a attrait à détester un jour, alors, quand on est terrifié, on est soumis tant que l’outil de la terreur persiste. Suprématie s’impose, il n’y a qu’auprès de lui, que vous auriez la vie sauve.

Cette épée de Damoclès est la puissance de feu qu’il montre en direct à qui veut ou ne veut pas croire. Quant à vous, Bien que vous soyez ses amis, peu importe, il est « acardiaque ou absence de cœur» il vous fera sentir l’enfer comme par inadvertance et les excuses acceptables viendrons après.

Guerre ou outil de la terreur

Le grand frère sort toujours victorieux, même s’il perd une guerre, il a les moyens de se retirer sans honte en étouffant les médias. Pour laver sa défaite il déclenchera une autre guerre dissymétrique.

Nous savons que la guerre est un jeu dangereux qui couve beaucoup d’enjeu. Comment s’en prend-t-il, notre grand frère ?

Le grand frère s’obstine à rester grand, donc il est confronté aux défis. Il est le fils des grandes civilisations, il anticipe les évènements, certains de son entourage pensent qu’il est le chef d’orchestre de toutes catastrophes anthropiques.

Stratégie pour instaurer le nouvel ordre mondial (N.O.M)

Le pur hasard fait qu’un haut responsable de la cour de dieu de de guerre et de la finance est dans nos murs. Sous anonymat il va répondre brièvement à nos petites questions.

Identification : son nom et son titre dépendent de sa mission, il est redoutable sans pitié, il s’appelle parfois dieu.

Lui demandant son sexe, il s’était tu, puis il nous répondait d’une voix de robot humanoïde, qu’il est transsexuel.

Il esquive la question relative à son âge. Par inadvertance il avait répondu qu’il vit comme le Phoenix aux dépends des mandats présidentiels donc, il est immortel.

Chaque élection, est une confession nouvelle, qui absout ses péchés. Comme dans une baignoire ou dans un bain turc, les impuretés regagnent les égouts.

Les dieux s’auto purifient, d’ailleurs ce sont eux les châtieurs, ils ont l’enfer (apocalypse) et le paradis fiscaux. Ils sont prémunis de tout crime, même le TPI obéit à ses instructions.

Il fait signe de sa grandeur de ne pas l’interrompre quand il parle.

Top chrono, Il cite ce qu’il déteste :

Les musulmans, les communistes, les monothéistes, les arabes, les noirs, la croissance démographique et la paix.

  • Quoi ? tu déteste la paix !
  • J’aime les minorités : les homosexuels, transsexuels, les riches, les Juifs, les nudistes, ceux qui se moquent des prophètes et leurs prophéties puis les foyers des guerres qui emportent les pauvres à jamais.

 

Vous n’êtes pas surpris j’espère.

Il ajoute sans complaisance, que son secret réside dans les combinaisons de ce qui il aime et ce qu’il déteste. C’est pourquoi la guerre est son business.

Afghanistan

  • Islam contre le communisme

J’avais mis mes ennemis en conflit. Je faisais la guerre par procuration. Les rois, les musulmans, jeunes cadres bien formés les contributions des économies du pétrole que j’achète moi-même, je garde l’argent dans mes banques et je vends mes stocks encombrants d’armes interdites.

Je choisis les munitions et les moments pour les sorties de l’apocalypse. Je facture comme je veux, je fais les virements quand je veux et je tue qui je veux, qu’il meurt.

D’une part les arabes et leurs pétrodollars et les communistes de l’autre côté. Chaque munition tirée, ce sont les dollars qui entrent et au moins un de mes ennemis de part et d’autres meurt. Oooh ! Quelle bonne guerre ?

Irak et Iran

  • Islam contre Islam

Deux musulmans qui se ressemblent, mais qui ne s’aiment guère, c’est une haine antéislamique. Leurs autodestructions protègent mes intérêts et mes amis.

Les guérillas d’Amérique latine

  • Communisme et narcotrafic : Les latino-américains sont mes ennemis génétiques, en plus ils voulaient devenir de communistes.

J’ai double raison de les laisser s’entre massacrer. Je soutiens leurs dictatures d’une main et leurs révolutionnaires de l’autre main. Mes services assurent les tortures et poussent les pauvres à rejoindre la guérilla.

Ces prolétaires n’ayant pas de moyens pour acheter des armes je leurs ai fait créer une capitale de narco trafiquants qui encourage la production de la cocaïne et vente d’ armes, superbe transaction, mes banques assures les blanchiments d’argent.

Le marché se trouve chez moi. Les démunis et les noirs achètent en dollar et cash, puis de ces dollars collectés par la violence, voyez-vous, chez qui, ils achètent les armes pour s’entretuer ?

Je suis leur fournisseur exclusif d’armes. A suivre

 

MAHAMAT ALI HIDJAZI

Commenter cet article