Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Le président tchadien dans la tourmente, acculé de partout// Suspension des vols du PAM à Amdjarass- Agacée par de nombreux vols à destination d'Amdjarass, ville natale d'Idriss Deby, la représentante au Tchad du Programme Alimentaire Mondiale (PAM), a ordonné la suspension des vols humanitaires en direction de cette contrée, devenue, la Gbatolite tchadienne // l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Makaila Nguebla

Pour n'avoir pas voté Idriss Déby à la présidentielle du 9 avril, 49 militaires ont été déportés à Wour, dans le Tibesti, dans des conditions extrêmement difficiles. Des témoignages recueillis font état de mauvais traitements. Le procureur de la République a mené son enquête, notamment sur le cas de cinq militaires donnés pour mort. Mais ces cinq ont été montrés à la télévision bien vivants et le procureur assure qu'aucun militaire reçu dans son bureau n'a évoqué des sévices ou tortures. Le dossier a été classé sans suite. Retour sur ce 9 avril où des militaires arrêtés ont été conduits dans des locaux de la présidence. Au moins deux d'entre eux ont pu s'échapper.

Oumar* est arrêté le 9 avril, le jour du vote des militaires. Il est conduit dans les locaux de la présidence. D’autres prisonniers sont là, la tête enveloppée par un tissu noir. Il s’entend dire : « Vous voulez d’un autre éléphant [d’un autre président, ndlr], eh bien nous sommes là et nous y resterons. » Suivent deux jours de tortures : courant électrique, fouet. « Si l’un de nous meurt, explique Oumar, on le jette à l’eau. »

Au seizième jour, le militaire parvient à déjouer l’attention de ses geôliers. « J’ai rampé dans un caniveau qui donnait sur le fleuve, se souvient-il. J’ai toujours des traces de torture sur le corps, je vis caché. »

→ A (RE)LIRE : Militaires disparus au Tchad: l'affaire classée sans suite par le procureur

Abacar*, lui, est arrêté le 9 aussi, mais avec dix-sept autres. « On nous a enfermés dans un conteneur, il y a eu quatre morts. On nous a fait inhaler du piment placé dans des sacs plastiques qui recouvraient nos têtes. Le mobile de notre arrestation est de ne pas avoir voté pour le président », assure-t-il.

Ce témoignage, ces quelques phrases que RFI s’est procurées, Abacar les a écrites avant d’être à nouveau arrêté, il y a deux mois. Disparu pour la seconde fois.