Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Crédit-Photo: site de l'Elysée

Crédit-Photo: site de l'Elysée

En dépit d’une élection fortement contestée et dominée par un climat de crise politique post-électorale majeure au Tchad, Idriss Deby a été reçu par le Président François Hollande, ce samedi 20 août 2016 à l’Elysée dans le cadre d’une visite officielle.

 

Cette audience vient à point nommé renforcer les Tchadiens et Tchadiennes dans leur ferme conviction du soutien continue que Paris apporte à un régime dont les pratiques sont antinomiques aux principes et valeurs démocratiques qui régissent les grandes nations.

En recevant Idriss Deby à l’Elysée après une investiture qui a endeuillé le pays, marquée par la répression, l’assassinat d’un jeune bachelier et de nombreuses arrestations dans les milieux des membres de l’opposition ayant appelé à la ville morte, François Hollande réaffirme le soutien inconditionnel régulièrement décrié de Paris à une des redoutables dictatures africaines.

Le pays traverse une crise politique post-électorale majeure qui doit interpeller Paris dans sa politique tchadienne et le pousser à éviter de « copiner » avec un régime non issu d’élection transparente et régulière. Mais, l’autisme des dirigeants français sur la question tchadienne se poursuit allégrement.

 

Sur le site de l’Elysée, il est mentionné que la France confirme son soutien à la lutte contre le terrorisme en apportant l’appui logistique aux forces africaines. Mais, le paradoxe est que nombreux sont les observateurs qui doutent de ce soutien qui servira plutôt aux forces tchadiennes de continuer à réprimer sans discernement les voix démocratiques.

Par ailleurs, il est de notoriété publique que le pays est traversé par un marasme économique et financier qui risquerait de réveiller le front social à l’approche de la reprise des cours dans les lycées et universités tchadiens souvent centre des contestations socio-éducatives d’envergure.

Comment Idriss Deby peut-il payer les salaires des fonctionnaires en général sans aucun sou dans les caisses de l’Etat. ? L’affrontement entre les forces de l’ordre et les syndicats sont inévitables dans les prochains jours.

Pour les Tchadiens, sauf un changement de direction politique en France, pourrait éventuellement modifier la politique tchadienne de Paris dans les prochaines années.

D’ici là, il revient au peuple tchadien de retrousser les manches pour inverser le rapport de force actuel qui est favorable à Idriss Deby

Makaila.fr