Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Baba Laddé,

Baba Laddé,

                                                                               ASJDH

Siège Social: Avenue Taïwan. Rue 7751

(A 700m du Rond-point du pont à double voie en allant vers le rond-point 10 Octobre)

BP :2829.

Tél : (+235) 66 29 78 78 / 77 29 78 78 / 99 29 78 78

Email : asjdh44@yahoo.fr

N’Djaména-Tchad

Réf :..../ASJDH/016

 

 

Lettre ouverte au Président de la République.

 

Monsieur le Président de la République,

Nous venons par la présente auprès de vous qui incarnez les institutions de notre pays solliciter la libération de monsieur BABA Ladé arrêté à Bangui où il était déclaré persona-non-grata par les forces de MUNISCA en décembre 2014.

Cependant, monsieur BABA Ladé était raccompagné à N’Djaména le même mois par le Procureur Général de Centrafrique, et remis aux autorités tchadiennes qui, à leur tour ont pris le relai de lui trouver à tout prix un pou sur sa calvitie, mais en vain jusqu’à nos jours.

 

Monsieur le Président de la République, cet ancien chef de guerre avait signé des accords de paix avec le pouvoir exécutif, ce qui lui permit le retour au bercail comme tous ceux que je tais les noms ici.

Monsieur le Président de la République, combien de fois vous aviez pardonné et fait la promotion de ces multirécidivistes, voleurs de la république au col blanc connus de tous qui jonchent les sphères de l’état à l’heure où je vous écris cette lettre ?

Cet homme n’a aucun antécédent avec les autorités tchadiennes qui puisse engendrer cette animosité.

Monsieur le Président de la République, vous êtes le 1er magistrat et depuis toujours plaidiez pour une justice juste, indépendante et libre. Prière y tenir avec rigueur.

L’ASJDH vous pris Monsieur le Président de la République, d’intervenir personnellement dans cette situation afin que cet innocent recouvre sans condition sa liberté et ça sera droit.

 

 

Pour l’ASJDH

Pando Eric Hervé