Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L'opposition tchadienne a exhorté dimanche la communauté internationale à reconnaître "la nature dictatoriale" du régime du président Idriss Deby Itno au pouvoir depuis 1990, qualifiant de "passage en force" sa réélection en avril, un mois avant son investiture le 8 août.

"L’opposition démocratique attire l'attention de la communauté internationale sur le danger que court actuellement le Tchad à cause de (son) refus de reconnaître la nature dictatoriale et répressive du régime d’Idriss Deby", indique le Front de l’Opposition pour la République, le Changement et l’Egalité(Force), réuni vendredi et samedi à N'Djamena, dans une déclaration reçue dimanche par l'AFP.

Force se présente comme "une coalition de 15 partis" ayant soutenu l'adversaire d'Idriss Deby, Saleh Kebzabo, à l'élection présidentielle du 10 avril.

Le président Deby, 64 ans, a été réélu en avril au premier tour pour un cinquième mandat avec 61,56% des voix. Un "hold up électoral" pour ses adversaires.

L'opposition appelle les Tchadiens "à répondre promptement aux mots d'ordre qu’elle va lancer avant et après le 8 août", dénonçant à l'avance "une parodie d'investiture".

Les opposants réclament également "une nouvelle élection libre, transparente et crédible sous l'auspice de la communauté internationale".

Force dénonce en outre "une situation explosive sur le plan social", alors que des magistrats sont en grève depuis le 5 juillet pour réclamer des arriérés de primes.

Le Tchad est un allié de la France et des Occidentaux dans la lutte contre les groupes armés islamistes en Afrique centrale (notamment contre le groupe jihadiste nigérian Boko Haram) et dans le Sahel. La capitale N'Djamena est ainsi le QG de l'opération militaire française Barkhane au Sahel.

Idriss Deby Itno a pris le pouvoir en 1990, en renversant Hissène Habré, condamné le 30 mai par un tribunal spécial africain à Dakar à la prison à vie pour crimes contre l'humanité pendant son règne de 1982 à 1990.

Le Tchad, pays pétrolier de quelque 12 millions d'habitants, subit de plein fouet une chute de ses recettes, liée à l'effondrement des cours du brut. Le gouvernement a annoncé en mai qu'il révisait son déficit budgétaire à la hausse à 181 milliards de francs CFA (environ 275 millions d'euros) contre 134 milliards en loi de finances initiale.