Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Macky Sall s’est prononcé sur plusieurs sujets brûlants, récemment à l’ordre du jour au sommet de l’Union africaine. Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président sénégalais a évoqué la succession manquée de Nkosazana Dlamini-Zuma. Il est également revenu sur la réintégration du Maroc au sein de l’union et de la suspension de la RASD. Il s’est plaint que la lettre adressée à Idriss Déby n’ait pas été lue publiquement.

Macky Sall vend son candidat et fustige le fonctionnement de l’UA

Les lampions se sont éteints sur le 27e sommet de l’Union africaine, ce lundi 18 juillet. Avant de prendre congé de ses pairs, Macky Sall a tenu à faire des précisions sur le fonctionnement de l’Union. Au sujet de l’élection du nouveau président de la Commission de l’UA, le chef de l’État sénégalais a déploré le fait que ses pairs aient voulu faire cette élection précipitamment. D’où sa satisfaction de voir ce scrutin reporté au prochain sommet de l’Union en janvier 2017 à Addis-Abeba. Ce scénario fait parfaitement l’affaire du Sénégal qui souhaite présenter Abdoulaye Bathily comme candidat. Car pour le président Sall, en plus des diplômes, le candidat idéal est celui qui a « le profil par rapport à une fonction éminemment politique ».

Quant à la volonté du Maroc de réintégrer l’UA, le successeur d’Abdoulaye Wade a réitéré toute son approbation. Non sans omettre de souligner tout de même sa déception vis-à-vis de l’attitude du président tchadien : « Mais je suis très déçu que cette lettre, adressée au président de l’UA en exercice (Idriss Déby Itno, NDLR), n’ait pas été lue devant l’assemblée. Cette lettre était adressée à tous les pays membres ! »

De même, il demande à ce que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) soit suspendue de l’UA. Et ce, jusqu’à un référendum d’autodétermination et une résolution duConseil de sécurité. Cette demande a été consignée dans une motion signée par vingt-huit États, y compris le Sénégal, et remise à l’UA. Cette motion n’a pas été lue publiquement non plus, autre motif de colère de Macky Sall.