Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Général Khalifa Haftar,Chef d'Etat-Major des forces libyennes

Général Khalifa Haftar,Chef d'Etat-Major des forces libyennes

Le Général Khalifa Haftar, Chef d’Etat- major des forces armées libyennes du gouvernement reconnu par la communauté internationale, aurait séjourné à Ndjaména et rencontré Idriss Deby.

 

Fait prisonnier après la défaite militaire de 1987 de l’armée libyenne face aux Forces Armées Nationales tchadiennes (FANT), sous le régime d’Hissein Habré, le Général Khalifa Haftar connait déjà le Tchad. Il y a vécu pendant deux ans avant d’être transféré aux Etats-Unis.

C’est en sa qualité de Chef d’Etat-major des forces libyennes, que le Général Khalifa Haftar, serait venu rencontrer à Ndjaména Idriss Deby. La rencontre au eu lieu la semaine dernière et rien n’a été filtré de celle-ci.

Mais tout porter à croire qu’il s’agit des rencontres stratégiques. On peut penser à deux points :

Le premier serait éventuellement lié à la présence en Libye des groupes armés tchadiens qui se réorganisent pour lancer des offensives militaires contre le régime. Il y a parmi eux, le Front d’Action pour le Changement au Tchad (FACT), de Mahdi Ali, qui avait annoncé reconstituer ses forces pour attaquer l’armée tchadienne.

Le deuxième point serait sans nul doute inhérent à la question sécuritaire en Libye où les éléments de Deach ont élu domicile en recrutant des combattants issus des pays subsahariens et qui répresent une menace réelle pour la sous-région.

Il convient de rappeler aussi que par le passé, Idriss Deby avait reçu Issa Abdelmadjid, leader des Toubous libyens, à qui, il a donné des moyens financiers et militaires pour le soutenir et lui consigner des instructions à empêcher l’éclosion des groupes armés tchadiens à partir du sud libyen.

Rien n’est exclu aujourd’hui, qu’Idriss Deby sollicite l’aider de Khalifa Haftar pour étouffer toute velléité de menace politico-militaire à son pouvoir contesté par les urnes au Tchad.

Tout compte fait, rien n’empêchera les Tchadiens non armés qui restent mobilisés à continuer pacifiquement à décrier son pouvoir qui a perdu toute légitimité populaire.

Makaila.fr