Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : Hommage au Martyre de la nation, papa SOUKAYA CHEMY

L’histoire tumultueuse de notre très cher et beau pays a été ignorée et complètement jetée dans l’oubliette. Certes le Tchad depuis 1963, trois ans justes après son accession à l’indépendance a basculé dans une guerre civile et de déchirement interne à cause de l’amateurisme de ses leaders politiques. Mais l’unité et le courage de ses fils a été observé nettement quand la Libye a envahit le territoire tchadien et occupé militairement la bande d'Aozou, dont elle revendique la possession. Les années 1986-1987, vont restées gravés l’histoire de notre pays le Tchad. Le conflit entre le Tchad et la Libye entre dans sa phase décisive de l’histoire. Cette bataille est baptisée la guerre de ‘Toyota’.

 

La guerre des Toyota est le nom communément donné à la dernière phase du conflit, entre1986 et 1987, dans le nord du Tchad et à la frontière libyo-tchadienne. Ce nom provient des pick-up toyota utilisés comme technique par les tchadiens. Il en résulte une lourde défaite pour la libye, qui, selon des diverses sources, a perdu un dixième de son armée et d’énorme équipement militaire. En mars 1987, nos vaillants soldats ont décidés de lancer le dernier assaut contre la base aérienne de Ouadi Doum, protégée par des champ de mines, des chars, des véhicules blindés et 5 000 soldats des forces armées de Ghadaffi. La chute de Ouadi Doum est une défaite cuisante pour la Libye, qui s'en servait comme sa principale base lors du conflit. Les troupes libyennes se retrouvent isolées.

Dans cette bataille particulièrement historique, les tchadiens ont payés de leurs vies la libération de la base de Ouadi Doum. Les fils du Tchad ont sacrifié au prix de leurs vies pour rétablir l’intégrité territoriale dangereusement menacée. En 1987, au nombre des compatriotes ayant sacrifiés leurs vies pour une cause nationale, un jeune officier courageux, tendre, aimable de ses frères d’armes. Né à Faya Largeau vers 1965 et engagé très jeune dans l’armé, je voudrais le nommé mon très cher papa, chef d’escadron, martyre de la nation SOUKAYA CHEMY. Papa depuis, 1987 années à laquelle le bon Dieu vous a rappelé en défendant une cause noble, celle de refuser l’annexion de la bande d’Aozou par Ghadafi, le Tchad a recouvert son intégrité. Papa, cette même année alors qu’une quarantaine de Toyota sont arrêtés pour chercher la voie non minée par les libyens pour accéder à l’ennemis. Par votre courage et détermination vous avez foncé sur les mines anti-personnel explosant une après l’autre ouvrant la route aux inter-pites soldats tchadiens. Vous êtes fauché à fleur d’âge ! Martyr de la nation ! Papa, juste trois ans après votre décès le Tchad a aussi changé de président.

Très cher papa SOUKAYA CHEMY en 1990 un des vos frères d’armes a renversé Hisein Habré pour s’emparer du pouvoir. Il s’agit papa, de Idriss Deby. Depuis cette date Deby dirige le Tchad, à peine il aura 26 ans de règne. En 2016, à la prochaine présidentielle il est aussi candidat pour un cinquième mandat. Papa, sachant pertinemment que vous avez perdu votre vie pour une cause nationale, nous tes fils ne réclamons rien en récompense. Mais la nation doit être reconnaissante pour vous et vos compagnons. A l’instar des autres grands hommes qui ont marqué l’histoire de ce pays. Vous méritez les honneurs de la nation. Que son âme repose en paix !

 

Ton fils Saleh Soukaya Chemy