Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L'approche de la démocratie occidentale pose-t-elle problème en Afrique?

Les Anciens Maîtres et Leurs Colonies: L’Application de la Démocratie Clientelle et à Multiples Variables

Finalement, on ne comprend pas les occidentaux et décidement on ne les comprendra jamais. Dans les années 1990, afin de béneficier des programmes de l’ajustement structurel promu par la Banque Mondiale et le FMI, les états africains devraient en échange accepter la démocratie comme la nouvelle forme d’état. Cet échange fait à la va vite sans compter les valeurs pré-éxistantes, importantes et propres à ces états semble être l’une des causes de l’état de médiocrite dans laquelle se trouvent nombreuses de nos démocraties en Afrique en ce moment.

 

Mais pire, les anciens maîtres toujours derrière entrain de tirer les ficelles, ne laissent malheureusement pas la chance à ces peuples de s’organiser ou d’adapter certaines de ces valeurs démocratiques à leurs propres réalités ou du moins se faire entendre dans ce système. Ce qu’on voit aujourd’hui en Afrique francophone plus singulièrement est l’application de la démocratie clientèle et à plusieurs variables. Pourvu que les systèmes en place profitent aux maîtres d’hier, on s’en passe des revendications légitimes de leurs peuples.

Comme conséquence, on voit des caricatures de démocracies et leurs dirigeants s’éterniser au pouvoir sous bien entendu la bénédiction de leurs anciens maîtres mais nouveaux métropoles.

C’est echoeurant qu’après plus de 60 ans le concept de “l’Afrique cliente de l’Europe” selon Réné Dumont dans l’“Afrique Est Mal Partie” reste toujours vibrant dans les rapports Nord-Sud.

Oui, l’ Afrique francophone vit en 2016 des pseu-démocracies sinon des pires dictatures soutenues par la France qui en fait dans sa politique de force n’a pas d’amis mais que d’interêts selon le Général De Gaulle. Sinon comment comprendre que cette même France qui se reclame souvent comme berceau des droits de l’homme ferme ses yeux sur les derives graves de la démocratie au sein de ses anciennes colonies? Bien au contraire, elle ne fait que consolider ou renforcer ses liens de coopération militaire avec certaines de ces dictatures. Imaginer les réactions et les interventions que susciterait une simple coupure de courant à Paris ou dans un départment important. Cela ferait des interventions musclées de la part des autorités pour que les choses reviennent à la nornale et pour que les responsabilités soient situées. Or, la France est habituée à sombrir dans le silence la plus absolue quand des millions de vies croupissent sous les dictatures qu’elle tolere et supporte.

Au nom de la lutte contre le terrorisme ou dans son souci de preserver la soit disante stabilité sous- régionale, elle continue d’offrir ses soutiens sans faille à Idriss Déby du Tchad et demeure complaisante à ce regime malgré de graves violations commises chaque jour à l’égard du peuple tchadien. Ce peuple épris de changement a fait un vote de sanction d’un haut niveau contre Déby le 10 Avril dernier.

Malheureusement, Déby égale à lui même puisqu’il n’a jamais gagné les élections, a pu reussir enocore pour la enième fois un hold up électoral sans pareil. Comme si cela ne suffisait pas, on a fait état d’au moins 100 militaires “disparus” pour simplement avoir vote contre Idriss Déby. Suite à la pression des organisations internationales de droit de l’homme, il semblerait que certains de ces militaires seraient soudainement réapparus. D’autres seraient tués et ne seront plus revus par leurs familles. Les disparitions forcées ne sont pas un phénomène nouveau dans la politique tchadienne. On se rappelle de la figure emblématique de l’opposition politique tchadienne Ibni Oumar Mahamat Saleh “ disparus” dépuis Février 2008 sans trace.

Apart le cas des militaires, il covient de noter que les élections du 10 Avril se sont déroulees dans un climat social très tendu le tout envelopé d’autres violations très graves des libertés fondamentales: les leaders de l’opposition politique emprisonnés, les manifestations pacifiques violemment reprimées ou formellement interdites, les moyens de communications internet, reseaux sociaux sciallement coupes, arrestations arbitraires pour ne citer que ces cas. Le Tchad vit aujourd’hui une crise post-electorale tres aigue qui risque de deborder ou s’empirer surtout que le regime persiste et signe dans ses manières et ne donne aucun signe d’apaisement. Pour beaucoup de tchadiens, cette épisode nous rappelle les années sombres de la DDS (direction de la documentation secrête) sous le regne d’Hissein Habré. La seule difference est que sous Habré on ne parlait pas de la démocratie. C’était une dictature prononcée et ouverte. Or sous Déby, on a à faire à une pseudo-démocratie aux pratiques semblables sous HH en terme de violations des droits humains.

Cette obsession de la France aux dictatures qui la profitent en Afrique et plus particulièrement au Tchad va certainement radicaliser la jeunesse déjà éveillée et consciente qui se bat à prendre son destin en main. Cette incohérence dans la prise de position de la France vis-a-vis des dictatures africaines aura de lourdes conséquences sur l’avenir de sa coopération avec ces pays notamment à cause de l’éveil de la conscience de la jeunesse. Quand un peuple se bat il finira toujours par se liberer. Peu importe la durée. Il convient de noter au passage que la revolution française elle même s’est inscrite dans une durée avant de se matérialiser et faire de cette nation ce qu’elle est aujourd’hui. Les États Unis connus comme l’un des champions de la liberté ne s’est pas construit en une journée non plus. C’est question de temps. Ne dit-on pas que la patience est la longueur du temps?

La necessité pour la France de rompre avec cet instrument(francafrique) de politique hégémonique vis-à-vis de ses anciennes colonies s’impose. Cet impérialisme politique et économique doit ceder place à une relation saine bassée sur le respect de la dignité humaine et surtout prenant en compte la voix des différents peuples qui doivent être eux mêmes artisans de leur destin. Un partenariat basé sur l’écoute des peuples plutôt que sur le soutient aveugle aux dictatures qui les oppriment remettra la France dans son rang de champion des libertés et lui donnera les honneurs et respect merités. Sinon, le plus grand perdant sera elle. On sait que la francafrique est très têtue et cherchera par tous les moyens à resister mais s’en débarasser reste la seule issue salutaire pour la France sinon elle perdra et très bougrement. Les jours et les années sont comptés. Je voudrais finir ma reflexion par les paroles de l’écrivain Franco-congolais Alain Mabanckou qui mettait l’accent sur les critiques du rôle de la France vis-à-vis de ses colonies en ces termes “C’est comme au billard : pour atteindre une boule, il faut parfois tirer à côté et jouer avec les bandes”.

Oui il appartient à nous mêmes peuples Africains de prendre notre destin en main. Mais il est aussi important de nous adresser aux anciens maîtres pour qu’ils reviennent à leur sense de responsabilité et d’humanité avant qu’il ne soit trop tard. En fait, ces dictatures sont protegées par les anciens maîtres et donc ils ont necessairement un mot à dire.

 

Le 29/5/16

Votre Compatriote Mbaidanem/USA