Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Conférence de presse de la C.T.D.D.H au centre Almouna

POINT DE PRESSE DU 14/05/2016 CENTRE ALMOUNA

Honorables Invités, Mesdames messieurs les journalistes.

Une fois de plus, notre pays le Tchad a inscrit grâce à Idriss Deby,une des pages les plus sombres de son histoire ;
En effet, depuis le 03 Mai 2016, date de la fameuse « proclamation » des résultats par son officine de validation des fraudes électorales qu’est le Conseil Constitutionnel, la quasi totalité du peuple tchadien a subi une douche froide ; la stupéfaction était d’autant plus perceptible que les citoyens étaient convaincus que leurs suffrages allaient les débarrasser enfin des 25 ans de souffrances consécutive à cette gouvernance abjecte.
Malheureusement pour les tchadiens, ce dernier, fidele à lui-même, aune fois de plus mis en branle sa gigantesque machine de fraude et au final, c’est à un holdup électoral dont la flagrance a gêné même ses fervents supporters étrangers que les tchadiens ont eu droit ; ce
faisant, Il signe ainsi une des violations les plus graves des droits de l’homme en l’occurrence le droit pour tout citoyen de voter pour les dirigeants de son choix.
Il est vrai qu’en notre qualité d’acteur avertis de la vie sociopolitique du pays, nous avions sonné très tôt l’alerte concernant le dispositif de fraudes électorale du MPS qui était à l’époque en train de se mettre en place au nez et à la barbe de tous les acteurs politiques. Ce résultat ne devrait en fait surprendre que ceux de nos concitoyens de bonne foi à qui on avait fait croire qu’il
était possible de battre Idriss Deby par les urnes. La réalité leur a démontré le contraire.
C’est l’occasion de saluer ici l’investissement sans réserve,l’enthousiasme et le sacrifice remarquable de nos compatriotes qui étaient sortis massivement pour voter et qui croyaient changer leur destin, motivés en cela par un seul et unique objectif : obtenir
l’alternance à la tête de l’Etat et tirer un trait sur la gouvernance honteuse de Deby. Comme il fallait s’y attendre, Ils avaient obtenu le changement mais leurs suffrages avaient été grossièrement volés parce que ce n’étaient pas leurs suffrages mais s’était le dispositif de
fraudes mis en place depuis longtemps qui a déterminé comme d’habitude
l’issue du scrutin ;.
comme si cela ne suffisait pas, ils avaient été terrorisés par l’état de siège instauré par Deby et des coups de feu nourris tirés en pleine ville de Ndjamena et dans celles des provinces à l’annonce par la Ceni des prétendus résultats provisoires. Ces sauvageries qui avaient
causé de nombreux blessés innocents et même des morts avaient pour dessein évident de terroriser la population et dissuader ainsi toute contestation.
Pour notre part, nous savions depuis longtemps à la CTDDH que le dispositif de fraude qui avait été mis en place avec la bénédiction passive de l’opposition démocratique ne pouvait laisser aucun doute sur l’issue du scrutin. Il est donc temps pour nous de tirer toutes
les conséquences de ce désastre national qu’est la prétendue réélection de Deby et de regarder devant nous. Les perspectives d’avenir n’incitent certes pas à l’optimisme parce que les cinq
prochaines années du mandat de Deby seront sans conteste synonymes de
tragédie pour le peuple tchadien ;
Quoi qu’il en soit,
Tant que notre Constitution nous donne le Droit de nous opposer à tout régime qui règne par l’arbitraire, le népotisme, le clanisme, le tribalisme et qui confisque le pouvoir par la force, nous devons garder espoir et avoir confiance en nous mêmes.
Tant que notre Constitution nous garanti le Droit d’association, de manifestation et surtout le droit d’opinion.
Tant que toutes ces Libertés Fondamentales en plus de notre
Constitutions nous sont garanties par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples,
Ces Droits parmi tant d’autres que nous venons de citer ci haut, nous les exercerons pleinement tant que le pouvoir illégitime de Deby continuera à faire régner la terreur, l’arbitraire, le népotisme, la gabegie, l’injustice à outrance, le tribalisme, le clanisme ….bref tant qu’il continuera à violer perpétuellement les droits de l’homme et les droits économiques des tchadiens, nous continuerons à organiser des villes mortes, des settings et surtout des marches pacifiques parce qu’elles nous sont garanties par nos textes fondamentaux et les
instruments juridiques internationaux que notre pays a ratifiés ; ce sont des droits qui nous appartiennent et personne ne pourra nous les enlever.
Messieurs les journalistes, on a toujours exigé de nous le respect strict des textes ; nous nous y sommes toujours conformés ; mais en retour, nous veillerons désormais à ce que le gouvernement fasse de même ; c’est ainsi que nous nous engageons ici à répliquer désormais à tout acte arbitraire, à toute violation d’un droit humain, à toute injustice et autres entorse aux libertés fondamentale par des actions citoyennes et légales ; nous avons acquis une certaine expérience à travers la capitalisation de certaines erreurs que nous avions commises dans nos actions passées ; nous pouvons dire que nous sommes désormais plus mûrs .

Messieurs les journalistes ; tous les peuples heureux aujourd’hui de part le monde ont à un moment ou à un autre forgé eux-mêmes leurs destin ; le peuple tchadien a aussi le droit d’être heureux ; il le sera, nous en somme convaincus ; mais pour cela, il ne doit compter
que sur lui-même ;

Pour notre part, les derniers événements pré et post électoraux nous ont édifié sur la détermination de Monsieur Idriss Deby à se maintenir coûte que coûte au pouvoir ; les disparitions et les assassinats des militaires ayant voté pour l’opposition c'est-à-dire pour le candidat de leurs choix, nous ont permis de comprendre jusqu’où il est prêt à aller pour rester président. Des militaires disparus ou morts parce qu’ils ont simplement exercé un droit fondamental sont une réalité incontestable et la C.T.D.D.H en détient des preuves certaines ; n’en déplaise à certains griots officiels et attitrés dont les dénégations  suivies des grossiers montages à la Télévision ont convaincu le monde entier sur le vrai rôle des collaborateurs de Deby : celui de passer leur temps à chercher à masquer les tares de leur patron.

Messieurs les journalistes, honorables invités ; nous ne pouvons pas conclure sans évoquer cette réalité qui à l’époque n’était perçue que par une certaine élite mais qui, après les dernières élections présidentielles s’est révélée au grand jour et est désormais connue de
tous les tchadiens :
En effet, au nom de certaines considérations sécuritaires régionales, ( que n’importe quel président tchadien pourra du reste assurer), le Gouvernement français n’a pas hésité à prendre parti pour Idriss Deby ; ce soutien est d’autant plus indécent qu’il est arrivé au moment des
élections et surtout au moment où les activités de la machine de fraude électorale se déroulaient à ciel ouvert ; le gouvernement français a fermé les yeux sur les vols massifs des voix des tchadiens par Idriss Deby, comme il l’a fait sur les assassinats des militaires
parce qu’il n’ont pas voté pour Deby , comme ils l’a fait sur les tirs en pleine villes et sur toute l’étendue du territoire après la proclamation des fameux résultats de la CENI ; le gouvernement
français a fermé les yeux comme il l’a toujours fait sur les injustices criardes et la misère du peuple tchadien, sur la gestion clanique, tribale des affaires du pays, bref, sur les souffrances de notre peuple consécutives à une gouvernance ignominieuse pendant plus
de 25 ans. Sur tout cela, le Gouvernement français a fermé les yeux ; et tous les tchadiens le savent désormais.

Loin de nous cependant l’idée d’attendre de la France qu’elle abandonne Deby et qu’elle se range du coté des tchadiens ou qu’elle nous débarrasse de lui ; nous sommes assez grands et avons le moyen de le faire nous-mêmes. On dit souvent que la France est un pays ami ;
mais même à un ami nous sommes obligés de lui dire la vérité parce que c’est nous les tchadiens qui avons vécu et continuons de vivre le calvaire de plus de 25 représenté par une gouvernance calamiteuse.

Si nous culpabilisons la France dans son rôle de principal soutien de cette pseudo démocratie, c’est parce nous ne comprenons pas que le gouvernement français puisse cautionner ces souffrances vécues par les tchadien alors qu’ils ne les auraient jamais acceptées même une
seule minute pour son propre peuple.

Quoi qu’il en soit, que l’on ne nous rabatte plus les oreilles désormais sur la France chantre des libertés et autres droits de l’homme. Nous avions cru que la France avait des valeurs, maintenant, c’est le peuple tchadien qui l’apprend à ses dépens.

Que nos militants comprennent donc qu’ils doivent désormais plus que jamais compter sur eux-mêmes pour accéder au bien être et avoir comme les autres sociétés, le bonheur de gouter à la vie dans un environnement où il régnera la justice pour tous, une gouvernance saine, la responsabilisation selon le mérite, une politique sociale rationnelle, un avenir assuré à travers la prise en compte des desideratas d’une jeunesse responsable, bref un environnement capable
d’assurér la quiétude dans une société égalitaire.

 

 

Je vous remercie pour votre aimable attention.