Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Marie-Christine Vergiat (GUE-NGL, France) et Beatriz Becerra (ALDE, Espagne) accueillaient aujourd'hui Zara Mahamat Yosko, jeune Tchadienne de 16 ans venue témoigner de son viol en février dernier, notamment par des fils de hauts dignitaires du régime.

 

Depuis son viol, la jeune fille plus connue sous le nom de Zouhoura a interrompu ses études et quitté le Tchad pour bénéficier en Europe d'aide et de protection et afin que justice lui soit rendue.

 

Marie-Christine Vergiat a assuré Zouhoura de son soutien et a tenu à saluer son courage d'avoir osé parler : "briser le silence en matière de viol est la première pierre de ce combat mondial. Il y a urgence à lutter contre l'impunité et s'assurer que les coupables soient traduits en justice. Plus que jamais, Zouhoura a besoin de soutien international pour qu'à travers sa voix la cause de toutes les femmes victimes de viol au Tchad, en Afrique et ailleurs soit entendue".

 

Ce viol a provoqué dans le pays une vague d’indignation et des manifestations, en soutien à Zouhoura mais également pour dénoncer la mauvaise gouvernance et l’impunité qui règne dans les cas de violences de genre.

 

Pour Beatriz Becerra, "la courageuse réaction de Zouhoura et des milliers de Tchadiens qui réclament justice ainsi que la fin des abus obligent l'Union européenne à faire pression pour mettre fin à ces pratiques. Nous ne pouvons pas rester silencieux. La première politique de genre devrait être la fin de l'impunité pour ceux qui attaquent les femmes, qui utilisent la violence contre elles."

 

Les ONG présentes dont Amnesty international et "Regards de femmes" ont elles appelé à la mise en place au Tchad d'un mécanisme de dénonciation systématique en cas de viol ainsi qu'à une amélioration de la prise en charge médicale et psychologique des victimes.

 

Zouhoura a conclu en annonçant sa volonté de créer une association dénonçant les viols et violences à l'égard des femmes et filles, les mariages précoces et forcés dans son pays d'origine et luttant pour l'éducation des filles. Les deux députées ont salué l'initiative et ont promis de continuer à la soutenir.