Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : Lettre ouverte à Moussa Faki Mahamat pour information Idriss Deby Itno



Mon cher Moussa Faki Mahamat,

Suite à votre participation à l'investiture du nouveau président centrafricain démocratiquement élu et en toute transparence, monsieur le professeur Faustin Archange Touadera, glorieux au deuxième tour
face à votre favoris AGD.

Dans un état normal, c'est le Premier Ministre qui représente le chef d'état en cas d'empêchement, mais force est de constater qu’au Tchad, le pays de Deby, nation de toutes les controverses c'est toujours le contraire qui passe. Si le Premier Ministre est parti en lieu et place du chef d'état, ce serait un honneur pour le pays, mais hélas, votre mesquinerie et votre attitude clanique vous pousse à tout accaparer jusqu'à tout perdre un jour.

Si vous êtes à côté de Deby, soyez quand même humble et honnête, donner lui de bons conseils pour que ce dernier ne rate la grande porte de l'histoire que tous les précédents présidents tchadiens ont
ratés avec la plus grande honte et le plus grand désastre. Je ne voudrais pas rentrer dans les détails. Paul-Emile Victor, disait « la répression est à la dictature, ce que la propagande est à la
démocratie », alors, libérez le peuple tchadien à temps du joug dans lequel vous les avez mis avec la complicité de beaucoup de politicards et malhonnêtes intellectuels.

Je reviens sur l'objet de ma lettre, vous venez d'assister à une cérémonie solennelle et largement publique, devant une masse de plus de 20.000 personnes pour l'investiture d'un honorable président élu démocratiquement et sans tricherie. Durant la cérémonie lors de la présentation des invités, le Tchad de Deby compte tenu de son passif en Centrafrique a failli être omis, il a été cité en dernier lieu et sous le cri de détresse du public centrafricain qui ne craint pas le tchadien moins encore le musulman, mais tous craignent la personne de Deby et son entourage pour ne pas dire les Zakhawa que nous ne devrions pas blâmer à cause des sottises d'un clan et ou d'un groupe
d'individus impolis, malintentionnés et ridicules.

Suite à cela, je vous prie de bien vouloir rendre compte à votre géniteur Deby et quant à vous, réfléchissez davantage et corrigez-vous à temps, en vous regardant, on l’impression d’être en face d’une personne malade et non un homme politique normal dans tous ses états
et devant remplir les fonctions de ministre des affaires étrangères.

Je vous prie mon cher frère ministre de Deby, de rendre compte fidèlement à votre président qu'il est temps de rendre le tablier, vous venez de vivre un événement historique et unique en son genre, la
masse est fière de son élu et le mandaté est confiant de sa population qu'il n'arnaquera jamais comme le cas au Tchad où durant plus de 26 ans, vous n’êtes pas encore satisfaits de l'argent détourné et du sang des tchadiens que vous sucez jour après jour.

Cher Moussa Faki,

Je vous prie de bien vouloir transmettre cette missive à votre chef, sans honte ni peur. Vous pouvez vous rattraper encore, vos chars, vos hélicoptères, vos avions de chasse, vos véhicules blindés et vos
troupes s'effondreront devant la force divine un jour, le Tchad n'est pas plus équipé que la Libye, mais où le régime de khadafi, où sont ses chars et votre cousin le tout puissant regretté Assillel ?

Attention Moussa Faki, votre grand frère, le docteur Mahamat Hassan est plus discret et modeste, avec vos calculs astucieux vous avez embourbé toute votre famille et avec cette manière votre sort sera
comme celui de votre cousin le défunt Assillel.

Dites à Deby qu'il est temps de rendre le flambeau à un autre tchadien, et de dire à ce dictateur de retirer sa phrase dite à Abeché "qu'il ne voit personne à part lui à lui confier le pouvoir",
dites-lui qu'il se trompe et un jour il payera cher, le jour du destin et il sera trop tard pour lui.

Mon cher Faki, vous avez fait vos études (chez Fotao à Brazzaville, votre tuteur le bornouan que vous avez vite oublié par ingratitude) en Afrique et vous avez le souvenir encore de votre galère, amer comme la bière que vous aimer siroter souvent malgré votre état de santé. Je vous prie de soit dire la vérité à Deby, soit vous vous retirez à temps avant qu'il ne soit trop tard.

Monsieur Moussa Faki Mahamat,

Avant de finir ma lettre, je voudrais vous notifier que le tribalisme par tricherie (vous n’est pas un pur ou vrai Zakhawa), le népotisme, la gabegie, le détournement de deniers publics, la mauvaise
gouvernance du Tchad depuis 26 ans, le hold-up électoral, le despotisme, la répression du citoyen lambda dont fait usage votre système avec en sa tête Idriss Deby Itno, va prendre fin un jour. La
poursuite est un fait inévitable. Demandez à Ali Abdraman Hagar de vous édifier suite à sa lecture du célèbre livre de Jacques Attali « l’histoire moderne a montré que que l’utopie est mère de toutes les
dictatures ».

Votre zèle inné et votre jalousie pousseront le Tchad vers un chaos inévitable, en ce temps votre destin sera le plus triste.


Fait à N’djamena le 2 avril 2016

Correspondance Particulière

Mahamat Zakaria Daoud