Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dioncounda Traoré, chef de la mission d'observation de l'OIF et UA Tchad (VOA)

Dioncounda Traoré, chef de la mission d'observation de l'OIF et UA Tchad (VOA)

Chef de mission d’observateurs internationaux, pour l’OIF et l’Union africaine, l’ancien président de transition malienne, le Pr Dioncounda Traoré Traoré, a relevé quelques irrégularités dans la tenue de scrutin électoral du 10 avril au Tchad. Il a appelé les partis politiques à respecter le verdict des urnes. Ce qui ne semble pas plaire au MPS, parti au pouvoir déjà en plein régime dans les tripatouillages des résultats.

 

48 heures après la tenue de l’élection présidentielle tchadienne, le soupçon pèse désormais sur la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), en charge de l’organisation et de la proclamation des résultats issus des urnes.

D’après Saleh Kebzabo, candidat à l’élection présidentielle, l’élection du 10 avril dernier, s’est déroulée dans un contexte de nature à entacher la régularité de scrutin. Il a dénoncé des cas de fraudes observées dans certains bureaux de vote à Ndjaména et en provinces.

Cette révélation a poussé le Service d’action extérieure de l’Union européenne, à rompre le silence pour se prononcer sur le comptage des voix en exigeant la transparence.

Mais de l’avis de plusieurs sources tchadiennes, les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), localisés à l’hôtel Kempeski de Ndjaména, ont dû quitter pour domicilier leurs bureaux à la présidence pour regrouper tous les procès-verbaux et procéder à leurs amendements afin de faire élire le président sortant Idriss Deby avec un score à sa guise.

Abakar Adoum Haggar, éminence grise du régime tchadien et très réputé pour son talent dans l’histoire des tripatouillages des résultats électoraux au Tchad, est l’homme clé dans ce processus inévitable des fraudes.

Avec le départ des organisations de la société civile de la CENI, nul ne peut douter désormais de la fiabilité des résultats qui seront issus de cet organe  similaire au Conseil constitutionnel et à la Cour suprême totalement inféodés au régime.

 

Les citoyens tchadiens doivent dans leur ensemble restés mobiliser pour faire échec à la confiscation du pouvoir par les armes et par les urnes.

Makaila.fr