Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

QUAND LA CROYANCE EN DIEU ARRANGE LES POUVOIRS POLITIQUES EN AFRIQUE

Pour citer le Tchad, plus les Tchadiens croient en Dieu, plus Déby se sent  tranquille sur son fauteuil. Une épidémie de méningite décime toute une région ? "Dieu a donné, Dieu a repris". Un enfant meurt de neuropalu faute de soins ? Une femme enceinte vient de mourir, après avoir donné la vie, d'une hémorragie de la délivrance, faute de soins adéquats ? C'est la volonté de Dieu. Dieu a donné, Dieu a repris. Un gros porteur transportant une centaine de passagers fait un accidents sur une route cahoteuse : 50 morts, de nombreux blessés graves.

 

Les moyens de secours sont inexistants dans le pays ? C'est la volonté de Dieu. Il faut prier pour les familles des victimes. Dans la quasi totalité des hôpitaux du Tchad, il n'y a rien pour prendre en charge correctement les malades. Les gens meurent pour un rien. C'est la volonté de Dieu. Il faut continuer à prier. AMEN ! Dans les pays qui respectent leurs populations, on cherche chaque fois, à situer les responsabilités à chaque catastrophe. En Afrique Noire, c'est la volonté de Dieu. Selon des religions exportées en Afrique (islam et christianisme), les souffrances de ce monde sont des épreuves de Dieu. Autrement dit, Dieu soumet volontairement les humains à toutes sortes d'épreuves afin de tester leur foi ??? De nombreux passages bibliques ou coraniques existent en ce sens, pour raffermir la foi des croyants (exemple : Job). Ces passages sont repris, commentés par les prédicateurs en tous genres, dans les églises, les temples ou les mosquées en cas de catastrophe humanitaire, même si les pouvoirs politiques sont entièrement responsables de ce qui arrive.

Il ne faut donc rien leur reprocher même s'ils brillent par leurs impérities. Nous disions, il y a quelques jours, que les lieux de culte se multiplient à une grande vitesse dans un Tchad complètement à genou, pour le bonheur de Déby. N'a-t-il pas promis de construire une Basilique, la plus grande de l'Afrique, pour les catholiques ? N'est-il pas en train de refaire la cathédrale de N'Djamena ? Les mosquées ne poussent-elles pas comme des champignons dans tout le Tchad ? Notre PR serait prêt à vider les caisses de l’État pour construire de multiples lieux de culte s'il le faut. Le pays est à construire, entièrement, mais on mobilise les maigres ressources de l'Etat pour construire les lieux de culte. Il n'est pas bête, Déby, en agissant de la sorte. Il sait que plus les gens prient, moins ils réfléchissent, et son pouvoir est ainsi garanti. Un saut au Sénégal. Dans ce pays, les hommes politiques ne plaisantent pas avec la religion. Quand on veut être bien vu, il faut afficher sa foi de manière ostentatoire. Lors des grandes fêtes religieuses musulmanes, le PR mobilise ce qu'il y a comme caméras de télévision dans le pays, pour l'accompagner dans la mosquée où il a choisi de prier. Il est au premier plan. On fait un gros plan sur lui, projeté sur les écrans, au grand journal. Quand Abdoulaye Wade a été élu en 2000, sa première sortie de Dakar a été réservée à ... Touba, où il a rampé devant le marabout des mourides devant les caméras, les images ont été projetées sur les écrans de la télévision nationale, au grand journal. Les dirigeants africains l'ont bien intégré dans leur tête : un peuple qui prie est un peuple qui dort. Il ne prendra jamais ses destinées en main. Car, pendant la prière, les enfants, les fous, les ados, les adultes, les analphabètes, les diplômés, les docteurs en je ne sais quoi, réfléchissent tous de la même manière, et sont prêts à se soumettre à la volonté divine même si l'humain, l'homme politique, est entièrement responsable de la catastrophe qui touche le pays. Dans la plupart des pays d'Afrique Noire, c'est malheureusement ce qui se passe. Au Gabon, Dans les deux Congo, au Libéria, en Côte d'Ivoire, au Niger, au Nigéria etc, les prédicateurs pullulent, chrétiens comme musulmans. Ceux-là qui disent que les souffrances de ce monde n'ont pas de commune mesure avec le bonheur éternel qui attend les croyants, après... la mort. Ces prédicateurs font vraiment l'affaire des pouvoirs publics. L'Afrique attend son Siècle des Lumières. En attendant, les dirigeants Africains sont tranquilles. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent car, tout est volonté de Dieu, et ils sont prêts à toutes les basses manœuvres pour entretenir cet état d'esprit.

Qui a dit que la religion est l'opium du peuple ?

 

 

Etienne BETEL