Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

France, ou le Poker gagnant

Histoire de la petite enfance

Les jeux sont faits rien ne va plus !

Le Poker est un jeu interdit. Le but du poker est de remporter tous les gains de vos adversaires, malheur aux perdants. En dehors du milieu enfantin, certains adultes irresponsables s’adonnent au poker à cœur en chamade, au point de mettre en mise leurs propres maisons. Comme une drogue dure, ils ne peuvent s’en passer. Il arrive qu’un matin le gagnant de la veille, vienne déguerpir la famille du perdant avant le petit déjeuner. Beaucoup de cas sociaux ont vu le jour, généralement, les divorces sont monnaies courantes.

Etant enfants, faute de responsabilité, nos risques encourus sont moindres. Quand nous étions enfants, nous nous cachions pour jouer au poker avec comme mise, des bonbons. C’est un engouement fou de transgresser les règles communautaires. Certainement, il y a eu quelqu’un qui aurait l’initiative de nous embrigader au jeu. Pour le reste, c’était nous, qui étions volontiers pour tirer plaisir d’un jeu si hasardeux.

Heureusement que nous n’avons pas grandi avec ce défaut, en quelque sorte l’environnement social n’était pas propice.

Nous avions notre bonhomme appelé couramment par déformation du terme, Bourame, comme en arabe le pluriel de marmite, ou chef de carte. C’était une simple cachette de fortune, qui nous assurait la discrétion. Le bonhomme, achetait parfois les cartes de jeu, pour pérenniser son hégémonie. Ce qu’il encaissait en contre partie est un pourcentage prélevé sur la cagnotte gagnée par le plus grand numéro incontesté comme : 19, 21, As ou deux As ; ceux qui ont joué aux cartes étant petits comprennent de quelles combinaisons s’agit-il. Peu importe le type de jeu. En vérité le jeu en vaut la chandelle. Notre Bourame est souvent gagnant, dans son entreprise. Il suffit d’attendre un peu, puis il récolte la mise, qui le permettra de tenter sa chance une énième fois. Ce qui fait qu’il ne peut à aucun moment être à cours d’argent. Il peut ne pas gagner souvent peu ou prou, mais ne regrette guère. Il est souvent présent, surveille la distribution des cartes. Il est du côté des tricheurs quand il n’a pas de mise en jeu, ce qui le permettra d’être au jeu. Ne soyez pas surpris de sa complicité, elle paie, c’est le prix du silence. Personne n’ose tricher des cartes nos gagnantes. Le tricheur fait bien sa combinaison pour retenir les deux AS. Dans ce cas le distributeur et le Bourame gagnent sans ambages.

Nous sommes consentants et ne voyons aucun inconvénient, malgré que les règles sont prédéfinies, il y a de la manipulation. Ça arrive qu’en fin de partie nous nous chamaillions souvent, comme à la balançoire quel que soit le plaisir ou le dégout qu’il procure, il prend fin, et c’est vite oublié.

Si tel est l’enjeu de notre complicité, nous trouvons mal que quelqu’un d’autre, tente de nous en empêcher.

C’est la règle, le Bourame organise les jeux, il est l’incontestable arbitre donc tout dépendait de son humeur. Si nous voulons jouir de ce péché mignon, personne ne nous empêchera de nous agglutiner rapidement pour pécher.

Détrompez-vous, si vous croyez un seul instant que le Bourame organise et perd, en même temps. Dans ce cas précis, le jeu n’en vaudra pas la chandelle. Quels que soient les perdants le Bourame est gagnant.

A bon entendeur salut…

 

MAHAMAT ALI HIDJAZI

hidjazioumhadjer1@gmail.com