Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ELECTION PRESIDENTIELLE DU 10 AVRIL 2016:  DECLARATION COMMUNE DES CANDIDATS

 

DECLARATION COMMUNE DES CANDIDATS RELATIVE

A L’ELECTION PRESIDENTIELLE DU 10 AVRIL 2016

 

 

1. Le 10 avril 2016, il y a eu une forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote. Cela s’explique par une relative confiance dans le système biométrique, susceptible selon eux, d’enrayer ou du moins de limiter la fraude, et un fort désir d’obtenir le changement par les urnes ;

 

2. Des voix se sont élevées de partout dans le pays pour protester contre certains manquements : insuffisance des bulletins de vote dans certains bureaux, non affichage des noms obligeant les électeurs à aller de bureau de vote en bureau de vote  pour savoir où ils pourraient voter, découverte des bureaux de vote parallèles, absence des procès-verbaux, vol des procès-verbaux, vol des urnes, etc.

 

3. Les supports officiels de l’élection faisant défaut, les votes et les dépouillements sont perturbés. On assiste à l’emballement des pratiques frauduleuses : procès-verbaux non signés ou volontairement surchargés, remplis de la même écriture ; enveloppes non scellées , scellées et  déchirées avant dépouillement, agrafées et scotchées ; fiches des résultats manuscrites ; Alors que les dépouillements sont faits dans certaines régions conformément à l’article 73, dans d’autres, le président de la CENI a demandé leur suspension pour que les résultats soient proclamés à N’Djaména en application de l’article 74 du code électoral.

 

4. Des personnalités politiques, administratives, militaires et traditionnelles s’interfèrent dans le processus de vote pour que les résultats soient modifiés en faveur du candidat du MPS.

 

5. En fait, il y a deux CENI dont une occulte organise, distribue, fait la mise en place des matériels de vote et en assure l’exploitation parallèle.

 

6. L’Etat d’urgence, toujours en vigueur dans la région du Lac, a été l’occasion pour les militaires d’intimider la population afin qu’elle vote le candidat Idriss Déby Itno, faute de quoi, elle serait abandonnée à la merci de BOKO HARAM.

7. Pendant le vote des militaires, il n’y a pas eu d’isoloirs pour protéger le secret du vote et ceux-ci ont été contraints de choisir le candidat Idriss Déby Itno, sinon ils sont arrêtés, emprisonnés et certains sont à ce jour portés disparus. Depuis le 9 avril, plusieurs corps de militaires ont été retrouvés et identifiés.

8. De ce qui précède, les candidats à l’élection présidentielle du 10 avril 2016 opposés au candidat du MPS, déclarent que :

- l’immixtion intempestive et volontaire des autorités administratives, militaires et traditionnelles dans le processus électoral pour soutenir le candidat Idriss Déby Itno avant, pendant et après le vote a favorisé et amplifié la fraude, rendant la visibilité des résultats impossible et le recours au contentieux électoral auprès du Conseil constitutionnel aléatoire, faute de preuves ;

- l’interruption du système biométrique, suite au refus du pouvoir d’utiliser les Kits de reconnaissance et d’identification de l’électeur, ne permet plus un traitement biométrique du vote. Dès lors, c’est le traitement manuel des résultats  qui doit être adopté pour l’élection du 10 avril 2016 ;

- l’analyse des tendances des résultats montre que dans les sept régions du sud où se concentrent environ 55¨% des électeurs, le candidat Idriss Déby Itno n’a pas obtenu le score qu’il espérait. Il en est de même au Ouaddaï et dans d’autres régions du nord.

 

9. Le recours au deuxième tour est donc inévitable pour départager les candidats en compétition. Toute autre attitude ou prétention contraire serait de nature à provoquer des conflits post-électoraux dont les conséquences seraient désastreuses pour le Tchad, la sous-région et la communauté Internationale. La responsabilité en incomberait exclusivement au MPS et à son candidat Idriss Déby Itno.

 

10. Les candidats souhaitent que tous les efforts soient conjugués pour la consolidation de la paix, de la démocratie et la construction de l’Etat de droit au Tchad.

 

 

Fait à N’Djaména le 17 avril 2016

 

 

LES CANDIDATS

 

Noms et Prénoms

Signature