Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : RÉSOUDRE LES PROBLÈMES DES FEMMES, C’EST RÉSOUDRE LA MAJORITÉ DES PROBLÈMES !

Le 08 mars est la journée internationale de la femme. Une journée pour l'égalité des droits qui donne à penser que la véritable liberté de choix pour les femmes tchadiennes postule nécessairement l'égalité réelle des droits, des responsabilités et des possibilités.

L'égalité réelle parce que c’est un idéal d’harmonie et de développement compatible aux nécessités sociales et globales du Tchad; un fondement substantiel de toute construction démocratique au même titre que la liberté, la sécurité ou la justice.

Au Tchad, des faits sordides et certaines pratiques orientées contre les femmes s’imbriquent et se ressemblent si bien qu’il est parfois difficile de discerner les comportements ignobles particuliers des acquis culturels. Exemples concrets, entre autres :

1. Les pratiques ancestrales qui consistent à enlever une femme qu'on voudrait épouser, de la séquestrer durant des jours, de la violer répétitivement puis de mettre la famille de la victime devant les faits en avouant l'acte d'enlèvement; chose très troublante, la famille de la violée donne son acquiescement au viol en célébrant le mariage comme s’il ne s’est rien passé, après que leurs exigences soient satisfaites;

2. L’idée voulant la femme soit un bien appartenant au clan : Chose publique de la tribu, l'épouse est régulièrement partagée avec les hommes du clan pour peu que l'époux effectue un petit voyage. En l'absence du mari, la femme devient celle du petit frère de l'époux qui partage le même toit, de l’oncle d’en face ou du cousin qui habite à 100 m de là. Si le mari venait à mourir alors c’est de droit non discutable qu’un membre du clan reprend la veuve, avec le même cycle d'usure ! Admettez l'arriération et lisez les exemples suivants;

3. Les extorsions régulières et les interdits alimentaires applicables uniquement aux femmes : un égoïsme mesquin a susurré aux hommes des théories saugrenues et des pratiques d’extorsion de la femme, lesquelles sont enrôlées dans d’audacieux mensonges avant d’être dissimulées derrière l’écran des coutumes. À coup d'intimidations et de mystifications voire du mysticisme, les femmes sont extorquées, escroquées et frappées d'interdits alimentaires; une façon de faire qui maintient la femme dans une précarité garantie et un comportement qui ne grandit pas l'homme qui ment avec une conscience endurcie;

4. Des chaines sexistes forgées pour vassaliser la femme : elles dépersonnalisent les jeunes filles et créent en elles un esprit de sujétion qui les prépare, dès leurs jeunes âges, à l’acceptation des combines de mariage forcé. Dès que les filles se libèrent des premières chaines parentales de domination de la femme, elles sont immédiatement liées par celles de l’homme à qui elles appartiennent désormais;

La diversité culturelle du Tchad est à l'image de la diversité de violations des droits des femmes tchadiennes. Il n'y a pas une région qui peut se vanter d'être meilleure que les autres.

Il ya 6 ans, j’écrivais ceci : le combat de la femme tchadienne doit être un combat dirigé contre les dispositions pilotées par des hommes [schèmes de pensées moyenâgeuses, contextures traditionnelles, emprises religieuses] et contre les structures [sociales, politiques, économiques] qui retiennent la femme sous la domination injuste, injustifiée et inacceptable de l’homme.

Tout pays qui renait véritablement se témoigne par des contributions à l'effort d'élévation de la femme et de la société. Pourquoi les politiques s'entêtent à refuser de comprendre une vérité si simple ?

En 25 ans et plus, les problèmes sont recyclés, maquillés et remaquillés pour suivre les tendances modernes. Nous voyons dans l’alternance les moyens de doter le Tchad des outils d’organisation et d’efficacité sociales qui établiront l’équilibre politique, économique, juridique et social entre les femmes et les hommes.

Nous matérialiserons l'égalité de fait pour rendre justice à la gent féminine parce qu'aujourd'hui, les hautes autorités font la promotion des violences commises contre les femmes tchadiennes. Preuves :

1. Le ministre des Affaires étrangères du Tchad est confirmé dans son poste pendant que son rejeton, identifié par la victime du viol en réunion, est cité dans l'affaire Zoura. Ce n'est-il pas là un acquiescement au viol des plus hautes autorités et une preuve d'ambiguïté morale?

2. Le ministre de l'Intérieur du Tchad, qui déshabille une victime du viol en l'exposant à la télévision d'État et la forçant à nier, devant les cameras, les actes de viol qu’elle a subis, est lui aussi confirmé dans son poste;

Il faut simplement reconnaitre que le pays est en faillite morale et travailler à rétablir le plus rapidement possible les règles et les valeurs.

En ce qui nous concerne, nous travaillons à donner un sens acceptable à la condition féminine, en posant la référence d'un ordre capable de renforcer l'égalité réelle des droits etl’équité des responsabilités et des possibilités. Ce que je vous dis aujourd'hui est un engagement ferme de toutes les forces qui œuvrent activement pour le changement qualitatif au Tchad.

Nous ferons en sorte que l’étoile de la femme tchadienne scintille sur le Tchad, l’Afrique et sur le monde. Parce que c'est une des façons de rendre notre pays davantage humain, ouvert, égalitaire et attrayant.

Que ceux qui ont mieux à proposer dévoilent leurs plans pour que les tchadiennes gagnent de toutes parts. Vive les femmes intelligentes, courageuses, travailleuses et belles !

 

Joe Al Kongarena,

joe.alerte@gmail.com

AIMEZ LA PAGE ET PARTAGEZ POUR ENCOURAGER LES FEMMES :http://www.facebook.com/joealkongarena/