Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: les Arabes disent un Grand NON  au MPS

Sans sifflet ! Pas de vote Arabe, Deby KO!



« Les peuples une fois accoutumés à des maitres ne sont plus en état de s’en passer » dit Rousseau

Dans une interview au journal Abba Garde, la présidente du Parti PNUD-DDT, Mme Mariam Moussa dit que sa candidature était invalidée pour la simple raison que Deby n’accepterait pas un nordiste l’affronter au scrutin de 10 Avril, de surcroit un Arabe. La chose qu’elle ignore, c’est que ce n’est pas le seul Deby qui ne veut pas des arabes mais ces sont et surtout, l’ancienne tout comme la nouvelle version des nos ministres, devenues par la force des choses des personnalités repères pour régime, qui ne veulent pas de l’intérêt des arabes

C’est pourquoi alors, durant ces 25 ans de démocratie, aucun grand parti arabe de renom n’a vu le jour. Il n’y a eu en tout et pour tout 6 partis dont les dirigeants sont pour la plupart du Chari Baguirmi. Loufoques fusent-ils, objection est leur faite de ne plus présenter un candidat contre IDI.
Certains sont directement menacés de ne plus déposer leurs candidatures à l’instar de Mr Abderahim younis, président du parti ALWAST et Saleh Makki, et les autres, à l’instar de ceux de Mme Batit, Lazina, pour des raisons fallacieuses, sont simplement déclarés invalides de la compétition. Sinon le reste est un soutien sans faille à Deby et à son parti MPS.

Malgré leur nombre (31% de la population), les arabes sont largement minoritaires aux postes de décision et à L’Assemblée Nationale. Le plafond de verre qui entrave leur ascension constitue une réalité indéniable mais qui résiste à toute explication simpliste.
Il est quand même inconcevable qu’en 25 ans de soutien, les Arabes seront toujours à la traine. Pour une population de 31% des tchadiens laquelle fait le 80℅ des voies du MPS ( 100% MPS), parti au pouvoir, on y trouve seulement que 03 ministres (le 1% du gouvernement) ; 10 députés (0 ,8% de l’AN), zero gouverneur, zéro préfets, zéro s/préfets.Quelle deception ?

Ni Allamine Bourma Treyé d’arabe ni Hissein Massar d’Abeché ni Almastour du Batha ni Mahamat Ali Hassane d’Amtiman moins encore Dr Moukhtar Moussa et Mme Albatoul Zakharia lesquels sont chargés des nomades, ne peuvent me démentir. Personne ,parmi nos MPS ci-haut citées ,n’a été demandée de fournir ou n’a pu donner qu’au moins un seul nom du 100% soutien MPS pour embellir la compagne d’autant plus que le Gouvernement, le commandement, le bureau MPS sont chantés comme machins de compagne. Alors, pour qui fait-on cette compagne ? Si les arabes sont concernés, alors où sont les leurs ? Ou ils ne sont pas à la hauteur du vol ? Non les arabes
sont un acquis et donc, il faut les laisser chanter leur 100% MPS et chercher ceux qui sont contre le MPS même s’ils sont en petit nombre comme ceux du Mayo kebbi ouest ou ceux du Barh al gazal et puis leur donner tout et tout .

Pourtant, les Arabes sont de plus et en plus diplômés mais aussi de plus en plus présents dans tous dans les professions qualifiés. Néanmoins ni leur nombre ni leurs qualifications moins encore leur richesse ne l’ont permis en évidence de se positionner en tant qu’une force incontournable sans laquelle l’accès au palais rose serait
pratiquement impossible. Mais, malheureusement, Ils ne sont là qu’à observer dans l’indifférence la marche du train.

Democratie ,pouvoir de la majorité

La démocratie est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, naguère, disaient les démocrates. Notons ici, qu’il ne s’agit du peuple majoritaire. Les peuples qui ont les voies prépondérantes. Ce qui veut dire que la démocratie est, sans doute,
l’expression de la majorité qui se ferait mécaniquement au détriment de la minorité, alors que la démocratie devrait aussi préserver l’expression politique de celle-ci. D’où intérêt, par exemple, de la minorité Zakhawa à se coaliser avec la majorité Arabe dans la recherche de la conquête du pouvoir afin lui de préserver ses intérêts propres et non le contraire. Puisque la recherche de l’intérêt général ne vient pas naturellement, il faut l’encourager, et ce surement ce que se pourra se faire dans la communauté arabe.

Or, au Tchad, c’est le contraire qui se produit. La minorité zakhawa (1% de la population), bien qu’elle s’y maintienne au pouvoir par la manière forte, elle manipule les voies de la majorité arabe pour se donner une légitimé ? Et, en contrepartie, deux ou trois postes ministériels sont uniquement donnés aux seuls alliés. Mais là aussi sans réel pouvoir ni marge de manœuvre.
D’ailleurs ces mêmes alliés s’expriment en catimini, sur le mépris et le désintérêt que porte IDI à leur égard. Le fait que Deby annonce le mot fédéralisme, est devenu pour eux un symbole d’une politique de rejet. Donc, tout le monde a l’impression, souvent justifiée, qu’IDI a un mépris pour ces arabes tout comme ses alliés arabes les ont justement pour les leurs, surtout pour les plus diplômés parmi eux.

La nouvelle génération des Ministres

Il ne s’agit pas, pour autant, de se voiler la face. Il est vrai que Deby a fait participer les « représentants des arabes » à tous les niveaux de la République mais c’est ceux-là qui ont failli à leur mission comme. Etant entendu que tous les anciens ministres arabes sont issus de la chefferie traditionnelle. Il est interdit de s’interdire. Dès que vous chercheriez à savoir le pourquoi de cet échec, vous serez étonné de voir a quel point des intellectuels s’empressent à jeter l’anathème sur vous et sur tous ceux qui tentent désespérément de dénoncer les pratiques malsaines que ces ministres ont imposé et continuent d’imposer.

contrairement aux ministres représentants qui, pour camoufler leur jalousie, laisseraient entendre qu’ils ne sont pas libres de leur choix et qu’ils sont ligotés à tel point que même la nomination du planton ne peut pas se faire sans l’avis des parents de Deby, Il faut cependant reconnaitre que la nouvelle génération des ministres tels que Dr Ahmat Djidda, Haikal Ben Zakaria, Dr Attayib Halaolao, Dr Hissein Massar, bien que leur séjour était de courte durée, ont laissé quand meme des empreints en faisant la promotion de pas mal des cadres arabes et arabophones ;


Parti politique arabe

De ce fait, les intellectuels arabes doivent désormais réfléchir et penser en arabe : Parti politique arabe, vote arabe, boycott arabe. L’arabe est le frère de l’arabe. Un droit substantiel. La démocratie nous donne le droit de parler arabe, Sara, Moundang, Birguite…mais tout en respectant nos diverses identités et en acceptant de partager entre nous dans la légalité et l’égalité les richesses du pays et non comme ce qui se passe aujourd’hui sous le régime de zakhawa.

Ainsi, il revient à tous les arabes : président des partis politiques, militants du MPS, des autres partis politiques ; intellectuels, militaires, élèves, étudiants …de ne plus vous laisser distraire par des slogans endormant « les arabes ne peuvent pas s’entendre, aucune ethnie ne peut à lui seul prendre le pouvoir, les arabes brins sont différents des
arabes noirs, les arabes d’Arada, de Chari baguirmi.. ». Non, il faut leur prouver le contraire.

Tout d’abord, il faut fédérer vos forces dans un grand parti fédérateur , ensuite se coaliser , par exemple, avec les Sara ( 30% de la population ) ou avec le Hadjaraï et ensemble dans un esprit de partage équitable ,vous allez trouver tout ce que vous voulez dans le respect ,la dignité et l’intégrité et enfin vous allez, bien sûr, avec le concours de vos autres compatriotes alliés, libérer facilement sans tambour ni trompette le peuple tchadien du joug d’une minorité sans foi ni loi
. Puisque votre intérêt est dans votre unité et votre unité est votre liberté. Sans sifflet !

Am Tchoutch Al -abali