Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : LE FUTUR EST UN FAISCEAU DE PROBABILITÉS D’ATTAQUES

 

« Résister, c’est le début de la victoire », Adolf Pérez Esquivel.

L’échéance est courte. Les tchadiens savent que le futur est un faisceau de probabilités d’attaques contre les aspirations du peuple à l’alternance démocratique et à des réformes sociales et politiques profondes.

Le pouvoir tient les armes à feu et ses méthodes : coercitions, répressions brutales, harcèlements, intimidations, déréalisations, violations, mascarades, ... Les tchadiens déterminés à opérer le changement tiennent des armes tout aussi redoutables à savoir le réveil, la conscience, la jeunesse militante et le rêve de transformer utilement et inclusivement le Tchad.

Les tchadiens ont compris que s’ils se laissent faire encore et encore, ils perdront leurs qualités originelles. Mourir, ce n’est-il pas davantage perdre ses qualités originelles que ses parts d’intérêts matériels ou de gains circonstanciels ? Parce que la mort, c’est bien plus que la cessation clinique d’une vie. C’est aussi vivre mal de son vivant, intérieurement et extérieurement; c’est vivre de mal en pire sans espoir d'un lendemain meilleur.

Les tchadiens ont compris que la peur du pouvoir de N’Djamena qui mène à l'apathie ne se justifie pas. Aujourd’hui, ils redoutent l’inaction qui les ferait sombrer dans la morosité et l’indifférence face à l’injustice et l’exclusion. Nous ne pouvons plus nouspermettre de manquer de force morale au sortir du 10 avril 2016, date des présidentielles.

Le pouvoir de Ndjamena a une faiblesse : il a besoin de l'acte de soumission des tchadiens pour les diriger adéquatement. Ça, les tchadiens le savent, mais combien ne savent pas que c'est une arme non pas de destruction, mais de construction qui peut libérer, changer de vie, réduire le domaine de l'exclusion, l'injustice et de l'oppression?

Les tchadiens sont de plus en plus nombreux à se questionner sur l'obéissance à un ordre qui n’est pas fondé sur une supériorité morale, laquelle consacrerait au pouvoir une supériorité politique, au bout du compte la légitimité.

La conscience doit définir l’obéissance. Pour les observateurs des faits politiques tchadiens, c'est une variable à surveiller en cas d’usurpation au sortir des présidentielles qui commencent le 10 avril prochain.

Nous observons justement que les tchadiens sont prêts. Ils savent qu'ils seront attaqués et devront se battre ensemble pour remporter la victoire de l'alternance et pour l'alternance.

L’alternance exige de garder en tout temps une lucidité d’esprit qui permet à l'œil de voir distinctement dans les aléas et les brouillards des conjectures qui désaxent notre pays et le rendent illisible.

Attaques, il y aura. Résistance, il y aura. La victoire dépendra de la dose de l’égoïsme que chacun porte en lui, du rapport à l’argent et aux biens matériels temporels de chacun. La victoire au sortir du 10 avril dépendra de la droiture de chacun, de la force morale de chacun, de la détermination de chacun, de la lucidité de chacun, du niveau de conscience de chacun qui s’imprime sur la conscience générale et de l’amour de la patrie que chacun porte en lui.

Résistons aux assauts pour rendre la victoire au peuple

 

Joe Al Kongarena

joe.alerte@gmail.com