Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

RÉACTION AU DISCOURS DE CAMPAGNE DU CANDIDAT IDRISS DEBY ITNO

« ... Nos adversaires n’ont aucun idéal, aucune vision...Ces hommes-là sont assurément pitoyables. Je plains leur sort. Ils ont perdu leur âme....Effectivement, ils ont déjà TROP souillé notre beau pays avec leur attitude de valet...Ils ont déjà TROP humilié notre grande nation à travers leur comportement d’homme asservi ». Idriss Deby Itno, le 20 mars 2016.

D'une violence verbale inouïe et inutile, le Président sortant s'est distingué en choisissant d'insulter ses contradicteurs, de cracher sur les tchadiens, de les mépriser comme l'on méprise les détenus et de les dénigrer comme s'il en tirait une satisfaction inavouée.

Quand M. Idriss Deby Itno dit qu'il n'est pas aidé, je suis tenté de le croire, du moins sur certains aspects. Même si croire est un mot chargé et risqué, je le sais.

Après 25 ans de pouvoir, il y a des raisons de s'affranchir des injures qui sont de l'ordre du vulgaire. Les insultes effacent les traits distinctifs de ceux qui aspirent à la grandeur.

Après 25 ans de paroles adressées aux tchadiens, on ne lit pas un papier comme celui du candidat de la Grande Alliance de l'Émergence, lors de son discours prononcé le 20 mars 2016 à la place de la nation. Au contraire, on prend la parole pour réveiller les consciences, tempérer les conduites et montrer l'exemple; on fait usage des mots pour nourrir les âmes, attendrir les cœurs et instruire les esprits.

Le discours que quelqu'un a fait lire IDI est un texte désaxé, impressif et au contenu inutilement insultant. Il n'explique rien, ne convainc pas, ne calme pas les exaspérations, ne vise qu'à blesser, ne clarifie rien et ressasse à outrance : 18 fois IDI a prononcé le mot Émergence, comme une incantation, sans opérer un seul charme.

De toute évidence, le candidat de la Grande Alliance de l’Émergence n'imprime pas le rythme des idées, mais il réagit aux initiatives et messages des tchadiens qui le défient, en les injuriant malheureusement.

Le paradoxe de l'injure, c'est qu'elle égratigne autant la personne qui l'a formulée que sa cible, et aussi elle dénigre la bouche de laquelle elle sort.

Un rappel édifiant : la paresse avec laquelle le Chef de l'État et la Première Dame avaient publié deux communiqués identiques à 90 %, dans la panique qui a suivi l'affaire Zouhoura, renforce l’hypothèse que l'entourage du Président sortant est une des causes de ses errances et approximations régulières. Peu importe, Mr IDI, après 25 ans de pouvoir, vous n'auriez pas dû insulter un tchadien, pas un seul !

LA GRANDEUR D'UN PRÉSIDENT EST PROPORTIONNELLE À LA GRANDEUR DES SUJETS QU'IL PRÉSIDE

Mr le Président sortant, les sujets tchadiens que vous dirigez doivent être perçus comme des grands pour que vous soyez considéré comme un grand parmi des grands, simplement le plus grand. Malheureusement, vous vous êtes mis dans un contresens qui vous a emmené à dénigrer les tchadiens, dès votre première prise de parole pour la campagne électorale de 2016.

Si les tchadiens sont pitoyables, méprisables, pas plus que des vers de terre à écraser alors comment celui qui aspire à les diriger peut-il être grand ? Tentez la démonstration et vous verrez l'erreur dans laquelle vos collaborateurs vous ont plongé. Faites le rattrapage et excusez-vous, il n’est jamais trop tard.

CE QUE N'EST PAS L'ÉMERGENCE

L'émergence n'est pas une formule magique qui pourrait corrompre la mémoire des tchadiens de sorte qu'ils oublient leur exigence de l’alternance démocratique; l'émergence n'est pas un produit blanchissant ou une eau de javel qui pourrait disculper les autorités tchadiennes des taches de la mauvaise gouvernance qui perdure; l’émergence n’est pas une balance qui pourrait corriger les asymétries entre les paroles électoralistes creuses et la réalité quotidienne des citoyens faite d'abus et des exclus de la redistribution des richesses.

CE QU'EST L'ÉMERGENCE

Dans le mot Émergence, il y a le sens du mot et l'esprit du mot. Si le sens du mot se prostitue souvent les latitudes, les altitudes et les attitudes, l’esprit du mot demeure constant : l’émergence, c'est l'idée de progresser collectivement avec des hommes et pour le bien-être des hommes. C'est une démarche réfléchie, mesurée et maitrisée de transformation utile des politiques, des comportements, de la société de manière plus globale et de l’économie pour le mieux, le mieux-être de l’humain. Dans le cas précis du Tchad, le mieux-être des tchadiens.

Je suis surpris que l’émergence devienne un simple mot slogan à saveur électoraliste promu par quelques vendeurs d’illusions qui ont vidé le mot de sa substance avant de le mettre dans la bouche du Président sortant qui le reprend innocemment.

M. IDI, VOUS AURIEZ DÛ DÉMONTRER...CONCRÈTEMENT

Vous auriez dû démontrer comment vous entendez mettre en place les conditions pour l'alternance démocratique qu'exige le peuple; vous auriez dû démontrer comment vos entendez matérialiser l'émergence. Hélas, vous vous êtes dispersé dans des épithètes inélégantes, au nom d’un patriotisme surprenant.

Le patriotisme, ce n'est-il pas l'amour des siens ? Le patriote n'est-il pas celui qui aime ses compatriotes ? La posture qui consiste à détester les tchadiens et les injurier corrompt le patriotisme, là aussi dans le sens du mot et de l'esprit du mot. Et particulièrement le patriotisme de celui qui insulte.

L’ARROGANCE ET L’INSULTE N’ÉTAIENT PAS NÉCESSAIRES…

Les attaques du candidat Idriss Deby Itno contre les tchadiens dans son discours du 20 mars 2016 à la place de la nation ne se justifient pas, moralement et politiquement.

Comme vous l'aurez remarqué, il est possible de démontrer le fiasco oral du candidat IDI sans insulter qui que ce soit. Comme quoi, on peut contredire tout en demeurant respectueux de soi-même, parce que ne pas respecter l'autrui, c'est ne pas se respecter soi-même.

Je finis en affirmant que tout tchadien en face de moi vaut, y compris le candidat Idriss Deby Itno dont je contredis la gestion du pays. Cependant, les discours de tous ne valent pas nécessairement, même si tous sont absolument tchadiens. Parce qu’au-delà du fait d’être tchadien, les filtres de la raison, de la lucidité et l’amour de siens interviennent pour sélectionner l’utile et délaisser l’inutile, comme des injures par exemple.

Patriotiquement vôtre.

Joe Al Kongarena

https://www.facebook.com/joealkongarena/