Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Professeur IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH, l’Incarnation de la Résistance contre l’Oppression au Tchad.

Conférence Débat :

 

Thème : Professeur IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH, l’Incarnation de la Résistance contre l’Oppression au Tchad.

 

LIEU : Science Po Paris ,27 Rue Saint-Guillaume, 75007

 

Présentée par : Ibni Oumar Mahamat Saleh Brahim

 

 

Messieurs les professeurs, Messieurs les étudiants de la prestigieuse école d’études politiques de Paris (SCIENCE PO),

 

Je voudrais avant toute chose, vous remercier d’avoir sacrifié votre temps à m’écouter ; je ne perds pas de vue, la qualité de l’auditoire au quel je m’adresse.

 

L’actualité nous oblige de remonter le moral à notre sœur ZOUHOURA encore victime d’une bêtise humaine dans notre pays le Tchad. La grandeur morale d’un Homme se mesure face à l’adversité, c’est pour dire que son nom restera gravé en lettre d’or pour libérer la femme tchadienne encore victime de violence.

 

Nous ne pourrions non plus escamoter le sort subi par nos jeunes compatriotes tombés sur le champ de l’honneur pour avoir défendu pacifiquement l’injustice dont la victime a fait l’objet. Que le tout puissant accueille leurs âmes en son vaste paradis éternel.

 

Cela dit je voudrais vous entretenir sur le cas du Professeur IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH ; Ce cas me parait intéressant au moins à deux titres :

- Premièrement parce qu’il s’agit d’une violation très grave des droits de l’homme.

- Deuxièmement parce qu’il s’agit, à mon avis d’une figure de la lutte démocratique et du progrès.

 

Pour ceux qui ne savent pas encore, le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh était le leader de l’opposition tchadienne, porte-parole de l’opposition politique civile démocratique de ce pays en 2008. Année où, le 03 février, il fut enlevé par les éléments de la garde présidentielle de l’actuel chef de l’état tchadien. Depuis lors, soit 8 ans après, il n’a plus donné signe de vie. Auparavant IBNI était professeur de mathématique à Orléans en France, en Algérie puis à l’université de Niamey au Niger ; Avant de rentrer et de se fixer au Tchad en tant que professeur de mathématiques à la faculté des sciences exactes et appliquées de N’Djamena ; Membre de plusieurs ordre scientifique internationaux dont la Société Mondiale des Mathématiques, il était aussi un militant démocrate socialiste membre de l’international socialiste, président du Parti pour les Libertés et le Développement (PLD).

 

En 2008, il était le chef de fil de l’opposition démocratique tchadienne contre le régime de Deby qui exerçait, depuis 18 ans, un pouvoir totalitaire sans partage au Tchad. A la suite d’une rébellion armée, le régime en place a mené une répression. C’est dans ce cadre qu’alors qu’il était chez lui à N’Djamena, IBNI fut enlevé dans les conditions ci-hautes citées pour ne plus réapparaitre.

 

Ainsi, au-delà du faite que je suis moi-même fils du Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh, j’estime que son cas pose un double problème universel au Tchad :

 

 

- D’abord une violation grave des droits de l’homme ; en effet, tous les rapports et tous les témoignages ont attesté que le professeur IBNI était enlevé chez lui, en tant que civil puis soumis au sort qu’on connait. Malgré les démarches des membres de sa famille, de ses amis universitaires et camarades socialistes du monde, sa dépouille, dans l’hypothèse d’un décès n’est pas délivré à qui de droit en vue des funérailles qu’il mérite. De façon plus général c’est un droit fondamental de savoir quel sort les agresseurs de IBNI lui ont réservé ;

 

- Ensuite je lis le cas IBNI comme la répression sauvage d’une activité partisane dont le but est de défendre la démocratie ; les droits de l’homme sous toute leur dimension. Plus précisément, il s’agit de la tentative de système politique actuellement au pouvoir au Tchad par la force et depuis plus d’un quart de siècle, d’étouffer le processus d’instauration d’une gouvernance démocratique dans ce pays où il n’y a jamais eu d’élections libres et transparentes, ni de séparation réelle des pouvoirs, encore moins le respect des droits de la personne humaine. Sous le règne d’Idriss Deby Itno, le cas IBNI est un cas parmi tant d’autres qu’on n’a pas cessé de découvrir, sauf qu’ici il s’agit de l’élimination physique d’un chef de fil d’une opposition démocratique.

Ce symbole que constitue IBNI me semble avoir été reconnu par des militants de droit de l’homme et /ou de la démocratie. C’est ainsi qu’au-delà des actions de la communauté scientifique mondiale, ici même en France l’assemblée nationale et le sénat ont respectivement adoptés des résolutions tendant à une enquête indépendante sur le cas IBNI. En outre, la cour pénale internationale sera saisi de l’affaire par le biais du procureur de la république au niveau du quel se trouve actuellement la requête. Du reste, chaque année des structures et des personnalités, militants de droits de l’homme ou camarades de combat socialiste, ou simple amis de IBNI agissent dans le but au moins de faire la lumière sur sa disparition ; Cependant en dehors de la parenthèse d’une commission nationale d’enquête dont le gouvernement a fini par récupérer, on enregistre aucune volonté du pouvoir tchadien actuel à faire ou laisser faire la lumière sur le cas IBNI ;

 

Or à l’occasion d’entrevues qu’il a accordé à des membres de la famille IBNI, le président tchadien Idriss Deby a juré << n’avoir pas le sang de IBNI sur ses mains » et a même prétendue mettre une nouvelle commission en vue d’engager des recherches.

 

Mesdames et messieurs, au-delà du sang et de la conviction politique qui me lie à mon père le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh, j’ai l’intime conviction que son sort contient une grave atteinte gratuite à la vie humaine d’une part et aux valeurs démocratiques de l’autre, au Tchad. Ce faisant, tout en encourageant le soutien du cercle des mathématiciens, ainsi que la lutte du sénat et de l’assemblée nationale, j’ose espérer que tous les humanistes et les démocrates du monde verront dans cette affaire une atteinte aux valeurs qui doivent fonder la société moderne.

 

Ainsi, j’estime que vous partagez la même lecture de la chose et éventuellement en faire votre combat.

 

Enfin, c’est avec la même opiniâtreté et la même persévérance que le Mouvement du 03 Février, Parti d’obédience IBNISTE, la famille du Professeur IBNI et ainsi que notre avocat Maitre William Bourdon, menons le combat pour la vérité et la justice.

 

Vive la Liberté de tous les Peuples opprimés

 

Vive la Liberté au sens Sartrien du terme

 

Vive les Droits de l’Homme

 

Malheur à ceux qui compromettent leurs Peuples au profit de leurs intérêts égoïstes

 

Gloire aux Martyrs

 

En avant pour le Combat

 

La lutte continue

 

Le peuple tchadien et le Tchad vaincront

 

Je vous remercie pour votre aimable attention !