Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Elections présidentielles de 2016 au Tchad : la pilule de fraude ne passera pas – Par Senior Mbary

Comme tous les fidèles lecteurs du site du journal en ligne « Tchadactuel », je viens de lire l’article intitulé « Coup KO dès le premier tour pour Deby : 52% » publié ce 17 mars 2016.


Ma réaction à chaud est liée non seulement à la pertinence de l’analyse, mais aussi au fait que les sources d’information de ce journal sont généralement crédibles. Par conséquent, il y a lieu de prendre très au sérieux cette information révélant la fraude « intelligente » qui est en train d’être mise place pour offrir en douceur, un nouveau mandat de 5 ans à Deby, évitant ainsi de choquer l’opinion nationale. Mais que Deby et son parti MPS le sachent, cette fois-ci, la pilule ne passera pas.
D’abord une doléance à la société civile tchadienne qui souhaite contrainte Deby à abandonner sa candidature. Cette approche est, certes justifiée, mais du moment où le Conseil constitutionnel a déjà validé sa candidature, j’estime à mon humble avis qu’il faudrait économiser les énergies, en mettant en veilleuse cette stratégie et se concentrer sur le contrôle des élections d’avril 2016. Si la CENI persiste dans sa logique machiavélique en proclamant Deby élu au premier tour, la marche de protestation post-électorale sera plus importante et portera plus de fruit que celle de maintenant à mon humble avis.
Les partis politiques de l’opposition (la vraie) et la société civile (la vraie) devront commencer à former, dès maintenant leurs représentants à tous les niveaux dans la détection de la fraude. Particulièrement dans les Régions au Nord du pays où les conditions de fraude sont plus favorables qu’au Sud.
En effet, tout le monde sait que les sultans, les chefs cantons et de village dans les régions au Nord du pays sont sous pression. Par le chantage ou par la menace, le régime de Deby ne leur laisse pas beaucoup de choix, les amenant souvent à poser des actes contre leur gré, soit pour protéger leur autorité, leurs communautés ou simplement ils pour éviter les ennuis avec le pouvoir.
Ainsi, la pression sera encore de plus en plus grande à l’approche des élections, surtout qu’il y a, en plus, plusieurs candidature du Nord d’une part, et ce régime est parfaitement conscient de son rejet total et de son impopularité grandissante vis-à-vis des Tchadiens, toute confession et couche confondues. C’est aussi probablement dans les concessions de ces sultans et chefs de canton et village que le sale boulot sera accompli, en termes de fraude, à l’abri donc des yeux curieux.
A la CENI centrale, les experts en fraude vont jouer sur le fait qu’au sein de l’opposition et de la société civile, il n’y a pas des informaticiens de haut niveau susceptible de poser des questions pertinentes pour confondre ces fraudeurs.
De ce qui précède, je suggère quelques pistes d’action non exhaustives ci-après visant à limiter l’ampleur de la fraude et déjouer le plan machiavélique du régime de gagner au premier tour : i) les partis politiques de l’opposition et la société civile devront mutualiser leurs efforts pour former en masse les observateurs électoraux, tout en mettant l’action sur la détection des fraudes et les redéployer massivement vers les Régions du Nord ; ii) demander l’appui des partenaires pour mettre à leur disposition des informaticiens et experts en élection de haut niveau afin de les aider à suivre de près les étapes cruciales du processus : saisie, compilation des procès-verbaux, vérification des données et proclamation des résultats. Cela signifie que les représentants des partis politiques de l’opposition et de la société civile à la CENI devront être extrêmement prudents dans leur comportement. Ils doivent toujours consulter leur bureau politique avant de voter ou approuver une décision prise par la CENI susceptible d’engager l’avenir du pays ; iii) les partis politique de l’opposition et la société civile qui luttent tous pour l’alternance, devront se consulter régulièrement avant et pendant les élections pour harmoniser leur position sur le processus et identifier très tôt des actions à mener avec des plans A et B, voire C ; v) rester vigilant pour éviter des infiltrations des agents de l’ANS qui va certainement chercher à utiliser, par la corruption, les proches des dirigeants des partis politiques et de la société civile en ces temps de vache maigre et, iv) préparer la population à ne pas refuser de l’argent ou des cadeaux en nature le MPS distribuera pendant la campagne en leur expliquant clairement que cet leur argent et/ou cadeau en nature leur appartient. C’est avant tout le fruit de leur effort et non une générosité de qui que ce soit.


Les parties politiques de l’opposition et la société civile ont l’obligation de se serrer les coudes et de collaborer plus étroitement pour favoriser l’alternance au Tchad. Toute autre voie solitaire ne mènera à rien et ne donnera aucun résultat tangible.


Senior Mbary