Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Djidi saleh, DG de l'ANS, rattrapé par son zèle‏

Directeur général de l'agence nationale de la sécurité (ANS), le fameux DG de la police politique tchadienne est connu pour ses méthodes arbitraire se confondant à l'époque de la DDS où les agents se permettent de tout. Il arrête et torture, menace et pourchasse.

 

Depuis son arrivée à la tête de l'agence policière onze personnes sont déjà disparues après leurs arrestations et à la moindre contestation familiale, il fait intervenir sa caisse financière pour faire enterrer le dossier. Seulement cette fois-ci les choses ne se sont passées comme il le souhaite. Issa Abdelnabi Saleh soldat se trouvant au Mali lorsqu'il a protesté avec un groupe de ses collègues le retard de salaire et le traitement différentiel avec ceux qui sont proches du régime. Il est arrêté sur ordre de Djidi en personne, torturé et abandonné sans manger jusqu'au jour où il a rendu l'âme. Ses proches ressortissants de Arada protestent, Jiddi Saleh dépêche selon ses dires le chef d'état major pour négocier un arrangement financier mais sans compter sur leur détermination à aller jusqu'au bout pour exiger de compte. Le DG de l'Agence nationale de la sécurité tchadienne minimise leur revendication et brandit la menace. Alerté par les proches du regretté le Président de la République très attaché au DG n'a pas voulu prendre l'affaire au sérieux. Finalement une plainte a été déposée le 1er mars en France pour élucider les circonstances de la mort de Issa Abdelnabi Saleh décédé en octobre dernier. Les autorités tchadiennes ont indiqué qu'Une enquête interne a bien été ouverte mais le DG de l'ANS occupe toujours son poste et continue à proférer des menaces contre la famille du regretté.

La plainte est établie contre X mais vise nommément l'ANS, l'Agence nationale de la sécurité tchadienne et son directeur Djidi Saleh. Ce dernier aurait la double nationalité franco-tchadienne, selon l'avocat des proches du soldat, qui justifie ainsi que la justice française puisse être compétente à se saisir de crimes présumés qui auraient eu lieu au Tchad.

D'après Me Fedida, Issa Abdelnabi Saleh serait mort de faim en octobre dernier après plusieurs jours de détention illégale dans les locaux de l'ANS. « Mon client, explique l'avocat, après avoir fait défection dans ses fonctions armées, est venu solliciter un certain nombre de règlements auprès de son autorité hiérarchique. Il a été à ce moment-là incarcéré, puis il a disparu. Au bout de sept jours, on s'est aperçu qu'il était mort. Un rapport d'autopsie a été établi sous l'autorité du procureur de la République de Ndjamena et le rapport est formel : il y a eu des mauvais traitements et la cause du décès c'est la malnutrition.»

La plainte est actuellement entre les mains de la section du parquet qui traite des crimes commis par des Français à l'étranger, une enquête préliminaire est donc ouverte précise Me Fedida.

 

 

Rahma Abdel aziz