Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

cyberaction : Contre la coopération sécuritaire avec le Tchad

Au Tchad, le régime d'Idriss Déby terrorise sa population depuis 25 ans avec l'aide de la France. Après de nouvelles répressions contre sa population, exigeons la suspension de la coopération sécuritaire de la France!

Plus d'infos

Nous vous proposons d'interpeller les député-e-s membres de la commission des Affaires étrangères pour mettre fin à cette coopération sécuritaire qui légitime la violence du pouvoir tchadien. Nous demandons aux élu-e-s d'interpeller le gouvernement pour mettre fin à cette coopération sécuritaire indigne.

Madame la députée, Monsieur le député,

Le 28 février dernier, nous publiions une lettre ouverte(1) pour interpeller Monsieur Jean-Marc Ayrault en marge de sa présence à une session du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu. Pour notre association, l’engagement de la France en faveur des droits de l’homme est largement mis en cause par la politique menée par la France en Afrique, et son soutien à de nombreuses dictatures en place. Ainsi en est-il particulièrement du Tchad(2).


Nous apprendrons(3) le lendemain que Monsieur Jean-Marc Ayrault a rencontré le président du Tchad, Monsieur Idriss Déby, ce lundi 29 février, dans un hôtel parisien.


Cette rencontre, la première de M. Ayrault auprès d'un dirigeant africain en tant que ministre des Affaires étrangères, est pour nous un très mauvais signal dans un contexte de fortes répressions exercées par le régime tchadien envers sa population(4).

La diplomatie et la politique étrangère de la France, faites au nom des français-es, ne doivent plus être synonyme de légitimation de tels régimes, nous réclamons la fin de la coopération sécuritaire et militaire de la France avec des régimes autoritaires et répressifs.

En tant que membre de la commission des affaires étrangères, nous vous invitons à interpeller le ministre pour avoir des explications sur cette rencontre avec Monsieur Déby.


Dans l’attente de votre positionnement sur cette question essentielle, je vous prie d’agréer, Madame la députée, Monsieur le député, l’expression de notre haute considération.


(1) http://survie.org/francafrique/article/lettre-ouverte-au-ministre-des-5086
(2) http://survie.org/mot/tchad
(3) http://survie.org/francafrique/tchad/article/en-pleine-vague-de-repression-au-5087
(4) http://survie.org/francafrique/tchad/article/tchad-repression-mortelle-de-5085

Signer !

  • Sujet : Contre la coopération sécuritaire avec le Tchad
  • Message : Madame la députée, Monsieur le député,


    Pour l'association SURVIE, l'engagement de la France en faveur des droits de l’homme est largement mis en cause par la politique menée par la France en Afrique, et son soutien à de nombreuses dictatures en place. Ainsi en est-il particulièrement du Tchad.

    Monsieur Jean-Marc Ayrault a rencontré le président du Tchad, Monsieur Idriss Déby, le lundi 29 février, dans un hôtel parisien.

    Cette rencontre, la première de M. Ayrault auprès d'un dirigeant africain en tant que ministre des Affaires étrangères, est pour moi un très mauvais signal dans un contexte de fortes répressions exercées par le régime tchadien envers sa population.

    En tant que parlementaire, je vous invite à interpeller le Ministre pour avoir des explications sur cette rencontre avec Monsieur Déby. La France ne doit plus légitimer un régime dictatorial via une coopération sécuritaire alors que celui-ci réprime sa population.

    Dans l'attente de votre positionnement sur cette question essentielle, je vous prie d'agréer, Madame la députée, Monsieur le député, l'expression de ma haute considération.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"