Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: Trop c'est Trop exige la démission du Ministre de l'Intérieur

                                             « NON ! aux massacres de nos enfants »

 

La coalition TROP C’EST TROP constate avec amertume la dégradation de la situation socio politique liée à la décision unilatérale du gouvernement de suspendre les intégrations pour une durée de trois (3) ans et validé par la loi de finances 2016.

 

Elle dénonce et condamne avec fermeté l’usage de la force pour réprimer la manifestation des diplômés sans emploi, mes élèves et étudiants qui n’ont fait qu’exprimer leur ras le bol concernant la mauvaise gouvernance qui caractérise le régime. Ces méthodes appliquées par les forces de sécurité ne sont pas de nature à protéger les citoyens. Elle vise bien au contraire, à empêcher vaille que vaille l’expression d’un droit constitutionnel, celui de la liberté d’expression reconnu à l’article 12 de la Constitution du 31 Mars 1996.

 

En effet, cette décision impopulaire et unilatérale dans un contexte de crise politique et sociale sévère lié au recensement biométrique contesté par toute la population, la manifestation des diplômés sans emploi, élèves et étudiants, du 4 Février 2016, l’angoisse de la paupérisation n’est pas de nature à favoriser un climat de paix sociale.

 

Les agents de sécurité ont utilisés des forces disproportionnées non seulement sur les diplômés sans emploi, étudiants et élèves, mais sur toute la population. Par conséquent la coalition TROP C’EST TROP exige du gouvernement :

  • L’annulation immédiate et sans condition de la mesure anti sociale de cette loi de finances 2016 ;
  • La démission du Ministre de l’intérieur, des Directeurs de la Police et de la Gendarmerie ;
  • La poursuite judiciaire des forces de sécurité et de défense ayant tirées à balle réelle sur les manifestants et la population;
  • Libération immédiate des manifestants arrêtés.

Nous rappelons au gouvernement, qu’aucune décision ne doit être prise dans un esprit mercantiliste mais plutôt dans l’intérêt de protection des citoyens comme le stipule les articles 17, 18, 27 de la Constitution.

La coalition rend pour responsable le gouvernement devant l’opinion Nationale et Internationales de ce qui adviendra car l’utilisation de la force n’est pas un moyen efficace de résolution des revendications pacifique et citoyenne.

 

Fait à N’Djaména, le 4 Février 2016

La Porte parole

 

Mme NARMADJI Céline