Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : Le spectre fâcheux du viol sous le règne de Deby

Le phénomène du viol de la jeune lycéenne Zouhoura n’est pas un fait nouveau, rendons alors hommage à la jeune aujourd’hui célèbre Zouhoura d’avoir eu le courage d’appeler la jeunesse tchadienne à se mobiliser sur son sort afin de trouver justice et mettre fin à cette pratique indigne que subisse la population depuis l’arrivée du MPS.

Oui, ce n’est pas un fait nouveau pour preuve, Monsieur Mahamat Saleh Annadif peut-il se regarder dans un miroir en se rappelant du triste sort qu’ont subis ses filles dans leur tendre jeunesse. Et d’ailleurs, les violeurs ne s’appelaient-ils pas Oumar Deby, Saley Deby et Beedey Hassan ?

Et oui, en contre partie de son silence, la suite est connue. Mr Annadif ayez le courage et celui de vos nobles parents de reconnaître, comme certains de vos compatriotes ce qui est arrivé à leurs filles sous le régime de Deby que vous servez avec zèle. Vos filles ont été violées puis la nouvelle s’était répandue sur l’ensemble du territoire et tout le monde attendait votre réaction, mais malheureusement vous n’avez pipé mot. Quel dommage !

Comme certains pères de familles se sont confiés à Mr Yosko père de la victime Zouhoura, est-ce que vous Monsieur Mahamat Saleh Annadif, un jour auriez ce courage.

 

Ou bien ce sacré deal sur le saint entre les Mahirié et les Itno dont vous êtes l’auteur vous oblige à une telle soumission et couvre-t-il une telle infamie ? Non, non et non, Nous attendons réaction.

Fait à Arada, le 20 février 2016

 

Tahir Kizémé Alhariss