Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : LE POUVOIR RÉSISTE, L’UNITÉ DES TCHADIENS SE RENFORCE !

Dépassé par le réveil des tchadiens et les revendications très fermes au sujet de la justice et de l’alternance, le pouvoir de N’Djamena réagit en ayant recours à des moyens répréhensibles : les répressions brutales et dramatiques.

 

Dépassé une deuxième fois sur le plan de la communication, le Président tchadien bâillonne les libertés d’expression en perturbant sciemment le fonctionnement des réseaux sociaux.

Dépassé une troisième fois du point de vue des idées et visions neuves face à une jeunesse qui ose et propose des solutions concrètes, le Chef de l'État improvise et prononce enfin le mot, après qu’il ait oublié l'esprit du mot : le fédéralisme.

S'agirait-il du fédéralisme de la diversion ? Qui en veut ? Quoi qu’il en soit, les forces vives ont compris la nécessité de garder la claire intelligence de l’exigence du moment : ALTERNANCE ! Ce mot déterminera en partie ce que sera le Tchad de demain.

L'ERREUR DE DÉPART : NE PAS CONCILIER SÉCURITÉ ET SOCIAL

Le Président tchadien a délaissé le social, dépensé des milliards des caisses publiques pour se rendre utile en dehors du Tchad et a abusé de forces armées pour se forger une réputation de combattant en chef du terrorisme en Afrique ou de panafricaniste dont il n’a que l’apparence, car il ne peut répondre aux injonctions du mot.

Les victoires militaires obtenues ci et là ont réussi à masquer, un laps de temps, les maux intérieurs. Vu de l’extérieur du Tchad, le Président Idriss Deby Itno (IDI) a réussi à rendre illisibles voire invisibles les problèmes sociaux, la mauvaise gouvernance et surtout le recul démocratique caractérisé par le refus de l’alternance.

IDI surfait tranquillement et paradoxalement sur les victoires militaires extérieures et les malheurs de son peuple à l’intérieur. Jusqu’à ce que les douleurs et les colères accumulées débordent et submergent les contingences sécuritaires ou autres mystifications.

UN HOMME À COURT D’IMAGINATION QUI IMPROVISE ET RÉPRIME

En trois semaines, le Chef de l'état a ruiné ses crédits accumulés à l'international en termes d’image et de réputation, sauf sa renommée d’homme compétent à faire la guerre.

Les questions du terrorisme et les succès militaires ne peuvent cacher indéfiniment les douleurs profondes d’un peuple. Cette vérité, IDI l’a apprise tardivement.

Aujourd’hui, le monde voit le Président tchadien réprimer brutalement son peuple; il voit son incapacité à protéger les femmes tchadiennes abusées systématiquement. Le monde voit un homme épuisé qui joue à déformer les perceptions et à tromper; un homme qui ne peut pas proposer des idées nouvelles et formuler des visions claires à l'adresse d'une jeunesse qui exige d'aller plus loin dans la démocratie, c'est à dire à l'alternance.

Si IDI a subi des éraflures et perdu prestige, il garde intacts ses deux atouts : le feu des armes et l’ambiguïté morale des hommes qui le servent. Mais là aussi, les tchadiens patientent, pour le moment, en laissant la chance aux personnes qui voudraient quitter le navire de le faire avant qu’il ne coule ou avant que les conséquences du naufrage les rattrapent demain si elles s’entêtaient aujourd'hui à demeurer à bord.

L’UNITÉ : UNE AVANCÉE STRATÉGIQUE

Les errances politiques, le refus de l’alternance, l'exclusion, l'injustice et l'impunité ont créé un état d'âme commun des tchadiens qui aspirent au changement. Le pouvoir s’en est aperçu et s’inquiète, car c’est une avancée stratégique.

Il revient maintenant aux forces vives de ne pas se disperser dans des cases secondaires ou des tentations éphémères du '' MOI '' et de persévérer dans la construction des dimensions nécessaires à la réalisation de l’alternance démocratique au Tchad. La nécessité d'une convergence des forces et des positions s'impose. Proposons, tenons-nous ensemble et disons ensemble jusqu'au bout.

Pour finir, les idées et aspirations que nous formulons sont des moyens simples d’affranchissement du peuple des calamités causées et entretenues dans notre pays depuis au moins une génération. On en serait pas là si IDI s’était posé cette question simple : siface au terrorisme, il faut mettre les tchadiens en sécurité, face aux exigences démocratiques, faut-il mettre les tchadiens en insécurité ?

 

Joe Al Kongarena

Page Facebook : http://www.facebook.com/joealkongarena/

Courriel : joe.alerte@gmail.com