Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tant pis pour celui qui n’a pas l' enfant de son chef dans le folklore

Nous somme en 2009, à Khartoum, dans le cadre de mon aventure UFR où la tendance est Timane Erdimi et où la contestation est Ahmat Soubiane. Sinon, tout le reste est dans son rêve rose. Le palais rose de N’Djamena est donc une question des heures. Sauf, le seul Soubiane, cependant, voit en le revers de la médaille. Pour lui, pas question de voir Timane à la tête de l’UFR quand bien même qu’il est signataire de l’acte de la création de ce fameux UFR (Unification Forcée des Rebelles).

 

La raison ? Parfois l’histoire ne s’emballe pas bien que le monde va si vite .Hier, les deux ex-camarades, en semble, dans leur MPS, ont ourdi tout le complot possible contre les autres cadres du pays. D’où ils se craignaient l’un l’autre. Le second, victime (ou s’est fait victime), a peur qu’une fois encore l’histoire se répète. Vous êtes sans savoir, qu’en l’espèce de quelques années, le MPS a changé tout son ancien décor par celui qui fait aujourd’hui le show. D’où est nait, donc, la difficulté entre les deux ex animateurs du folklore de concorder leurs forces contre celle de leur patron. Soudain, le refus de Soubiane/FSR d’accompagner Timane.

Bref, Ce qui m’intéresse ici, le mot même du folklore et non la personne de l’un ou de l’autre. Puisqu’il n’y a pas, pour moi, une différence entre khadidjé et Khadodje. Un binocle de malheur et c’est tout. Néanmoins, entre eux, Timane se définit comme de teint noir et de cœur blanc alors que son vis- à-vis est de teint clair et de cœur noir

Passons. Après donc, la contestation du Soubiane du leadership de Timane, les Soudanais ont mis effectivement une forte pression sur lui. De deux choses, l’une. Soit suivre Timane ou soit pliés bagages. En jouant au chat et au temps, ce dernier a émis 05 conditions fastidieuses parmi lesquelles une transition de courte durée. Laquelle transition, après la «victoire finale », laisserait la place à un démocrate qui dirigera la destinée du pays. Or, en ces temps-ci, il négocierait secrètement son retour sans que nous et nos Amni de Soudanais n’eussent eu vent.

En l’occurrence, un RV fut pris avec le président Timane. Nous fûmes alors mandatés, avec à notre tête, le défunt Dr Ali Gadaya, de transmettre les inquiétudes de « notre président» à son président Timane. On y arrive et où on y trouve Mr Timane entouré de tout ce qui lui fait de décor dans son l’UFR. Effectivement, l’atmosphère est rose à tel point que le folklore est au comble. Tout le monde est dans sa tenue de ministre. Et, le président pense et parle président ; et le ministre réfléchit en ministre et le Général, Général. ..

Du reste, Mr Timane introduit le débat et puis, parole fut donnée au Dr Ali qui, de son coté, transcrit fidèlement le message sans trahir aucune une virgule. Ce qui m’a marqué le plus chez le président de notre UFR, c’est sa minimisation ou sa conception de la personnalité Tchadienne dont il la caractérise dans un schéma de type folklorique et qui, n’envisage outre que de la maintenir comme telle. Applaudir et c’est tout.

 

Pour vous épargner des détails, En réponse, surtout, à la 5eme inquiétude ; c’est-à-dire, la transition démocratique, notre interlocuteur, très serein, très confiant, dans un arabe aussi éloquent que celui d’un abéchois disait « Laissons de coté, les autres ; toi, Ali, moi et lui Soubiane, de quelle démocratie, parlons-nous ? C’est celle où demain, quand je m’assoirai devant vous et tout le monde m’applaudisse ou bien de quelle autre démocratie que vous vous me posiez avec ton Soubiane ?… ce n’est pas, ce FOLKLORE que toi, Soubiane et moi faisons dans le MPS ? … » Parole d’un initié à un initié.

Et on s’est séparé effectivement sur le rythme d’une ovation folklorique et pour bon. Et après, sur notre chemin, mon oncle, me dissuadait en une seule phrase « Aziz, tu vois, c’est ça le Tchad, mon enfant… » Paix à son âme.

Cependant, en dépit, des ces événements douloureux, des bouleversements économiques et leur corollaire des guerres, de pauvreté, chômage… les changements et ses rapports des forces que le Tchad ait connu, le MPS est resté égal à lui-même. Point de conscience. Le folklore de celui du temps de Timane et consorts, demeure et est le seul mode d’expression démocratique au sein ce parti. Il n’a même pas par ailleurs changé d’un iota Car, toujours, la cooptation des membres, la nomination… se font, naturellement, sur l’appartenance cantonale et non sur la base d’une pensée idéologique moins encore sur l’apport intellectuel.

Le cas illustratif est de celui d’Arada. Bien qu’un peu partout au Tchad le mode est le plus ou moins est le même ; mais, celui de Biltine et plus particulièrement celui d’Arada est particulier. Pour en être nommé, même au petit poste de S/Préfet du coin, il faut être de la caste cantonale ou affilié. Ainsi, tous les 9 cantons que compose la S /préfecture d’Arada ont tous vu leurs enfants devenir des ministres.

Et puis nos ministres, bien qu’ils ne s’entendent pas sur presque sur tout, mais, c’est eux qui choisissent en retour les députés et les autres responsables. Soit parmi leurs frères ou soit parmi leurs Dangourou que nous sommes. Sinon, la grande muette n’est titillée qu’aux moments des grandes fêtées folkloriques et des votes. Piètre communauté. Souvent, elle est emballée dans des futilités du genre Mahamid- Mahrié. Or, Mahamid et Mahrié sont tous deux, les enfants de Rizegue. Et, il est même difficile, pour moi et également pour eux, de faire la distinction entre un Mahamid d’un Mahrié sauf si je vois un écervelé ajouté devant son prénom ou sa entreprise AL mahmoudi ou Almahri et là, je dis jusqu'à quand ?

 

Mais, dans leur quête des postes de ministre et de l’argent, nos chefs descendent au bas de l’échelle pour nous diviser avec nos grands-mères, nos tantes, nos oncles, nos cousins, nos neveux, bref avec nous-mêmes. Quand les ainés des autres professent l’unité nationale à travers les programmes de leurs partis politiques pour bousculer le MPS et venir enfin améliorer nos conditions à nous tous, alors qu’eux se tiraillent à l’intérieur de celui-ci et quand c’est la recréation, ils crient au complot. Ah ! Combien est-elle courage cette dame appelée Madame Mariam Batit.

 

En fait, ne désarmons plus ! Le grand folklore, pardon, le show MPS, va se tenir le 06 février de la semaine. Et là, seront présents tous nos représentants des chefs pour nous présenter, sans doute, leur candidat, le président Idriss Deby Itno pour son énième mandat.

En contrepartie, bien sûr, lui ne manquera non plus, comme il a tant fait pour nous, de placer sa confiance sur/en eux en nous les nommant des supers ministres ,des supers DG ou IG quand bien même leurs vigiles nous interdissent l’axée à leurs maisons- mais - nous, dans notre folklore de devoir fraternel, ne manqueront non plus ,de leur féliciter et puis d’en publier et relier des communiquer le remercier du geste fait à notre égard.

 

Tant pis pour les jaloux saboteurs et ceux qui n’ont pas des chefs des cantons – Et pur encore, pour ceux qui ne veulent pas s’adhérer - Et si on ne veut pas s’adhérer ? Bonjour, la clochardisation. Gentiment !

 

Paix à l’âme a la bibliothèque, feu Dr Ali Gadaya.

Abdel aziz kizeme