Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le torchon brûle au #Tchad entre Djiddi SALAY, les cadres politiques et militaires de l’UFCD/CPFC

Les cadres politiques et militaires de la rébellion du Ouaddaï,Alio Abdoulaye,le Général Tounsi, Brahim Irik, Aboubakar Sidick et Houlé Djonkamla sont dans la tourmente au Tchad. Et, ce, deux ans après leur retour dans le pays.

 

Rien ne va plus entre Djiddi Salay, Directeur Général de l’Agence Nationale pour la Sécurité (ANS) et les membres de la rébellion tchadienne ayant regagné la prétendue légalité. Ils sont piégés deux ans après leur ralliement honteux au régime prédateur d’Idriss Deby.

Pour avoir cru naïvement et été séduits par les belles et fausses paroles de Djiddi Salay, les cadres politiques et militaires de la coalition de l’Union des Forces pour le Changement Démocratique et le Conseil Patriotique des Forces pour le Changement (CPFC), traversent des moments difficiles au Tchad.

Selon nos informations, fidèle à sa tradition de créer la zizanie entre les gens, le régime tchadien a déclenché une dispute au sein du groupe de l’UFCD/CPFC.

Nos sources nous informent qu’une tension oppose Djiddi Salay au Général Tounsi. Ce dernier accuse les autorités tchadiennes de refuser d’intégrer dans les unités d’armée les combattants qui ont, pourtant parachevé,  leur formation militaire au centre d’instruction. Ils sont laissés en rade en rasant le mur dans la capitale tchadienne, pris en charges par leurs propres parents. L’Etat s’est désengagé !

Houlé Djomkamla et Aboubakr Sidick, subissent le même sort malgré leur intégration dans l’administration publique tchadienne, ils sont réduits en informateurs de Djiddi Salay, Directeur Général de l’Agence Nationale pour la Sécurité (ANS), dauphine de la DDS au Tchad.

Le problème du  régime de Ndjaména, est son caractère revanchard. Il ne changera jamais ses vieilles méthodes et pratiqueS de neutraliser ses adversaires politiques et militaires. Mêmes si ces derniers ont renoncé à la lutte armée pour regagner la prétendue légalité.

Pour ce fait, il est fortement recommandé aux éventuels candidats au retour d’éviter les avances de ces autorités malsaines.

Makaila.fr