Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Investiture du président de l'UNDR à la présidentielle au Tchad: discours de clôture
Investiture du président de l'UNDR à la présidentielle au Tchad: discours de clôture

UNION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET LE RENOUVEAU

Paix –Discipline-Travail

 

4ème Congrès Extraordinaire d’Investiture du Candidat de l’Espoir

21 FEVRIER 2016, Palais du 15 janvier

Ensemble avec le Peuple pour bâtir un Tchad de paix, de justice sociale et de démocratie

 

DISCOURS DE CLOTURE

 

 

Messieurs les Présidents et Secrétaires Généraux des partis politiques de l’Opposition,

Camarades militantes et militants,

Sympathisantes et Sympathisants,

Mes chers compatriotes Tchadiens qui aspirez au changement,

 

Je vous l’annonce solennellement : oui, je serai candidat aux élections présidentielles du 10 avril 2016.

Parce que la loi électorale nous y contraint, je suis le candidat investi par notre parti l’UNDR. Donc je suis votre candidat. Mais pour terrasser le Président Déby et le régime despotique qu’il représente, nous avons l’obligation de fédérer toutes les sensibilités du pays au-delà de notre seul parti l’UNDR. C’est pourquoi je serai le candidat de tous les Tchadiens et dès cet instant je me mets en congé de la direction du parti. Oui camarades, c’est avec tous les Tchadiens de différents horizons politiques que nous irons à la destruction de la citadelle DEBY ITNO qui est la cause de tous nos malheurs depuis près de 26 ans.

Oui, chers camarades. Nous vivons des malheurs depuis 26 ans. 26 ans de deuil dans toutes les familles. 26 ans d’assassinats et de crimes économiques, 26 ans de vols, de détournements et de pillage de biens publics à ciel ouvert, 26 ans de mal gouvernance, 26 ans d’Etat informel, 26 ans sans armée nationale, 26 ans de mercenariat, 26 ans de déstabilisation des pays voisins, 26 ans de rébellions suscitées et entretenues, 26 ans de famine et de maladies, 26 ans sans école de qualité, 26 ans de chômage des jeunes, 26 ans sans médicaments, 26 ans sans routes, 26 ans sans électricité, 26 ans sans eau ; 26 ans de conflits intercommunautaires, 26 ans de conflits éleveurs-agriculteurs, 26 ans de chômage des jeunes et d’abandon des jeunes ; 26 ans de promesses non tenues ; 26 ans de patrimonialisation ; 26 ans de libertés confisquées et violées, 26 ans d’élections truquées et volées… et j’en passe !

Voilà le système auquel nous devons nous attaquer. Camarades, debout et en avant. Tous, ensemble, avec tous les compatriotes, nous allons entamer à partir d’aujourd’hui cette marche triomphale qui nous mènera inéluctablement vers la victoire finale tant attendue, souhaitée et voulue par les Tchadiens. Nous y arriverons parce que Y EN A MARRE, TROP C’EST TROP, CA SUFFIT, IYNA, et que sais-je encore. Nous y arriverons parce notre programme est un programme commun à tous les Tchadiens, un programme d’unité et de réconciliation, de rassemblement pour un nouvel élan et de développement pour tout le pays. Pour ce faire, je vais vous brosser sommairement mes engagements pour un Tchad nouveau, libre et démocratique :

  • Notre Constitution sera nécessairement révisée pour qu’elle soit, non pas au service d’un homme, mais qu’elle garantisse les libertés individuelles et collectives et qu’elle soit le socle de l’unité nationale. De larges consultations nationales seront effectuées à cet effet, sur l’ensemble du territoire national. Je proposerai évidemment la limitation du nombre de mandats présidentiels, une législature de 5 ans, le renforcement de la démocratie avec une Assemblée nationale qui jouera réellement son rôle de contrôle de l’action gouvernementale ;
  • Nous engagerons immédiatement un vaste programme de réformes de l’Etat pour en faire un Etat moderne tourné vers l’avenir, utilisant l’outil informatique et les nouvelles techniques de l’information et de la communication. Tous les ministères et les services de l’Etat, à N’Djaména et en province, seront informatisés interconnectés et les informations seront rendues accessibles au public. La déconcentration des services publics sera accélérée pour que les régions jouent un rôle plus important, dans la perspective de la mise en route de la décentralisation, conformément aux conclusions de la Conférence nationale souveraine de 1993.
  • Parmi les réformes urgentes, les finances publiques seront au centre de mes préoccupations. Il faut immédiatement mettre fin au système de prédation institutionnalisée et confier les services à de vrais professionnels. Nous mettrons donc fin à la privatisation des régies financières pour accroître les recettes de l’Etat. La fiscalité sera repensée, dans le sens d’une fiscalité de développement qui n’étouffe pas, mais permet l’éclosion du secteur privé. Car, pour que celui-ci soit source de développement, pourvoyeur de recettes et d’emploi, il doit être à l’abri d’un Etat trop pesant et trop présent, et bénéficier d’un environnement propice à son expansion.
  • Parce que l’Etat sera plus fort et respecté, nous mettrons fin aux maux qui gangrènent l’essor du Tchad : les détournements et la corruption seront effectivement sanctionnés par un arsenal juridique qui existe ou sera créé à cet effet. J’annonce déjà la création d’une agence nationale de lutte contre la corruption pour permettre à chaque citoyen de dénoncer les actes de corruption dont il est témoin ou auxquelles il sera soumis. Ca sera la fin de l’impunité tant attendue par les Tchadiens depuis 26 ans ! l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, les meilleurs toujours récompensés pour aller vers plus d’excellence, les médiocres sans perspective d’évolution et les voleurs en prison, voilà notre credo.
  • Notre Justice retrouvera ses lettres de noblesse, car nous croyons dans une justice libre et indépendante qui est le socle essentiel de la société qu’elle est censée réguler. N’ayons pas peur de le dire, la Justice sera nettoyée des brebis galeuses qui lui font honte et l’ont rendue peu crédible aux yeux des Tchadiens. Nous allons placer la gestion de la carrière des magistrats à l’abri de l’intrusion malsaine des responsables politiques. Et nous veillerons à ce que l’accès à ce corps soit réservé à une élite fière de son métier de magistrat.
  • L’armée nationale, cette nébuleuse qui n’existe que de nom, sera profondément réformée pour que notre armée soit véritablement le creuset de la Nation, composée de véritables professionnels dans tous les domaines, soumise à l’autorité politique et apte à défendre le pays avec des moyens conséquents. L’armée tchadienne au service de la paix, du développement et de l’unité nationale, verra certains de ses services réhabilités et renforcés : la santé, le génie et le tribunal, notamment.
  • Nous devons donner un souffle nouveau à notre système de santé. Nous devons accélerer la formation et le recrutement du personnel sanitaire de façon à assurer une bonne desserte des hôpitaux et centres de santé avec des agents qualifiés. Et pour permettre à tous les tchadiens de bénéficier de soins de qualité, nous allons nous atteler immédiatement à la création d’un fonds de solidarité médicale qui aura pour objectif de garantir la gratuité des soins à tous les tchadiens. Nous en garantissons la bonne exécution et un bon suivi par une commission composée de représentants issus des secteurs public, privé et de la société civile.
  • l’éducation représente aussi l’une de nos principales priorités et nous nous y attèlerons, car un peuple sans éducation est un peuple voué à végéter éternellement dans le sous-développement. Nous consacrerons toute notre énergie et notre volonté pour que cette option se traduise dans les faits : l’éducation sera obligatoire et gratuite de 5 à 16 ans. Il n’y aura plus aucune école publique en paille ; les maitres communautaires seront formés et intégrés à la Fonction publique ; des écoles normales seront restructurées pour former des enseignants qualifiés et en nombre ; la construction de nouvelles salles de classe permettra une réduction des effectifs d’environ 30% et un meilleur ratio élève/enseignant. Une profonde réforme réajustera l’enseignement supérieur dont la mission prioritaire sera de former des étudiants aptes à trouver un emploi ou à s’insérer dans la recherche ; les universités et instituts créés sans aucune réflexion seront réformés pour une rationalisation des filières. Des dispositions claires doivent être prises pour renforcer l’autonomie de gestion des universités publiques et leur garantir une gouvernance collégiale. A cet effet, les responsables universitaires devront être désignés directement et démocratiquement par leurs pairs, le décret du président ne faisant qu’entériner leur décision.
  • Je me conformerai à la Constitution en ce qui concerne la langue arabe. Langue de civilisation, l’arabe fait aussi partie de nos langues tchadiennes et nous devons être fiers de l’intégrer dans notre système éducatif. Je proposerai pour notre pays une politique linguistique bien élaborée qui permettra à nos citoyens d’écrire et de parler correctement les deux langues comme nous le faisons pour le français, d’alterner leur usage selon le contexte et de s’en servir comme moyen de coexistence pacifique de nos communautés. Ce faisant, nous pouvons espérer que le Tchad pourrait être totalement bilingue dans un terme de moins de vingt ans.
  • Des efforts seront faits pour une formation professionnelle plus poussée dans tous les corps de métier, en particulier les métiers à caractère sociaux, les filières liées à l’agriculture et l’élevage, ainsi que les infrastructures ;
  • L’emploi occupera une place de choix dans mon programme. Tous les grands chantiers qui seront engagés auront un impact certain dans la réduction du chômage. La construction des routes nationales, régionales et locales mobilisera des moyens dont les effets secondaires seront perceptibles dès la première année de mon pouvoir. Les infrastructures comme les bâtiments publics à réhabiliter ou à construire, sur l’ensemble du territoire, donneront un coup de pouce à la relance de l’économie, par l’emploi, notamment. En attendant le développement du secteur privé, l’Etat jouera son rôle de premier investisseur et de premier employeur, en même temps que celui de régulateur de l’économie.
  • L’emploi des jeunes fera l’objet de mesures spécifiques et immédiates, notamment pour leur recrutement à la Fonction publique. Mais nous mettrons en œuvre une politique d’orientation des jeunes vers l’entreprenariat, par une mobilisation accrue de ressources, un encadrement adéquat et des mesures concrètes de soutien à la création des entreprises, soit individuellement ou en partenariat.
  • En matière économique, je crois ferment à la libre entreprise et à l’économie du marché dans un système bien régulé où la présence de l’Etat sera celle d’un régulateur qui veillera à un équilibre et à un développement autocentré. La libre concurrence n’est pas synonyme de concurrence sauvage et nous ferons appel au génie tchadien qui a déjà démontré qu’il sait être entreprenant si les conditions sont réunies. Nous y veillerons.
  • La vocation industrielle de notre pays naîtra de notre volonté de veiller à transformer localement les produits de notre élevage, de notre agriculture et de la pêche. L’Etat suivra avec attention
  • ces secteurs et prendra des mesures d’encouragement qui s’imposent par une fiscalité généreuse et des conditions avantageuses aux investisseurs nationaux et étrangers. Pour inciter ces secteurs à la compétitivité, des foires régionales et nationales seront organisées chaque année par l’Etat et les partenaires privés concernés.
  • L’Etat veillera à un encadrement de la jeunesse par la pratique généralisée du sport et la construction d’aires de loisirs. Ainsi, le sport sera obligatoire à l’école et aura la même importance que les autres matières et ce, jusqu’au baccalauréat. Des compétitions seront organisées à tous les niveaux : scolaires, secondaires et universitaires pour stimuler la pratique, occuper sainement les jeunes et les préparer aux compétions internationales. A cet égard, le Tchad choisira une ou plusieurs disciplines où il organisera régulièrement des rencontres africaines et internationales.

J’ai une vision et des ambitions pour notre pays et ce dans tous les domaines : l’environnement, l’urbanisme, l’habitat, le tourisme et l’hôtellerie, les mines, l’énergie, les télécommunications, la communication, l’émancipation de la femme par son autonomisation, la sécurité alimentaire, l’eau potable surtout en zones rurales, etc. Vous disposerez bientôt de mon programme complet pour vous édifier.

Mais je m’en voudrais de finir sans aborder deux domaines qui me touchent particulièrement : la politique intérieure et la politique extérieure.

A l’intérieur du pays, j’agirai pour un retour total et définitif de la paix et de la sécurité et je m’y engage. Aussi, je mènerai personnellement des démarches auprès des Tchadiens réfugiés à l’étranger pour leur retour définitif au Tchad. Ensemble, nous devons bâtir une République plus humaine et solidaire.

Je crois personnellement à la liberté et c’est le sens de mon combat depuis plus de quarante ans. La liberté est sacrée et une société sans liberté ne pourra jamais progresser. La liberté de la presse est la mère des libertés. Dans mes fonctions de Président, je consacrerai la dépénalisation des délits de presse, l’ONRTV sera réformé pour jouer son rôle de média public libre de toutes interférences gouvernementales, et l’aide à la presse privée sera considérablement augmentée pour que les organes existants ou à créer soient réellement libres. Il n’y aura plus aucune espèce de censure, ni sur la presse, ni sur les moyens de communication générés par l’internet dont l’utilisation sera d’ailleurs généralisée.

Ensuite, je m’engage à respecter les libertés individuelles et collectives et dans ce domaine, je ferai des organisations de la société civile de véritables partenaires.

En matière politique, les partis politiques seront libres de mener leurs activités sans aucune entrave et l’Etat appuiera le financement de leurs activités sur des bases contractuelles consensuelles. Enfin, les élections seront entièrement libres et gérées par une administration électorale professionnelle et véritablement indépendante.

En matière de politique extérieure, mon premier combat sera celui de l’intégration et de l’unité africaine. L’Afrique doit être unie pour combattre les fléaux naturels, les guerres, les pandémies et construire son développement sur des bases régionales. Dans cette perspective, je crois fermement au renforcement des pouvoirs de notre organisation commune, l’Union africaine dont les prérogatives doivent absolument être accrues, ainsi que celles de ses institutions parlementaires et judiciaires. Les regroupements régionaux doivent avoir des pouvoirs plus importants car c’est par eux et d’eux que viendra l’unité que nous souhaitons ardemment.

J’intensifierai notre politique de bonne coopération avec les pays voisins avec lesquels nous partageons tout : ressources naturelles, populations, commerce, environnement, et la libre circulation des personnes et des biens sera une réalité.

Dans le domaine de la sécurité et depuis l’apparition et l’intensification du phénomène du terrorisme, notre gouvernement a excellé dans l’amateurisme. Si nous bâtissons une société de liberté et de justice, il n’y a pas de raison que le terrorisme nous inquiète. En attendant, il existe et nous devons tout mettre en œuvre pour le combattre. Individuellement, le Tchad doit y faire face avec plus de professionnalisme et d’engagement, sans privilégier ou accroître les aspects militaires. Ceux-ci seront pris en charge par la coopération avec les pays voisins ainsi qu’avec les pays amis qui ont plus d’expérience que nous dans ce domaine. Nous veillerons donc à accroître la coopération militaire pour lutter contre le terrorisme.

Mes chers camarades,

Je viens de vous dérouler un pan non détaillé de mon programme politique. Je crois plus que jamais en nos capacités de gouverner et de gouverner mieux notre pays que ces cancres qui l’ont mis par terre depuis 26 ans. Mais, chers camarades, permettez-moi de répéter cette conviction profonde que j’assène sans relâche depuis des années : personne d’entre nous, aucun parti politique ne peut supporter seul ce fardeau. Le pouvoir-MPS nous a affaiblis en nous refusant les ressources et en nous opposant les uns aux autres pour mieux nous dominer.

Puisque nous l’avons compris, pourquoi donc y aller en ordre dispersé ? La pluralité des candidatures ne m’inquiète nullement. D’ailleurs, plus nous sommes nombreux, plus facilement nous terrasserons l’adversaire commun. Le défi que nous devons relever, c’est celui de la sécurisation des bureaux de vote qui reste la dernière possibilité de fraude du pouvoir. Je vous propose un schéma où toute la vraie opposition va mutualiser ses forces pour les mettre à la disposition des vrais candidats qui se présentent réellement contre Déby.

C’est à ce prix seulement que nous remporterons cette victoire en éliminant Déby dès le premier tour ! C’est alors que nous apporterons à notre peuple le changement tant attendu. Le compte à rebours a déjà commencé.

Êtes-vous prêts à en être l’acteur ?

Êtes-vous prêts à en être l’acteur ?

Êtes-vous prêts à en être l’acteur ?

Je vous remercie.