Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Affaires Zouhoura: qui sont les violeurs?

Affaire terrible et très choquante mais ce n’est pas un hasard. Ces œuvres des jeunes Zakawa sur l’innocente victime Zouhoura est d’abord une honte pour les Zakawa eux-mêmes. Surtout les vielles personnes qui eux à leurs jeunes âges avaient tous fait la même chose que leurs enfants d’aujourd’hui. Les victimes silencieuses sont nombreuses dans ce pays, particulièrement à Ndjamena, la seule différence est la survenue de l’internet qui n’existait pas avant. Mais à un certain moment beaucoup d’entre eux avaient utilisé la photo comme chantage. Beaucoup sont les vicitimes qui ne parlent pas, mais qui sont marquées à vie dans leur chair et conscience.

Les Zakawa ont tout fait depuis 25 ans pour se civiliser et fondre dans la société tranquille et honorable comme les restes tchadiens civilisés. Mais on n’a beau fuit sa nature, le naturel revient toujours aux galopes. Sauf quelques rares exceptions, les Zakawa sont en générale tous nés suite à des violes de leurs propres mères par leurs propres pères. Voilà comment est née la violence dans les esprits Zakawa et leurs penchants de violenter la femme. Voilà comment est née cette complexe congénitale des Zakawa vis-à-vis des femmes. Quoi attendre de quelqu’un qui lui-même est né à la suite d’un premier viole, puis d’un viole à répétition continue en longueur des années ?

Pour un Zakawa rencontrer une femme seule dans un lieu public quelconque, c’est une femme qui l’insulte d’impuissant par le regard ; il lui faudrait absolument se venger à seul ou en groupe puisque c’est une histoire de tribu. Ce n’est pas un fantasme isolé, mais plutôt une obsession sexuelle de survie et d’existence. Heureusement, heureusement il y’a quand-même un certain nombre des Zakawa bien nés qui méritent respect des citoyens tchadiens.


Qui aime bien châtie bien
ALBIRDOU Mahamat

 
 
  -- envoyé par ALBIRDOU (albirdou@yahoo.fr)