Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : ENTRE L'EXTRAVAGANTE RICHESSE D'UNE MINORITÉ ET LE PROGRÈS COLLECTIF, UN AMALGAME FALLACIEUX ET INDIGESTE!

Il est temps de nous occuper des falsifications qui polluent les esprits dans notre pays depuis deux décennies au moins. Le progrès du Tchad tel que présenté par les partisans et les courtisans du régime au pouvoir est une déformation de la perception des personnes crédules, une fausse représentation de la notion du progrès.

Quelles notions dirigent le progrès tant relayé? Y a-t-il progrès lorsque la conscience s’éteint et c’est la tromperie qui dirige? Y a-t-il progrès lorsque l’effort est dirigé vers le mensonge et par le mensonge? Où est le progrès lorsqu’on ne voit que l’accumulation des inégalités?

Est-il de progrès sans gout d’humanité? Le Tchad a-t-il progressé alors que la pensée de ses dirigeants ne s’est pas élevée? Y a-t-il progrès lorsque le domaine de connaissance se rétrécit et celui d’ignorance s’amplifie ?

Il n’existe pas de progrès qui incline l’esprit à la dépravation des mœurs; il n’existe pas de progrès qui rend les cœurs arides et corrompt la fraternité; il n’existe pas de progrès qui éloigne de la solidarité universelle; il n’existe pas de progrès qui entretient l’obscurantisme et génère des abus grossiers.

Le progrès est d'abord fils de la morale avant d'être, dans sa dimension secondaire, le résultat de l’évolution matérielle. Il est le fondement moral sur lequel la richesse matérielle prend appui pour toute construction et cohésion sociales.

Les quincaillers en « progrès » au Tchad n’entendent pas de cette oreille et préfèrent inverser les valeurs en faisant passer les questions d'intérêts avant celles de conscience.

Il n'y a pas que l'inversion des valeurs qui suppose une régression. Le Tchad se meut dans l’hémorragie des meilleurs depuis les 25 dernières années, au moins.

Dans les affaires publiques sous les régimes précédents, les médiocres étaient minoritaires. Aujourd’hui, les médiocres sont majoritaires, ont rang d'autorité et n'ont plus qu'eux-mêmes pour modèles dans l’administration publique et la vie sociale. Constatez l'infestation et le recul.

Les meilleurs qui essayent de travailler avec le régime sont simplement submergés par la médiocrité et les contrefaçons des dominants si bien que globalement, ils finissent, sans le vouloir, dans une orgie d’abus dont l'empreinte la plus audible est le râle de toutes les faims et de tous les désespoirs émit par la majorité de tchadiens.

Certes, ces personnes qualifiées ne participent pas nécessairement aux dérives, mais elles sont témoins indéniablement. Des témoins qui se rendent corvéables à souhait et servent avec un zèle tel qu'ils passent pour des participants passifs, ou par moment des intervenants actifs tirant profit de leur plasticité à titre individuel.

Quand la médiocrité cannibalise l'excellence, est-ce là le fait d'un progrès ? Comment un pays peut-il progresser alors que les conditions des hommes qui l’habitent, majoritairement, se dégradent ?

Les faits sont indéniables : une minorité devenue extrêmement riche s’est extirpée pour former une nouvelle caste sociale et ce, avec tout le décor extérieur qui pare cette classe. Le malentendu arrive lorsque cette minorité de parvenus prend ses étalages somptuaires et ses comptes bancaires bien approvisionnés pour preuves d’un développement global.

Les autorités tchadiennes semblent ignorer que le progrès à l’échelle d’un pays postule nécessairement le changement positif de la moralité publique.

Au Tchad, le domaine de la morale publique est en régression alarmante. Ce recul explique, en partie, deux problèmes :

1. la résilience face aux conditions de la majorité qui se dégradent sous nos yeux;

2. la pathologie des truands financièrement fortunés qui croient que le progrès n'est qu'affaire d'arithmétique;

Nul besoin de citer les faits outre mesure, l’État social au Tchad suit une spirale descendante!

La richesse en soi n’est pas un problème. Le problème au Tchad, c’est l’esprit prédateur qui ponctionne la richesse au détriment du plus grand nombre. Il est temps de savoir que l'esprit du mot Progrès est incorruptible et a des exigences que la richesse ne saurait combler par ses décors temporels. À chacun sa substance et sa dimension.

Il y a définitivement confusion entre la richesse et le progrès, entre la richesse extravagante d'une minorité et le progrès collectif à l'échelle d'un pays !

Le travestissement et la confusion ont débordé le domaine du Progrès jusqu’à usurper sur le territoire de la Renaissance, mot revenu à la mode sur les lèvres des gratteurs de dos qui ont pris le mot Progrès et délaissé l'esprit du mot.

Mais là aussi, il faut rétablir la vérité : concernant la renaissance du Tchad, les faits témoignent qu’il s’agit des violations, vols et des contrefaçons sans cesse renaissants!Voilà ce qui renait quotidiennement dans notre pays sous l’actuel régime politique.

Avant de terminer, permettez que j'ouvre une courte parenthèse : tout n’est pas noir ou blanc. Méfions-nous de la vision binaire parce qu'elle assèche les raisonnements. Je souligne donc et j'écris qu'il existe des aspects positifs de quelques investissements au Tchad, même si les parts volées dépassent excessivement les parts investies; même si la qualité et les valeurs des constructions sont relatives et discutables. Parenthèse fermée.

Bref, vider les mots de leurs substances pour les mettre au service de l’imposture peut aider à tromper un temps, mais pas tout le temps. Le défi des tchadiens et particulièrement celui de la jeunesse tchadienne, c'est de ne pas prendre les apparences pour les faits. C’est plutôt de corriger les apparences pour rendre à la justice et à l’équité leur portée humaine et à l’Homme tchadien sa grandeur.

J’invite donc les jeunes tchadiennes et tchadiens à écarquiller les yeux et se lancer à la conquête de la lucidité pour mieux saisir les rapports entre les manifestations. C'est la seule façon de conjurer les mystifications des oracles du vulgaire qui se trompent sur l'essence des mots, trompent le peuple volontairement par malice, ou involontairement par déficience et nous obligent finalement à consacrer du temps pour nettoyer leurs ordures.

Des porteurs du changement au Tchad s'activent en ce moment pour le mieux et pour proposer mieux. Demain arrive à grands pas. Rejoignez le peuple, rejoignez le camp du peuple. Rejoignez nous !

Vive le peuple tchadien.

Joe Al Kongarena

joe.alerte @gmail.com

Cliquez sur le lien ci-dessous et AIMEZ MA PAGE FACEBOOK :

http://www.facebook.com/joealkongarena/

Merci de donner tant !