Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Si comme, je soutiens à la candidature indépendante

Le recensement biométrique a pris fin et ce, ont pris également fin les atermoiements des opposants au régime du MPS. Du début jusqu’à la fin du processus, ces opposants au régime du président Idriss Deby Itno, nous ont amalgamé dans tous leurs vins :l’operateur Morpho, la CENI et son président, l’enrôlement des enfants et réfugiés, la supervision des ministres, le 05 millions de CFA que le premier ministre a remis à chacun d’eux ... le tout ne leur inspire que méfiance et fraude.

Mais finalement, ils n’ont pas envisagé outre mesure que de s’auto-investir unanimement candidats à la prochaine l’élection présidentielle du mois d’avril. Quelle incongruité ? Quelle bassesse ? Pour qui prennent-ils les Tchadiens ? Des imbéciles . Sans doute.

Comment alors, comprendre quelqu’un lorsqu’il disait, preuve à l’appui, que le recensement est entaché des fraudes et qu’il est pleinement convaincu, qu’au vu des ces irrégularités, que son adversaire le battrait sur tous les fronts, même dans son propre fief, et, quel que soit alpha ; Mais, du coup, il laisse tout de coté et se déclare en effet candidat potentiellement vaincu.

Seulement au Tchad ; sinon, un tel candidat, dans un autre pays,aurait mis,depuis bien longtemps, à la disposition de la rue ses militants pour qu'ils y mettent fin à cette mascarade, s’il ne veut pas tout simplement boycotter le scrutin. Or, les opposants à Idriss Deby Itno, se permettent, sans vergogne, de dire, aux yeux de tout le monde, qu’ils l’accompagneraient dans son forfait tout juste pour s’en acquérir des «ses expériences». Mon œil ! Quelles expériences ? La fraude ? Et les militants ? Au lieu de le huer, au même titre que le MPS, ils l’applaudissent.

Un tel candidat, n’est-il pas, criminel et complice des souffrances de ses militants ? Si bien qu’eux-mêmes sont, pour la grande partie, complices de leurs souffrances ; Ce même candidat qui malmène depuis 20 ses militants dans ce terrain de la duplicité avec le régime du MPS, mérite-t-il encore leur confiance ? Ou s’en passera-t-il des miettes que le MPS lui jette à chaque fois lorsqu’il lui tend la sébile pour finalement bien le confronter ? Le doute demeure et pour longtemps encore peut être.

Le plus souvent, dans un tel contexte de pseudo-démocratie où le peuple se trouve bloquer à tous les niveaux par un système, tel celui du MPS, et, où une opposition dévoyée comme celle dirigée par Mr. Kebzabo n’arrive pas à renverser la tendance ; alors, il s’imposerait, à ce même peuple, naturellement, pour se libérer, l’une des trois pistes. Lesquelles? Soit une insurrection armée, soit un soulèvement populaire ou soit une candidature indépendante. Point.

La première, comme celle de la séléka en RCA ou la deuxième comme celle du Balai citoyen du Burkina Faso, verront emporter le régime en place et laisseront de facto la place à une transition qui, à son tour, organisera des élections libres qui verront indiscutablement venir des hommes nouveaux avec des programmes nouveaux afin d’amorcer un processus démocratique aussi nouveau.

Mais, Hélas ! Dans ces deux pays, le peuple est resté sur sa soif. Les moyens ont justifié la fin et non le contraire .L’immaturité politique, l’impréparation et ainsi que la désappropriation de la jeunesse révolutionnaire Centrafricaine et Burkinabé de sa révolution, ont laissé le champ libre aux collaborateurs des anciens dictateurs venir prendre gracieusement le pouvoir. Si comme demain au Tchad, le président Idriss Deby quitte le pouvoir, et qu’un Joseph Dadnadji, un Emanuel Nadingar,un Mahamat saleh Annadif ou un Moussa Faki, surgisse avec l’argent qu’il a volé et prenne le pouvoir. Imaginez un peu ce qui va se reproduire encore comme humiliation et regret ? Donc, vigilance.

Alors qu’au Tchad, la seule piste qui, jusqu’a là, a été explorée, est celles des rébellions armées. Mais,en vain. Le Tchad n’est pas la RCA, la Seleka n’est pas l’UFR et Djotodia n’est pas aussi Timane Erdimi. La rébellion au Tchad a failli à sa mission aussi bien par l’incohérence de son programme que la manque des compétences, de conscience, des visions des ses différents dirigeants. Et enfin de compte, cette rébellion-ci a donné un résultat aussi mitigé que catastrophique. Elle a aggravé davantage la situation des tchadiens au lieu de la résoudre.

Quant à la candidature indépendante et l’action citoyenne sont vues comme des actions hautement risquées. Mais, attendons de voir ce que nous réservent dans les jours à venir,en premier lieu, Mr Mahamat kebir Abdoulaye, premier candidat indépendant déclaré et en second, Mr Saleh Kebzabo avec son «autre» mouvement Iyina avant de dire quoi que se soit..

Toutefois, sans l’une ou l’autre action, tous les Tchadiens sont, dans leur âme et conscience, fatigués de voir toujours durant ces 20 ans, que seuls les mêmes acteurs se reproduire sur la même scène : Idriss Deby Itno, président ad infinitum et ses adversaires, députés ad vitam aeternam. C’est ça qui motive aujourd’hui leur désintérêt au recensement et demain, bien sûr, au vote. Là, personne ne sortira voter cette année. C’est la raison laquelle, le MPS aussi n’organisera pas un second tour. Il a ainsi déjà tout mis en place pour gagner au premier avec un score exorbitant. D’où, il s’est précipité d’annoncer à travers la déclaration de son président que le nombre des Tchadiens en âge de voter de 20 millions. Or, officiellement, les Tchadiens sont au nombre de 11 millions habitants.

Peu importe. Il revient ainsi à Mr. Mahamat Kebir Abdoulaye, premier candidat indépendant déclaré et premier jeune aussi parmi ces dinosaures des eaux troubles du si profond lac à fraude, de savoir comment nager pour porter haut l’espoir d’un changement. Évidemment, il lui serait difficile de s’en sortir ; puisque que ces opposants, en dernier ressort, pour lui faire échec, se mettront tous derrière le MPS. Peu importe aussi le rang où il sera classé, l’essentiel est que sa candidature sert à peser une force de la jeunesse dans le scrutin et le cas échéant, couper le chemin aux collaborateurs du MPS qui, demain, en cas de quoi, ne plus cueillir le futur fruit de Iyina ou l’aumône divine, comme se fut les cas de la RCA et du Burkina.

Vos êtes ainsi avertis les amis à ne plus tomber dans l’erreur inverse comme nous l’ont faite hier, dans notre périple rebelle, avec aussi les anciens collabos du MPS! Alors, bonne chance, si comme, tu as notre soutien M, Kebir !

Abdel aziz kizeme