Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Election présidentielles de 2016 au Tchad : s’achemine-t-on vers le scénario algérien ?

Par Senior Mbary

Il y a des événements dans le monde qui donnent toujours des idées aux autres, dans le bon comme dans le mauvais sens. Le quartier des affaires à Abidjan en Côte d’Ivoire, plus connus sous le nom de Plateau avec de grands buldings, par exemple, a été construit par feu Président Houphouët Bogny à l’image de Manathan aux Etats Unis. Aujourd’hui, tous les Ivoiriens en sont fiers, même ceux qui étaient contre sa politique. C’est donc un bon exemple à suivre.

Mais il y a des dirigeants, particulièrement africains qui ne suivent que de mauvais exemples, surtout lorsqu’il s’agit de conserver leur pouvoir politique et qui ont fini par se spécialiser dans cette voie puante. Tout le monde se souvient encore des dernières élections présidentielles en Algérie à l’issue desquelles Mr Abdelaziz Bouteflika a été reconduit à la présidence algérienne. On se rappelle encore de ses images pendant la campagne où, dans un fauteuil roulant, il était incapable de prononcer même un mot. Ce constat avait soulevé en moi plusieurs questions. L’une d’elles est donc de savoir quels sont les critères essentiels obligatoires à prendre en considération pour retenir les candidats à une élection présidentielle dans un pays qui se dit démocratique ? L’autre question cruciale est de savoir qui dirige réellement le pays lorsqu’un candidat est élu dans les mêmes conditions qu’en Algérie ?
Il est évident que les réponses peuvent varier d’un pays à un autre mais la réponse commune est la nécessité de protéger les avantages que certains cercles proches ou lointains du pouvoir considèrent comme un acquis. Peu importe que la majorité de la population vit dans la misère ou non.
C’est exactement ce qui est en train de se passer au Tchad, malheureusement. Le 4ème mandat du président Deby Itno, arrivé au pouvoir depuis 1990 (près de 25 ans ans), prenda fin cette année 2016. Mais tout porte à croire qu’il sera candidat aux prochaines élections quelle que soit son état de santé. A moins que la nature n’en décide autrement. Lui et son parti étaient déjà en campagne électorale lors du recensement biométrique. Or quoi qu’on dise ou qu’on cache, Deby Itno est actuellement malade. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, on ne peut rien caché longtemps. Tout finit par se savoir.
Si la nature ne règle pas son sort avant les élections présidentielles, il sera réélu avec la complicité de tous ces milieux mafieux (Clan, certains Etats « amis », armées « amies », intellectuels Laoukoura, etc) qui tiennent coûte que coûte à garder le pouvoir pour se servir dans l’impunité la plus totale ou avoir des marchés juteux comme c’est le cas maintenant. Le cas de son frère-cadet qui a privatisé la douane, chez qui on a trouvé près de 200 milliards de FCFA en liquide après son arrestation, puis libéré aussitôt et les biens saisis restitués, est une parfaite illustration.
Si un soulèvement populaire ne vient pas mettre fin à ce régime, Deby sera réélu mais ce n’est pas lui qui dirigera le Tchad. Le pays sera livré à des bandes et à des groupes mafieux de tous poils et la situation sera pire que maintenant pour la majorité de la population qui croupit déjà dans la misère noire pendant qu’une minorité continue de s’enrichir davantage en puisant sans effort dans les caisses de l’Etat.
Alors, de ce qui précède, si on ne veut pas vivre le scénario algérien, c’est le moment de s’organiser réellement pour faire échec au MPS lors des prochaines élections présidentielles qui s’approchent à grands pas. Ce n’est pas de la fiction svp, c’est une réalité crue qu’il faudrait avoir le courage de regarder en face. Pour la survie de tout un chacun, laissons nos ambitions et égoïsmes personnels et unissons nos forces. Ce message s’adresse particulièrement aux dirigeants des partis politiques et de la société civile (les vrais) de notre pays. Le peuple meurtris vous regarde et vous jugera dans le bon ou dans le mauvais sens.