Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Affaire Issa Abdelnabi Saleh: le DG de l’ANS, Djidi Saleh dans le collimateur de la justice française
Affaire Issa Abdelnabi Saleh: le DG de l’ANS, Djidi Saleh dans le collimateur de la justice française

Tchad/TORTURE : LA France saisie d’une plaine contre le Directeur de l’ANS par rapport au cas d’I Issa Abdelnabi Saleh 

Pour avoir protesté pour réclamer le non versement de leurs soldes au Mali, Issa Abdelnabi Saleh, a été torturé jusqu'à la mort dans les locaux de l'Agence Nationale de la Sécurité (ANS), la tristement célébre police politique du régime. Saisies, les organisations de défense des droits de l'homme, se mobilisent pour faire la lumière sur son affaire.

Une torture suivie d’un meurtre ne peut pas rester impunie, ainsi va le monde. En effet, le défunt au nom d’Issa Abdelnabi Saleh est un militaire de la fameuse Armée Nationale Tchadienne (ANT), affecté dans le contingent tchadien en mission au Mali.

Au cours de son service, il était victime de toutes les formes d’injustice et d’humiliation, du fait qu’il ne soit pas du clan au pouvoir, nous voudrions nommer ici le clan Zakhawa ; d’où la raison qui l’a poussé à déserter les rangs. Une fois déserter, quelques temps après, il a jugé utile de venir faire face en regagnant le bercail.

Ainsi il a été pris à Faya Largeau et par la suite il a été arrêté, incarcéré dans des conditions inhumaines, torturé et soumis à une diète noire par les services de la tristement célèbre Agence Nationale de Sécurité (ANS), qui suit les pas de l’ancienne DDS, on dirait que Mr Djidi Saleh et son patron Deby n’apprennent pas du passé. Comme le meurtre crapuleux ne se cache jamais, à la grande surprise de tout le monde, son corps a été retrouvé à la morgue de l’hôpital général des références nationales (HGRN) à tout hasard. Pour amuser la galerie, la justice tchadienne a instruis le dossier, qui est vide dans son contenu vu que c’est une justice à double vitesse, cette affaire restera sans suite comme de coutume, et cela ne surprend personne. Cet acte ignoble, pas la seule, fait état des graves tortures qui interpelle et continue d'apostropher les organisations de défenses de droits de l’Hommes. Ces organisations au même titre que la justice française sont saisies pour une clarification, une justice et une punition des auteurs de ces genres de pratiques indignes de torture et des droits humains bafouées

Aujourd’hui, les autorités judiciaires françaises sont saisies du dossier pour détention, torture et meurtre et l’enquête suit son cours contre le directeur de l’ANS Mr Djidi Saleh et son chef le président Idriss Deby Itno.

Toutes les preuves sont réunies, un dossier complet sur l’autopsie est joint à la plainte renforçant ainsi le dossier, étayé par des photos, des témoignages et toutes autres preuves possibles. Ce n’est pas le fait que Monsieur Djidi Saleh ayant la nationalité que cela le disculpe de ses responsabilités pénales. Outre, toute tentative de vouloir acheter le silence de parents par le biais de la dia de vingt (20) millions qu’ils ont avancé, n’engagera que ceux qui l’auront accepté et n’arrêtera en aucun cas la justice de faire son travail. La plainte a été déposée avec le soutien de plusieurs organisations de droits de l’homme dont on se réserve le droit de les citer ici. Il faut noter au passage que lesdites organisations de soutien à la plainte s'insurgent contre l'impunité dont bénéficient les auteurs d'actes de torture en Afrique de façon générale et particulièrement au Tchad, qui aujourd’hui trouve un alibi de répression en exposant sa fausse et délicate volonté de lutte contre le terrorisme.

Les hauts responsables impliqués seront tôt ou tard jugés. Car ces ONGs souhaitent que la France de par son obligation historique, ouvre des poursuites dans cette affaire au nom du principe de compétence universelle, pour que Deby et ses acolytes qui martyrisent le peuple tchadien depuis plus d’un quart de siècle répondent de leurs actes. Soulignons aussi, que les tchadiens de la diaspora se félicitent de l’ouverture d’une information judiciaire à la suite de la plainte déposée visant Mr Djidi Saleh et son patron d’actes de torture au Tchad en général et singulièrement le cas du feu Djaranabi. Ils souhaitent que cette instruction soit confiée au pôle spécialisé dans les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide, nouvellement créé au sein du TGI de Paris.

 

Au Tchad, la terreur de l’ANS instituée par Deby, torturant un militaire tchadien à mort doit être puni pour que cela serve d’exemple aux autres. Pour la communauté internationale, nous voudrions leur faire part de la souffrance de la population tchadienne. Les tchadiens souffrent des arrestations arbitraires, de tortures morales et physique, de détention au secret, de coups répétés sur la plante des pieds et de mort par noyade et aussi par balle réelle. Il faut que cet anéantissement du peuple s’arrête un jour, et cela n’est possible que par la justice et la force populaire.

 

Fait le 24 janvier 2016

Par le correspondant spécial Mahamat Abdoulaye Adam

Email: m.abdoulaye.a@gmail.com