Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: voeux de Mahamat Tahir Korom BODOLOUMI,

Message des vœux de Mahamat Tahir KOROM BODOLOUMI, président national des jeunes de l’UNDR/UJR (Union des jeunes pour le Renouveau), et président du Réseau des Jeunes Progressistes d’Afrique Centrale (REJEPAC)

 

Je considère l’année 2016 qui commence comme une année jubilaire pour le peuple tchadien en général, et pour sa jeunesse en particulier, parce qu’elle sera l’occasion où jamais je l’espère, ce peuple sera véritablement appelé à prendre enfin son destin en main, après des décennies de confiscation de toutes natures et de mensonges absolus créés et entretenus par les régimes politiques qui se sont succédés.

A cette occasion, je souhaite tout d’abord plein de santé, de sagesse et de courage à la jeunesse tchadienne, afin qu’elle se serve positivement du défis qui l’attend : choisir démocratiquement et imposer pour tous les moyens, l’homme qui mérite de la diriger. Que la jeunesse tchadienne hisse enfin le Tchad au rang des républiques démocratiques de notre continent, à l’instar de celles du Burkina-Faso, du Nigéria, du Sénégal….

Vous le savez, l’année 2015 qui s’achève, pas moins que celles précédentes, restera d’un très mauvais souvenir avec de piètres résultats obtenus par le gouvernement sur tout le plan.

En matière des droits de l’homme par exemples, l’on se souviendra avec beaucoup d’amertume de ses violations massives, des assassinats crapuleux, des répressions systématiques et sanglantes de toutes manifestations pourtant consacrée par la constitution, ainsi que des bavures policières dont sur les étudiants ou les handicapés qui ne faisaient que revendiquer un décret d’application d’une loi en leur faveur.

Sur le plan socioéconomiques, des multitudes de grèves ont successivement handicapé tous les secteurs de travail, avec l’enseignement en tête, parce que les conditions de travail sont déplorables et les salaires se payent à compte goute. La faim tenaille les ventres dans tous le pays et des élèves sont obligés de quitter l’école, faute de moyens.

Les conditions d’études ont été aussi déplorables que jamais à tous les niveaux et sur toute l’étendu du territoire national. Dans l’enseignement supérieur nous avons jusqu’aujourd’hui des facultés qui n’ont pas encore achevé l’année académique 2014-2015. Les autorités ne veulent plus payer normalement les bourses d’études, et les étudiants sont pourchassés, maltraités et assassinés comme des chiens, alors qu’ils n’ont toujours été que dans des revendications légitimes de leurs droits. Nous aurons une pensée particulière à la mémoire de cet étudiant de l’université de N’Djamena, ASSANE MASSING DAOUDA, froidement assassiné, ainsi qu’à l’endroit de tous ceux qui ont perdu leurs vies, ou ont connu des préjudices morales ou physique dans la revendication légitime de leurs droits. Nous nous dirons simplement que la bataille ne fait que commencer, et elle sera âpre en 2016 si Dieu nous garde, pour la restauration de la République, de la Démocratie véritable et du progrès social et économique exempt de toute malversation.

La situation sécuritaire s’est drastiquement dégradée, ajoutée à des activités terroristes qui se sont malencontreusement introduites sur notre territoire. Ce qui a mutilé des personnes et endeuillé des familles tchadiennes avec la mort des compatriotes civiles, militaires, gendarmes et policiers, aux mémoires desquels nous rendons hommage. Nous avons également constatés que face a cette situation, nos forces de sécurité qui auraient dû être encore mieux formées, que ça soit sur le plan tactique qu’en matière de droits de l’homme, et être équipés de manière adéquate, ne le sont malheureusement pas assez. C’est une insuffisance notoire qui s’observe de la part du gouvernement, la déception reste patente, et c’est notre jeunesse qui en paye le prix.

Sur le plan politique, des remaniements au sein du gouvernement se sont interminablement succédé comme à l’accoutumé, pour n’aller que du grave au pire. Les décisions sont prises de manières maladroites et sans mesures d’accompagnement. Nous pouvons citer l’exemple du port obligatoire de casque qui a conduit aux chaos, des réformes irréfléchies et non préparées dans le système éducatif dont le baccalauréat ou la reforme de l’école fondamentale, des décisions censées lutter contre le terrorisme dont le gouvernement lui même reste incapable de les faire appliquer…

Nous noterons aussi une activité accrue du coté de l’Opposition politique qui devient de plus en plus le seul facteur d’unité et d’espoir dans ce pays. Son Chef de file monsieur SALEH KEBZABO a mainte fois interpellé les semeurs de troubles, quand la situation des tchadiens devenaient des plus insupportables. Cette opposition qui a gagné en cette année 2015 le cœur de l’ensemble de nos compatriotes patriotes, s’est fortement structurée et s’est considérablement ragaillardit avec le courage et la bravoure de tous ses membres de divers parti politiques qui la constitue et qui ont considérablement reçu le soutien de la jeunesse.

A l’international, les jeunes ont tenu haut le flambeau de la lutte pour la démocratie et le progrès social. Nous pouvons citer l’exemple de ceux du Burkina-Faso qui après leur révolte, ont sécurisé la ligne rouge pour éviter tout dérapage, au prix de leur sang, pour que survive la transition et que s’instaure tout récemment un pouvoir démocratiquement élu dans la transparence des urnes. Difficile de trouver un mot adéquat pour leur rendre hommage. Tout comme au Nigéria et partout ailleurs où des pouvoirs ont démocratiquement changé de main, il y a eu de fortes participations de la jeunesse. Tous des exemples à copier.

En 2016, ces sont au moins 16 pays africains qui vont aux élections présidentielles. Nous souhaitons vivement que ces élections soient toutes de véritables moments d’expressions libres et démocratiques pour les jeunes qui sont partout les plus nombreux ; que leurs voix se fasse entendre, et que la véritable démocratie s’instaure ou s’enracine dans ces pays frères africains.

Ici au Tchad, notre souhait est que la jeunesse de l’UNDR qui a toujours été là où le parti avait besoin d’elle, fasse encore montre de zèle exceptionnel pour l’année qui commence. Car à situation exceptionnel, efforts exceptionnel ! Et nous souhaitons tout naturellement pour l’UNDR, qu’il continu de porter efficacement l’étendard de l’Opposition, et qu’il arrive au pouvoir à l’issu de l’élection présidentielle d’avril prochain. Et pour cela, notre candidat idéal reste notre camarade SALEH KEBZABO dont la seule évocation est tout un programme salvateur en soit, a qui nous souhaitons beaucoup de santé, toujours de courage et intelligence, car le peuple tchadien compte sur lui.

Que l’unité de l’Opposition se consolide à travers sa jeunesse, et qu’elle continue à jouer efficacement son rôle. Car la situation du Tchad fait que la place du MPS n’est plus au pouvoir, celle de Deby n’est plus au Bord du Chari, sinon on pourra louer pour lui à coté, après avril 2016. Et tout cela ne sera possible qu’avec une Opposition unie et forte, avec une jeunesse engagée et active devant et derrière. Déjà nous avons gagné la bataille de la biométrie, même si des irrégularités devront encore être toilettées, reste maintenant les kits d’identification dans les bureaux de vote et le défis du déroulement des élections et de l’après élection.

Pour finir, j’aimerais encore revenir sur mes amis jeunes filles et garçons de tout le Tchad. Que rien n’entrave pour une fois au moins le déroulement des études ; succès à ceux qui se préparent aux différents examens comme le BEF, le baccalauréat ou la licence par exemple, et du boulot pour les chômeurs. Même si ces choses ont toujours été médiocres devant nos souhaits avec le régime actuel, nous pouvons au moins compter cette fois ci sur l’imminente chance de le mettre sur les bancs en cette année de grâce 2016, et tout pourra arriver de bien par là.

Bien qu’il n’y ait plus d’argent dans ce pays, et que tout marche à reculons, je souhaite BONNE FETE de fin d’année à toutes et à tous, car avec un moral aussi haut, tout peut mieux se passer. Surtout prudence sur la route pour toute la jeunesse tchadienne, beaucoup de vigilance par les temps qui courent, car le Tchad à plus que jamais besoin de tout un chacun de nous en 2016.

A mon président SALEH KEBZABO, aux élus et conseillers nationaux de l’UNDR, au Bureau Exécutif de l’UNDR et de l’UFR (Union des Femmes pour le Renouveau), à mes compagnons de lutte de l’UJR (Union des Jeunes pour le Renouveau), à l’ensemble de mes camarades de l’UNDR, à l’ensemble de la jeunesse et du peuple tchadien, à mes amis jeunes progressistes d’Afrique Centrale, je souhaite Bonne et Heureuse année 2016. Paix et Prospérité à toutes et à tous. QUE DIEU BENISSE LE TCHAD ET NOTRE SOUS REGION.

 

N’Djamena, le 30/12/2015

Mahamat Tahir KOROM BODOLOUMI